FAO.org

Accueil > Médias > Nouvelles

FAO/G20 : Il est nécessaire de soutenir davantage les agriculteurs familiaux afin de répondre à la hausse de la demande alimentaire

Lors d’une réunion ministérielle, le Directeur général de la FAO appelle à concevoir des technologies de l’information spécialement adaptées pour les pays en développement

22 janvier 2017, Berlin - «Nous vivons dans une ère où, pour faire face à des défis tels que le changement climatique et la rareté des ressources naturelles, les agriculteurs se doivent d'accumuler de nombreuses connaissances. Cela est notamment le cas dans les pays en développement où les agriculteurs familiaux ont besoin d'avoir accès à l'information et d'outils technologiques qui peuvent non seulement les aider à s'en sortir financièrement, mais aussi à prospérer et à nourrir une population mondiale croissante», a déclaré M. José Graziano da Silva, Directeur général de la FAO.

«Des millions de petits agriculteurs familiaux ont besoin d'une aide technique et financière pour être plus résilients et s'adapter aux impacts du changement climatique. Ils doivent être en mesure de rester sur leurs terres, de produire leur propre nourriture et d'avoir accès aux marchés», a-t-il ajouté, alors qu'il s'exprimait lors de la réunion des ministres de l'agriculture du G20.

Le Directeur général de la FAO a expliqué que les zones rurales du monde entier seront le principal champ de bataille des efforts visant à réaliser le Programme de développement durable à l'horizon 2030; la pauvreté et les souffrances liées à la faim étant concentrées dans ces zones.

Selon la FAO, l'augmentation des rendements agricoles (nécessaires pour nourrir une population mondiale appelée à dépasser les 9 milliards de personnes d'ici à 2050) devra, pour la majeure partie, être visible dans ces régions et dépendra beaucoup des petits agriculteurs familiaux.

«Les Technologies de l'information et de la communication (TIC) peuvent avoir un véritable impact sur l'efficacité, la résilience et l'intégration des petits agriculteurs familiaux», a déclaré M. José Graziano da Silva.

Ainsi, la FAO travaille actuellement sur une stratégie numérique visant à soutenir les personnes les plus vulnérables dans le monde grâce au partage de connaissances et à l'apprentissage ascendant.

Dans le cadre de cet effort, l'Organisation collabore déjà avec Google pour faire des données satellitaires à haute-résolution un outil quotidien permettant de contrôler et de gérer les ressources naturelles, de promouvoir l'agriculture durable et de renforcer la sécurité alimentaire.

La FAO travaille également sur plusieurs options technologiques afin d'informer les petits exploitants agricoles des prévisions météorologiques concernant les microclimats, et collabore avec l'Organisation météorologique mondiale (OMM) en vue de réfléchir à d'autres manières d'améliorer les prévisions météorologiques pour les agriculteurs.

Ces efforts cibleront «particulièrement les 70 pays ne disposant pas de service météorologique national à l'heure actuelle», a précisé M. José Graziano da Silva, soulignant qu'il s'agissait d'une priorité  majeure.

Le Directeur général de la FAO a appelé à davantage de soutien afin que les données météorologiques actuellement disponibles au niveau mondial le soient également au niveau local de façon à profiter aux agriculteurs, aux éleveurs et aux pêcheurs.

A la demande du G20, la FAO travaille également en partenariat avec l'Institut international de recherche sur les politiques alimentaires (IFPRI) et l'Organisation de coopération et de développement économique (OCDE) sur l'évaluation des applications agricoles existantes liées à l'information et la communication afin de pouvoir conseiller les pays du G20 sur la meilleure manière de les améliorer.

Pénuries d'eau, résistance aux antimicrobiens

Dans son discours, le Directeur général de la FAO a également exhorté les pays du G20 à poursuivre leurs efforts face aux problèmes majeurs, à savoir les pénuries d'eau et la résistance aux antimicrobiens.

Selon la FAO, près de 2,1 milliards de personnes vivent dans les régions arides du monde entier et quelques 260 millions, dont la plupart vivent en zones rurales, n'ont pas accès à l'eau potable «bien que cela constitue un droit humain», a indiqué M. José Graziano da Silva.

Il a également invité les membres du G20 à prendre part au Cadre d'action mondial pour faire face aux pénuries d'eau, une initiative lancée par la FAO et ses partenaires lors de la dernière Conférence des Nations Unies sur le climat, à Marrakech. La stratégie vise à aider les pays et les communautés à améliorer la manière dont ils utilisent l'eau et à renforcer leur résilience face aux stress provoqués par la sécheresse.

Faisant remarquer que la résistance aux antimicrobiens (RAM) est une autre priorité pour le G20, il a invité le groupe à soutenir les efforts de la FAO visant à promouvoir une utilisation responsable des antibiotiques dans le secteur agricole afin d'empêcher la propagation de la RAM.     

Photo by Neil Palmer (CIAT) via a CC license: https://www.flickr.com/photos/ciat/6314791981.
Avec le téléphone portable, les agriculteurs peuvent accéder aux informations et à de nombreux outils.

Partagez