FAO.org

Accueil > Médias > Nouvelles

Pakistan: la récolte de blé sera bonne malgré les inondations

De la phase des secours, les interventions de la FAO et de ses partenaires passent au relèvement précoce

Photo: ©FAO/Farooq Naeem
Ce sac de semences de blé offertes par les E-U et distribuées par la FAO est le bienvenu
30 mars 2011, Islamabad/Rome - Au Pakistan, la récolte de blé s'annonce bonne grâce aux semences de blé largement distribuées par la FAO aux victimes des inondations de l'an dernier. Elle permettra de nourrir un demi million de foyers ruraux pauvres. Autrement dit, il y aura assez à manger pour quatre millions de personnes au cours des six prochains mois, les foyers au Pakistan étant composés en moyenne de huit personnes.

Dans le cadre de son intervention d'urgence lancée en août dernier, la FAO a dépensé 54 millions de dollars pour l'achat et la distribution de semences améliorées de blé. Ce montant provenait des contributions des bailleurs de fonds internationaux.

Les récoltes une fois rentrées, la farine de blé - principale denrée de subsistance - que l'on obtiendra aura une valeur de près de 190 millions de dollars au prix de détail du marché local, un résultat obtenu grâce à l'apport des bailleurs de fonds.

"Leur investissement a été quadruplé", se félicite Daniele Donati, Chef du Service des opérations d‘urgence de la FAO. "En outre, les agriculteurs vont conserver les semences de la récolte actuelle pour replanter du blé plus tard cette année."

Plus de 18 millions de Pakistanais ont été affectés par les graves inondations de l'été dernier qui ont provoqué des dégâts considérables aux cultures, aux habitations et aux infrastructures.

Un financement consistant

En réponse aux défis immédiats et aux situations critiques engendrées par les inondations de 2010, la FAO a pris la tête du Groupe agriculture, composé de plus de 200 organisations et chargé de venir en aide à 1,4 million de familles rurales au Pakistan.

La FAO a reçu 92 millions de dollars de l'appel de 107 millions de dollars en faveur du Pakistan. Cela lui a permis de remettre sur pied le système des petites exploitations agricoles dans les quatre provinces du Pakistan dévastées par les inondations.

Les bailleurs de fonds sont l'Australie, la Belgique, le Canada, le CERF, la Commission européenne, les Etats-Unis, le FIDA, l'Italie, le Royaume Uni et la Suède.

La FAO a non seulement sauvé la saison Rabi des semis de blé, mais elle a également sauvé de la mort près d'un million d'animaux d'élevage en fournissant à quelque 290 000 familles des abris temporaires pour le bétail, des comprimés de vermifuge et du fourrage sec en quantités suffisantes. Avec le printemps qui succède en ce moment à la rigueur de l'hiver pakistanais, le fourrage vert est de nouveau disponible.

"Les interventions au niveau du bétail ont été payantes", affirme M. Donati. "Il aurait fallu payer dix fois plus pour acheter un animal de remplacement, soit pour une famille un coût représentant les économies de toute une vie."

Les canaux d'irrigation

La FAO supervise un millier de programmes travail contre argent liquide. Dans le cadre de ces programmes, les travailleurs sont payés pour nettoyer les canaux d'irrigation bloqués par le limon et les débris charriés par les inondations.

Bien que sévèrement touchée par les inondations, la province de Sindh n'a pas reçu beaucoup d'aide. Cela est dû au fait que les champs sont restés gorgés d'eau bien après la fin de la saison Rabi des semis; dans certains cas, ils sont encore inondés. 

Toujours à Sindh, la FAO distribuera prochainement des semences de riz améliorées à près de 25 000 familles en vue de la prochaine saison, mais plus de 700 000 familles auront besoin d'aide au cours des prochains mois.

Les priorités

En partenariat avec le gouvernement pakistanais, la FAO a identifié les priorités du relèvement de l'agriculture pour les deux prochaines années. Il s'agit d'accroître la production de l'agriculture, de l'élevage, de la pêche et de l'agroforesterie; d'améliorer les régimes alimentaires et la nutrition; et de renforcer les services de vulgarisation agricole pour fournir des conseils aux paysans sans terre et aux petits exploitants.

"La poursuite de ces objectifs primordiaux diminuera considérablement la vulnérabilité des populations concernées, améliorera la production alimentaire et les revenus et renforcera la résilience des communautés affectées face aux futurs chocs", indique M. Donati. La FAO s'attend à ce que son programme de réhabilitation d'un coût de 94 millions de dollars permette de venir en aide à 430 000 familles dans 24 districts.

Une équipe de travail, le Groupe de relèvement précoce, coprésidé par l'Autorité nationale de gestion des catastrophes nationales (organisme gouvernemental pakistanais) et le PNUD a été créé. Il couvre huit secteurs dont celui de l'agriculture et de la sécurité alimentaire. Ce dernier est co-présidé par la FAO, le Programme alimentaire mondial (PAM) et le ministère pakistanais de l'alimentation et de l'agriculture.