FAO.org

Accueil > Médias > Nouvelles

Pesticides et produits chimiques industriels recommandés pour inscription dans la liste d’observation

Réunion du Comité d'étude des produits chimiques de la Convention de Rotterdam

Photo: ©FAO/Norberto Duarte
La Convention de Rotterdam empêche le commerce international de certains produits chimiques dangereux
1er avril 2011, Rome - Les experts en substances chimiques des Nations Unies ont recommandé que deux pesticides - l'endosulfan et l'azinphos-méthyl - et une préparation pesticide extrêmement dangereuse - Gramoxone Super - soient inclus dans la procédure de la Convention de Rotterdam sur le consentement préalable en connaissance de cause. Trois produits chimiques industriels - le sulfonate de perfluorooctane (SPFO), ses sels et ses précurseurs, pentaBDE mélanges commerciaux, et l'octaBDE mélanges commerciaux - ont été également recommandés à l'inscription.

Le Comité d'étude des produits chimiques a fondé sa recommandation sur l'examen des mesures de réglementation finales prises par le Bénin, le Canada, l'Union européenne, le Japon, la Nouvelle-Zélande et la Norvège d'interdire ou de restreindre l'utilisation de produits chimiques qui provoquent un risque inacceptable pour la santé humaine et l'environnement.

"Pour la première fois depuis l'entrée en vigueur en 2004, le Comité a recommandé l'inscription d'une préparation pesticide extrêmement dangereuse à la liste d'observation, en promouvant les efforts des Parties de reconnaître que les règles sur le commerce des produits chimiques sont respectées", a déclaré Peter Kenmore, le Co-Secrétaire exécutif de la Convention de Rotterdam/ FAO.

Le Gramoxone Super est un herbicide contenant du dichlorure de paraquat, qui est utilisé pour contrôler les mauvaises herbes dans le coton, le riz et le maïs. Le Burkina Faso a proposé d'inclure gramoxone super comme une préparation pesticide extrêmement dangereuse (SHPF) à l'annexe III de la Convention en raison des problèmes causés par cette préparation pesticide sous conditions d'utilisation dans son territoire.

Les mélanges commerciaux du PentaBDE et de l'octaBDE sont retardateurs de flamme bromés. En raison de leur toxicité et de leur persistance, leur production industrielle devrait être éliminée en vertu de la Convention de Stockholm sur les polluants organiques persistants (POP).

"La recommandation d'inclure ces trois produits chimiques industriels marque une accélération dans le taux de soumission des produits chimiques industriels au Comité d'étude pour l'examen de ces substances connues pour la nuisance causée à la santé humaine et à l'environnement. Ceci résulte, en partie, de l'étroit échange coopératif d'information avec le comité d'examen scientifique dans le cadre de la Convention de Stockholm", a déclaré Donald Cooper, Co-Secrétaire exécutif de la Convention de Rotterdam.

Les recommandations seront transmises à la cinquième réunion de la Conférence des Parties à la Convention de Rotterdam en juin 2011.

La Convention

La Convention de Rotterdam, soutenue conjointement par la FAO et par le Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE), empêche le commerce indésirable des produits chimiques inclus dans son consentement préalable en connaissance de cause (PIC), juridiquement contraignant.

La Convention de Rotterdam n'a pas introduit des interdictions mais des mécanismes favorisant l'échange d'informations pour aider à améliorer la prise de décision sur le commerce des produits chimiques dangereux. Elle permet aux gouvernements membres de se prévenir mutuellement des dangers potentiels en échangeant des informations sur les produits chimiques et de prendre des décisions basées sur l'information concernant leur choix d'importer ou pas des produits chimiques à l'avenir.

La Convention rend le commerce international des produits chimiques dangereux plus transparent et moins vulnérable aux abus, à travers ses dispositions de notification d'exportation et en encourageant l'harmonisation de l'étiquetage des produits chimiques. Les  gouvernements des pays membres exportateurs sont responsables de garantir qu'aucune exportation ne quittera leur territoire si un pays importateur a pris la décision de ne pas accepter un produit chimique PIC.

De cette manière, la Convention de Rotterdam aide les gouvernements membres à améliorer leurs capacités nationales de gestion des produits chimiques, et de protéger la santé humaine et l'environnement. Elle encourage également toutes les parties prenantes à identifier et promouvoir des alternatives plus sûres.

Une FAO écologique

Le Comité d'étude des produits chimiques a été la première réunion de la FAO qui se soit tenue entièrement sans papier, ce qui a l'avantage de réduire considérablement l'empreinte carbone.