FAO.org

Accueil > Médias > Nouvelles

Nouveau partenariat entre la FAO et la CCNUCC

L’Accord formalisera la collaboration entre les deux entités, en renforçant la capacité des pays à élaborer des stratégies agricoles et à respecter leurs engagements

Photo: ©FAO/Alessandra Benedetti
M. José Graziano da Silva, Directeur général de la FAO à droite et Mme Patricia Espinosa, Secrétaire exécutive de la CCNUCC, à gauche signent le protocole d’accord.

21 mars 2017, Rome - La FAO et la plus importante organisation de lutte contre le changement climatique ont signé aujourd'hui un accord permettant aux deux institutions de mieux aider les pays du monde à s'adapter et à atténuer les effets de la hausse des températures mondiales, ainsi qu'à respecter leurs engagements consistant à réduire les émissions de gaz à effet de serre.

M. José Graziano da Silva, Directeur général de la FAO, et Mme Patricia Espinosa, Directrice exécutive de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques, ont signé un Protocole d'Accord qui vient officialiser un partenariat datant de plusieurs années.

L'Accord souligne que «le changement climatique représente une menace urgente, potentiellement irréversible, sur les sociétés humaines et les systèmes naturels et requiert, par conséquent, la coopération de tous les pays et des principaux intervenants afin de mettre en œuvre une réponse internationale ambitieuse, efficace et appropriée».

La collaboration entre la FAO et le CCNUCC portera notamment sur des conseils politiques, un partage d'informations et la promotion de l'accès des petits exploitants agricoles, et d'une grande partie de la population dans de nombreux pays en développement exposés au changement climatique, à des connaissances essentielles.

Cette nouvelle collaboration favorisera le renforcement des capacités et le partage d'expertise technique entre le personnel de la CCNUCC, la FAO et les membres des gouvernements des pays en développement. Harmoniser les stratégies pratiques et analytiques locales et mondiales est essentiel afin de respecter les engagements pris dans le cadre de l'Accord de Paris et pourrait créer des opportunités de financement multilatérales en faveur de cette démarche.

Aux côtés de la CCNUCC, la FAO lancera un cours de formation en ligne en vue d'aider les Etats membres à constituer des inventaires nationaux de gaz à effet de serre durables et à évaluer les émissions issues du secteur agricole, forestier et des autres secteurs liés à l'utilisation de la terre. Ce cours portera notamment sur les procédés physiques et biologiques entraînant la production de gaz à effet de serre et proposera des instructions et conseils sur la manière de calculer les émissions, et ce, selon les directives officielles élaborées par le Panel intergouvernemental sur le changement climatique.

Dresser un bilan de la situation concernant les émissions de gaz à effet de serre issues du secteur agricole permettra aux pays de suivre les progrès effectués en vue de réaliser les engagements pris contre le changement climatique. Ces données seront également utiles afin d'évaluer leur taux d'émissions et de déterminer dans quels domaines il serait préférable d'agir.

Aider les Etats membres à gérer leurs forêts

La gestion des forêts fait partie des domaines clés où il faudra entreprendre des efforts supplémentaires. Le secteur joue en effet un rôle fondamental en matière de conservation et de stockage du carbone et sera indispensable si le monde doit respecter son engagement consistant à limiter la moyenne des températures à moins de 2oC par rapport aux niveaux de l'ère préindustrielle, comme convenu lors de l'Accord de Paris sur le climat, négocié par la CCNUCC.

Les outils de cartographie et de télédétection de la FAO et les données aérospatiales associées sont déjà largement partagés. Le partenariat permettra aux pays de mieux accéder aux informations et aux données, lorsqu'ils concevront des plans visant à évaluer, surveiller et planifier l'utilisation des ressources naturelles, et de faciliter la manière dont ils rendent compte des efforts d'adaptation au changement climatique et d'atténuation de ses effets. Les inventaires nationaux de gaz à effet de serre dans leurs secteurs agricole, forestier et dans tous les autres secteurs liés à l'utilisation des terres sont une composante essentielle des stratégies utilisées par de nombreux pays en vue de cibler et de respecter les Contributions déterminées au niveau national fixées par l'Accord de Paris.

Partagez