FAO.org

Accueil > Médias > Nouvelles

La Conférence de la FAO approuve un plan de réforme de 42,6 millions de dollars

Objectif: une réforme dans la croissance sur trois ans

22 novembre 2008, Rome - Une Conférence spéciale des Etats Membres de la FAO a approuvé un plan d'action immédiate sur trois ans de 42,6 millions de dollars qui doit permettre à l'Agence spécialisée des Nations Unies, fondée il y a 63 ans, de mettre en oeuvre une "réforme dans la croissance", comme l'a recommandé une Evaluation externe indépendante réalisée l'an dernier.

Dans le cadre du plan, environ la moitié des fonds (21,8 millions de dollars) seront dépensés l'an prochain pour doter la FAO d'une meilleure gouvernance, améliorer ses performances à travers une gestion rationalisée et l'aider à se concentrer davantage sur les fonctions et les objectifs principaux.

Le plan "fournit une base solide et réaliste pour que la FAO améliore sensiblement sa pertinence globale, son efficacité et son efficience au service de tous ses membres", a indiqué la Conférence dans la déclaration de clôture.

Il donnera à la FAO les moyens de faire face aux défis cruciaux qu'elle doit relever tels que la réduction de la faim et de la pauvreté, les crises alimentaires, le changement climatique, les bioénergies et l'impact de la crise financière actuelle sur l'agriculture.

Un plan ambitieux

"Ce plan représente une feuille de route ambitieuse pour le renouveau de la FAO", a déclaré cette semaine le Directeur général Jacques Diouf lors de la Conférence. Pour répondre aux espérances des membres, "nous devons construire une nouvelle FAO", a-t-il affirmé, ajoutant qu'il y aurait "une large révision de son mode de fonctionnement".

Cela comprendra la réforme des procédures financières et la réorganisation des structures au siège et sur le terrain et "impliquera un changement dans la hiérarchie et la gestion des ressources humaines", a-t-il noté.

Les 120 postes de directeur seront réduits d'un tiers au cours des trois années à venir, dégageant ainsi 17,4 millions de dollars à réinvestir dans des programmes d'assistance technique. La majeure partie des 42,6 millions de dollars nécessaires jusqu'en 2011 sera consacrée à la réforme des systèmes et des programmes, à la restructuration organisationnelle ainsi qu'au changement de culture.

Un Sommet

Dans son allocution lors de la Conférence mercredi dernier, M. Diouf a lancé un appel pour un nouveau système de gouvernance de la sécurité alimentaire mondiale et pour une forme de commerce qui soit aussi bien juste que libre, permettant aux agriculteurs des pays en développement comme à ceux des pays développés de gagner décemment leur vie.

M. Diouf a proposé la réunion d'un Sommet début 2009 pour commencer à corriger le système actuel qui "produit une insécurité alimentaire mondiale". Le Sommet devrait également trouver 30 milliards de dollars par an pour augmenter la production alimentaire dans les pays en développement en investissant dans les infrastructures et l'amélioration de la productivité.