FAO.org

Accueil > Médias > Nouvelles

Des mesures concrètes pour la Corne de l’Afrique

Convocation d’une réunion opérationnelle de haut niveau à Rome

Foto: AU-UN IST photo / Stuart Price
Une femme somalienne attend avec son bébé gravement dénutri devant un dispensaire mis en place par la Mission de l'Union africaine de maintien de la paix en Somalie.

11 août 2011, Rome - Des mesures urgentes et concrètes destinées à renforcer la réponse internationale face à l'aggravation de la crise dans la Corne de l'Afrique seront au cœur des débats de la réunion opérationnelle de haut niveau convoquée par la FAO le 18 août 2011.  

La réunion, à laquelle ont été conviés les ministres de l'agriculture des 191 Etats membres de la FAO ainsi que des hauts responsables des Organisations économiques régionales, de l'Union africaine, du NEPAD, des organismes siégeant à Rome, des principales ONG et d'autres partenaires, feront le point sur l'évolution de la situation, sur les mesures en cours, les besoins et les déficits durant la crise. Elle identifiera des programmes et projets concrets, s'appuyant sur des plans déjà préparés et des mesures efficaces qui devront être déployés à grande échelle par les gouvernements de la Corne de l'Afrique et leurs partenaires humanitaires et de développement pour répondre aux besoins immédiats des populations tout en affrontant les causes profondes de la crise.

Cette réunion qui fait suite à la réunion d'urgence au niveau ministériel sur la Corne de l'Afrique qui s'est tenue à Rome le 25 juillet 2011, servira également à préparer le terrain aux Conférences des donateurs des Nations Unies et de l'Union africaine.

De la crise au relèvement

La réunion de suivi de Rome examinera les plans existants et les exemples de mesures en cours fructueuses qui permettront aux populations de se relever de la crise.  Elle se penchera sur les interventions visant à affronter les pénuries immédiates, et au niveau des villages, la collecte d'eau à petite échelle, l'irrigation et les installations de stockage, ainsi que les projets et programmes visant à ouvrir des puits le long des itinéraires de pâturage, des routes de desserte rurales, et à distribuer des semences et engrais aux agriculteurs, ainsi que des aliments pour les animaux et des vaccins aux éleveurs.

Ces mesures devraient garantir un passage sans heurts vers la phase de soutien des plans à moyen et long terme mis au point par les gouvernements dans le cadre du Programme intégré de développement de l'agriculture en Afrique parrainé par l'Union africaine (CAADP).  La FAO a offert une aide aux pays africains pour la préparation de ce programme, du Programme national d'investissement à moyen terme (PNIMT) et des Profils de projets d'investissement bancables (BIPP), en coopération avec le Nouveau Partenariat pour le développement de l'Afrique (NEPAD).

La réunion du 18 août se concentrera sur l'approche sur deux fronts qui a été préconisée lors de la réunion du 25 juillet pour résoudre la famine dans la Corne de l'Afrique, en renforçant la résilience sur le long terme et en soutenant les moyens d'existence à court, moyen et long terme.

Vies et moyens d'existence

La FAO a publié une feuille de route des interventions de relèvement agricole à court terme nécessaires pour sauver les vies et sauvegarder les moyens d'existence de millions d'agriculteurs et d'éleveurs dans toute la Corne de l'Afrique victime de la sécheresse. Les interventions en cours et planifiées comprennent la distribution de semences et d'autres intrants, la fourniture d'aliments pour animaux, la vaccination et le traitement du bétail, les programmes argent-contre-travail et l'amélioration des infrastructures.

Renforcer la résilience à long terme des moyens d'existence

En 2000, le Secrétaire général de l'ONU, Kofi Annan, avait mis sur pied une « Equipe spéciale inter-agences sur la réponse des Nations Unies à la sécurité alimentaire à long terme, au développement agricole et aspects connexes dans la Corne de l'Afrique », placée sous l'autorité du Directeur général de la FAO. Un rapport de consensus avait été adopté indiquant des mesures concrètes à prendre pour affronter les causes profondes de la sécheresse dans la sous-région. Or, malgré la mise en place d'une deuxième équipe spéciale sous la direction du Président de la Banque mondiale destinée à mobiliser les ressources nécessaires, le programme n'a jamais décollé. En février 2006, le Secrétaire général a nommé l'ancien Premier Ministre de la Norvège, Kjell Magne Bondevik, Envoyé spécial pour la Corne de l'Afrique dans le but de trouver des solutions au problème de longue date de l'insécurité alimentaire.

L'engagement politique est indispensable et les ressources doivent être mobilisées pour affronter les causes à l'origine de la vulnérabilité d'une région où les moyens d'existence de 80 pour cent de la population reposent sur la production agricole et animale, et où seulement 1 pour cent des terres arables sont irriguées, contre 7 pour cent dans le reste de l'Afrique et 38 pour cent en Asie. Si la Corne de l'Afrique est actuellement victime d'une sécheresse foudroyante, des programmes mis en œuvre ces dernières années- y compris dans des zones confrontées à des situations politiques et des conditions de sécurité problématiques, sont parvenus à atténuer une crise plus profonde. Les Gouvernements de la région, avec l'aide de leurs partenaires de développement, doivent veiller à ce que les plans et programmes bien conçus déjà existants soient mis en œuvre à une échelle suffisamment vaste.