FAO.org

Accueil > Médias > Nouvelles

8,7 millions de Nord-Coréens ont besoin d'une aide alimentaire

Les pénuries d'outils et de carburant réduisent les rendements

8 décembre 2008, Rome - Environ 40 pour cent de la population de la République populaire démocratique de Corée (RPDC), soit 8,7 millions d’habitants - pour la plupart des enfants, des femmes enceintes, des mères allaitantes et des personnes âgées - ont besoin d’une aide alimentaire d’urgence, compte tenu des prévisions de déficit céréalier dans les prochains mois, selon un rapport conjoint FAO/PAM.

En dépit des conditions météorologiques favorables durant la dernière campagne agricole, la production nationale ne sera pas en mesure de satisfaire les besoins alimentaires de base de la population cette année, selon le rapport.

Une mission conjointe s’est rendue en RPDC du 9 au 24 octobre dernier, la première mission de terrain aussi complète depuis 2004. “Ce pays sera confronté à une grave situation alimentaire au cours des prochains mois”, a affirmé M. Henri Josserand, Chef du Smiar, le Système mondial d’information et d’alerte rapide de la FAO.

“Malgré les bonnes conditions météorologiques et le rude labeur des agriculteurs et de nombreux citadins, il n’a pas été possible de surmonter les graves pénuries d’engrais et de carburant. Les perspectives sont sombres pour l’an prochain, avec un déficit important d’aliments de base qui ne seront qu’en partie couverts par les importations commerciales et les avances d’aide alimentaire.”

Le rapport estime la production vivrière totale à 4,21 millions de tonnes pour la campagne de commercialisation 2008/2009 (novembre 2008-octobre 2009). La RPDC va donc se retrouver avec un déficit céréalier de 836 000 tonnes, même en comptant les importations commerciales d’environ 500 000 tonnes.

Les besoins d’aide alimentaire pour nourrir près de 9 millions de personnes sont estimés à 800 000 tonnes jusqu’à la prochaine récolte en octobre 2009. “Les résultats de la mission confirment les craintes évoquées par le PAM que des millions de ménages de la RPDC seront victimes de pénuries alimentaires pendant encore un an”, a souligné M. Torben Due, le représentant du PAM en RPDC dans une déclaration faite à Pyongyang.

“Avec ce gros déficit vivrier, l’accès à la nourriture et à une alimentation équilibrée sera quasiment impossible, en particulier pour les familles vivant dans les zones urbaines ou les provinces reculées à déficit vivrier du Nord-Est. Cela pourrait avoir de graves conséquences sur la santé des groupes les plus vulnérables.”

Perspectives modestes

La faible production du secteur agricole en RPDC s’explique essentiellement par une baisse de la fertilité du sol, des pénuries d’intrants, des phénomènes météorologiques extrêmes, et des questions structurelles, comme les dysfonctionnements du marché.

Les semences étaient disponibles en 2008, mais les fournitures d’engrais ne représentaient que 60 pour cent des livraisons de 2007 et celles de carburant 70 pour cent des niveaux de l’an dernier.

Les rendements de toutes les cultures sont également très bas en raison de la forte acidité du sol et de la vulnérabilité croissante aux phénomènes météorologiques extrêmes, comme les inondations d’août 2007.

“Le modèle de production agricole actuel et les techniques agricoles ne sont pas soutenables. Le pays a adopté l’agriculture de conservation, la multiplication des semences améliorées et d’autres pratiques efficaces, mais la transformation de tout le secteur prendra du temps”, a indiqué M. Josserand.   

Faibles rations

Le ménage moyen en RPDC continuera à “être confronté à de graves problèmes d’accès à une nourriture suffisante” durant l’année à venir, ont mis en garde la FAO et le PAM.

La production intérieure ne pourra satisfaire les besoins vivriers par habitant qu’à hauteur de 142 kg en moyenne, contre les 167 kg nécessaires pour une alimentation saine.

Les rations alimentaires du système de distribution public, principale source de nourriture pour environ 70 pour cent de la population, devraient être drastiquement réduites, surtout durant la période de soudure de juin à octobre.   


“Les précédentes évaluations de la sécurité alimentaire ont montré que la majorité des familles en RPDC sont déjà en train de diminuer le nombre moyen de repas par jour et que leur alimentation manque fortement de diversité”, a indiqué M. Due.