FAO.org

Accueil > Médias > Nouvelles

En Somalie, la famine s’étend

La FAO invite à intensifier l’aide

Photo: ©UN Photo/Stuart Price
Des réfugiés à Mogadiscio
5 septembre 2011, Nairobi/Rome - La FAO a invité aujourd'hui à redoubler d'efforts pour enrayer la crise alimentaire dans la Corne de l'Afrique à mesure que la famine s'étend à une sixième zone de la Somalie, menaçant la vie de 750.000 personnes au cours des quatre prochains mois.

D'après les dernières données publiées aujourd'hui par la Cellule d'analyse sur la sécurité alimentaire et la nutrition en Somalie (FSNAU) administrée par la FAO en étroite collaboration avec le Réseau des systèmes d'alerte précoce contre la famine de l'USAID (FEWS NET), la famine s'est étendue à la région de Bay, l'une des zones les plus productives de Somalie. L'état de famine avait déjà été décrété dans cinq autres régions.

Compte tenu des situations de crise affligeant le reste du pays, le nombre de Somaliens ayant besoin d'une aide humanitaire est passé de 2,4 à 4 millions de personnes au cours des 8 derniers mois, dont 3 millions dans le sud du pays.

Sombre tableau

"Bien que ces chiffres dressent un bien sombre tableau de la situation en Somalie, la communauté humanitaire dispose encore de possibilités d'enrayer - voire d'inverser - la tendance dramatique en associant aux interventions d'urgence le soutien aux agriculteurs et aux éleveurs", souligne Luca Alinovi, responsable de la Somalie à la FAO, durant une conférence de presse à Nairobi.

Considérée comme le grenier de la Somalie, la région de Bay produit plus de 80 pour cent du sorgho du pays. Des niveaux record de malnutrition aiguë ont été enregistrés, avec 58 pour cent des enfants de moins de cinq ans en état de grave dénutrition, et un bilan de plus de deux morts par jour pour 10.000 habitants.

La région de Bay vient désormais s'ajouter aux cinq autres régions touchées par la famine, à savoir les communautés agropastorales de Bakool dans la région du Bas-Shabelle, les zones agropastorales des districts de Balcad et Adale du Moyen-Shabelle, le site des personnes déplacées du corridor d'Afgoye, et la communauté de déplacés de Mogadiscio.

Famine généralisée

En dépit des interventions en cours, les projections indiquent que la famine atteindra tout le sud de la Somalie d'ici la fin de 2011.

"Au vu des conditions actuelles de sécurité alimentaire, la famine devrait s'étendre aux populations agropastorales des régions de Gedo, Hiran, Moyen-Shabelle et Juba, et aux populations riveraines de Juba et de Gedo au cours des 4 prochains mois", a déclaré Grainne Moloney, Conseiller technique en chef de la cellule FSNAU.

Selon les dernières informations, la récolte céréalière de cette année est la plus faible des 17 dernières années. La chute des stocks locaux a fait flamber les prix des céréales de 300 pour cent durant la dernière année, et près d'un demi-million d'enfants en état de grave malnutrition a besoin d'un traitement nutritionnel urgent dans toute la Somalie.

La FAO a lancé un appel pour mobiliser 70 millions de dollars destinés à fournir une aide d'urgence à un million d'agriculteurs et d'éleveurs. Grâce à un accès croissant à de nombreuses zones du sud du pays, la FAO est en train de déployer des interventions d'urgence et d'ouvrir deux nouveaux bureaux à Mogadiscio et Dolo, ainsi que plusieurs cellules dans chaque région.  

Semences améliorées

"Nous avons déjà lancé la production massive de semences améliorées, acheté 5 000 tonnes d'engrais et d'autres intrants agricoles en vue de la campagne de semis imminente qui se déroulera d'octobre à décembre", a indiqué M. Alinovi. Les interventions en cours de la FAO viennent en aide à plus d'un million d'habitants des régions les plus touchées du pays.

La FAO a reçu des confirmations de dons pour un montant de 20 millions de dollars du Fonds central d'intervention d'urgence des Nations Unies (CERF), du Common Humanitarian Fund (CHF), de l'Australie, de l'Espagne, de la Suisse et du Royaume-Uni, ainsi que 21 millions de dollars de promesses de contributions de la Commission européenne - Département de l'aide humanitaire et de la protection civile (ECHO), des Etats-Unis, de la Belgique et de la Banque mondiale. Des négociations sont en cours avec d'autres pays.

La famine est évaluée au moyen du Cadre intégré de classification de la sécurité alimentaire (IPC). La FSNAU et le réseau FEWS NET décrètent une famine sur la base d'au moins trois critères des protocoles IPC: grave manque d'accès à la nourriture pour 20 pour cent de la population, malnutrition aiguë dépassant les 30 pour cent, et taux brut de mortalité supérieur à deux décès par jour pour 10.000 habitants.

La crise sévit actuellement dans toute la Corne de l'Afrique, y compris le nord du Kenya et les régions méridionales de l'Ethiopie et de Djibouti où de vastes zones sont classées en état d'urgence humanitaire.