FAO.org

Accueil > Médias > Nouvelles

Les Volontaires des Nations Unies et la FAO renforcent leur partenariat

Plus d’opportunités pour les jeunes et les professionnels désireux de contribuer à la lutte contre la faim et aux efforts visant à instaurer une agriculture durable

Photo: ©FAO/Olivier Asselin
Inspection d’une plantation de choux dans un champ école paysans à Thiaye, au Sénégal.

16 juin 2017, Rome - Renforcer les liens entre la FAO et le Programme de volontariat des Nations Unies (UNV) devrait être maintenant plus accessible pour les jeunes et experts qui souhaitent donner de leur temps et mettre leur savoir-faire au service de la lutte contre la faim et la pauvreté rurale.

M. Daniel Gustafson, Directeur général adjoint de la FAO, et M. Olivier Adam, Directeur exécutif de l'UNV, ont signé aujourd'hui un protocole d'accord visant à renforcer leur collaboration et à faciliter le déploiement des volontaires.

L'UNV regroupe près de 6 600 volontaires onusiens issus de plus de 150 pays et travaillant dans une douzaine d'organisations des Nations Unies et opérations de maintien de la paix, et ce, dans plus de 120 pays. La FAO accueille actuellement 17 volontaires onusiens au Tchad, au Honduras, en Mongolie, au Vietnam et dans de nombreux autres bureaux à travers le monde.

«Utiliser l'esprit et la nature inclusive du volontarisme est essentiel dans le cadre de notre lutte contre la faim et la pauvreté rurale», a déclaré M. Daniel Gustafson. «Les efforts de la FAO visant à aider les pays à renforcer leur résilience et leur durabilité bénéficieront grandement des contributions et du savoir-faire des volontaires onusiens», a-t-il ajouté.

«L'UNV est ravie de renforcer ses liens, déjà positifs, avec la FAO. L'UNV a une solide expérience en matière de réduction de la pauvreté, de changement climatique et de résilience, ce qui souligne une forte complémentarité avec le travail de la FAO», a précisé M. Olivier Adam. «Nos volontaires disposent d'une vaste gamme de spécialisations qui servent les Objectifs de développement durable et les cinq objectifs stratégiques de la FAO. Je salue cette opportunité d'accroître notre collaboration», a-t-il indiqué.

Les volontaires de l'ONU peuvent se révéler utiles dans divers domaines techniques tels que l'agriculture, la foresterie et les ressources naturelles. Ces volontaires déployés au sein de la FAO travaillent dans des secteurs variés, allant de la restauration des sols à la nutrition en passant par la mobilisation des jeunes.

Les Volontaires de l'ONU : des histoires différentes, des objectifs communs

Firoj Ahmed est un ressortissant bangladais qui a été affecté au bureau de la FAO au Soudan en tant que volontaire de l'ONU. Il est chargé de mener une enquête détaillée auprès des ménages qui servira à soutenir le programme de renforcement de la résilience.

Ahmed est volontaire onusien au Soudan depuis deux ans. Il a également été le point focal de l'Initiative alerte rapide, action rapide (EWEA) de la FAO au Soudan.

Barbora Chmelova est tchèque et travaille au bureau de la FAO au Vietnam. Son rôle est de réfléchir à la meilleure manière de rendre les marchés agricoles plus inclusifs.

Selon elle, il existe de nombreux avantages à travailler pour la FAO en tant que volontaire de l'ONU, comme celui de renforcer ses compétences techniques d'agronome sur des sujets tels que les stratégies d'adaptation au changement climatique et d'atténuation de ses effets, la préparation aux catastrophes, le développement de politiques, des connaissances à présent acquises et qui profitent chaque jour au personnel national avec lequel elle travaille.

Travailler en tant que volontaire de l'ONU pour la FAO au Sénégal représente une étape clé pour Théo Martin, jeune diplômé français travaillant actuellement sur un projet de vulgarisation des Champs écoles paysans.

«L'agriculture est le carrefour de nombreuses questions clés liées à la société, au changement climatique et aux modèles économiques, les questions agraires n'ont jamais été aussi importantes qu'aujourd'hui», a-t-il souligné. 

Partagez