FAO.org

Accueil > Médias > Nouvelles

Le Directeur général de la FAO appelle les pays à reconnaître le rôle vital joué par les femmes rurales dans la lutte contre la faim et la pauvreté

Un événement spécial se penche sur les différentes manières de parvenir à l’égalité des sexes afin d’améliorer la sécurité alimentaire, la nutrition et le développement durable

5 juillet 2017, Rome - « Les femmes et les filles en milieu rural sont des protagonistes clés du changement si l'on veut libérer le monde de la faim et de la pauvreté extrême, » a déclaré aujourd'hui M. José Graziano da Silva, Directeur général de la FAO, lors d'un événement parallèle spécial portant sur l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes, organisé en marge de la Conférence de la FAO.

« Leur rôle va au-delà de la production agricole et s'étend tout au long du système alimentaire mais, comme nous le savons, les femmes en milieu rural continuent de faire face à de nombreuses contraintes » a-t-il indiqué, faisant également remarquer que leur accès aux ressources productives et aux opportunités d'emplois était plus restreint.

Il a également insisté sur le fait que les femmes étaient plus affectées par les répercussions des conflits et des crises.

« Pendant une sécheresse, par exemple, les femmes ont une charge de travail plus importante. En Afrique et en Amérique latine, lors des sécheresses, les femmes peuvent passer plusieurs heures pour aller chercher de l'eau et doivent ensuite parcourir plusieurs kilomètres avec leur seau d'eau sur la tête sur le chemin du retour. » a-t-il ajouté.

Des efforts conjoints

M. José Graziano da Silva a également souligné l'importance des partenariats au sein des initiatives visant à soutenir les femmes en milieu rural.

Il a cité en exemple l'initiative conjointe de la FAO, du FIDA, du PAM et d'ONU Femmes ; l'agence onusienne spécialisée dans les questions de genre. « Ensemble, nous aidons les gouvernements nationaux à mettre en œuvre un programme mondial appelé « Accélérer les progrès vers l'autonomisation économique des femmes rurales ». Ce programme vise à améliorer les moyens d'existence des femmes rurales dans sept pays dont le Guatemala, le Népal et l'Ethiopie » a-t-il précisé.

« Ainsi, de plus en plus de femmes dans ces pays ont pu ouvrir un compte bancaire à leur nom. De plus en plus de femmes ont eu accès aux crédits et de plus en plus de femmes dirigent maintenant leurs propres entreprises » a ajouté le Directeur général de la FAO.

M. José Graziano da Silva a indiqué que la FAO apportait une aide technique afin d'autonomiser les femmes rurales dans plus de 15 pays dont le Rwanda, Bélize, la Bolivie, l'Afghanistan et la Tunisie.

M. Hugo Martinez, ministre salvadorien des Affaires étrangères, Mme Fatima Dia Sow, Commissaire chargée des affaires sociales et du genre à la CEDEAO, M. Ty Sokhun, Secretaire d'Etat cambodgien auprès du ministère de l'Agriculture, de la foresterie et des pêches, M. Ali Recep Nazli, Directeur général des relations extérieures et de la coordination avec l'Union européenne, Ministère turc de l'alimentation, de l'agriculture et de l'élevage, Mme Néziha Labidi, Ministre tunisienne de la femme, de la famille et de l'enfance, Mme Haowa Bello, Directrice générale et fondatrice de Madame Coquette, bénéficiaire du Programme en faveur de l'emploi des jeunes dans le secteur agricole et Mme Jessica Vega Ortega, Coordinatrice du collectif Yani Tundavii Dikuintií du Réseau de la jeunesse autochtone d'Amérique latine ont participé à la table ronde « Ne laisser personne pour compte : parvenir à l'égalité des sexes afin d'améliorer la sécurité alimentaire, la nutrition et l'agriculture durable » aux côtés de M. José Graziano da Silva.

Photo: ©FAO/Giulio Napolitano
En Ethiopie, des jeunes filles et des femmes récupèrent l’eau de source dans un champ appartenant à une agricultrice bénéficiaire d’un projet de la FAO et de l’UE.

Partagez