FAO.org

Accueil > Médias > Nouvelles

Le Corps de la paix renforce son partenariat avec la FAO et le PAM

Objectif commun: relever le défi de la sécurité alimentaire mondiale

Photo: ©FAO/Alessia Pierdomenico
De gauche à droite: Amir Abdulla, Aaron S. Williams et Manoj Juneja

20 octobre 2011, Rome/Washington D.C. - Le Corps de la Paix (Peace Corps en anglais) s'est joint à la FAO et au Programme alimentaire mondial (PAM) et s'est engagé à soutenir et à développer, de concert avec ces deux organisations, les activités relatives à la sécurité alimentaire et à la lutte contre la faim dans les pays où il est présent.

Un protocole d'accord en ce sens a été signé aujourd'hui à Rome, lors de la 37ème session du Comité sur la sécurité alimentaire mondiale, par M. Aaron S. Williams, Directeur du Corps de la paix, M. Jacques Diouf, Directeur général de la FAO, Mme Josette Sheeran, Directrice exécutive du PAM, et Mme Ertharin Cousin, Ambassadrice des Etats-Unis auprès de la FAO.

"En réponse aux défis en nombre croissant que pose la sécurité alimentaire à travers le monde, le Corps de la paix est déterminé à apporter sa contribution à la résolution de ce problème crucial sur le terrain", a déclaré M. Aaron S. Williams. "Grâce à cet important partenariat avec la FAO et le PAM, les volontaires du Corps de la paix auront accès à davantage d'outils et d'expertise technique pour contribuer à l'amélioration de la sécurité alimentaire dans les collectivités où ils opèrent."

"La FAO et le Corps de la paix ont une longue histoire de collaboration en faveur des communautés rurales à travers le monde", a déclaré de son côté M. Jacques Diouf. "Notre collaboration s'est élargie progressivement au fil des ans et cet accord marque un engagement accru et renouvelé en vue de tirer profit des forces respectives et de l'expertise de nos trois organisations pour s'attaquer aux causes profondes de la faim et assurer la sécurité alimentaire durable et le développement économique".

"La cérémonie d'aujourd'hui illustre l'engagement commun de nos trois organisations à soutenir les personnes vulnérables dans les nombreux pays où nous travaillons. Plus qu'un simple coup de main, il s'agit d'un effort soutenu pour améliorer la capacité des personnes vulnérables à produire et à accéder à la nourriture pour elles-mêmes, leur famille et leur communauté", a souligné Mme Josette Sheeran (PAM).

Les volontaires du Corps de la paix ont travaillé avec la FAO et le PAM dans près de 40 pays, partageant des techniques et des pratiques visant à la promotion de la sécurité alimentaire grâce à la fois à la participation citoyenne, à l'éducation et au renforcement des compétences.

Au Swaziland, le PAM a formé des volontaires du Corps de la paix en matière d'aménagement durable de jardins potagers et de techniques d'agriculture biologique. Les volontaires du Corps et le PAM ont travaillé ensemble également pour prodiguer aux enfants des cours d'hygiène et de nutrition.

Au Libéria, quatre volontaires du Corps de la paix ont été détachés auprès du PAM pour fournir à des chefs de communauté des informations ad hoc sur le stockage de la nourriture, la manipulation et la cuisson dans les écoles locales.

En Namibie, un volontaire du Corps de la paix, M. John Stoecker, originaire de Rolla (Missouri), et 20 bénévoles d'une communauté locale ont aménagé un jardin potager communautaire où l'on cultive des légumes pour les personnes atteintes du VIH/SIDA. M. Stoecker et la FAO ont également coordonné les activités d'autres partenaires locaux pour organiser un atelier de jardinage communautaire.

"Le lancement de ces partenariats renouvelés et élargis entre le Corps de la Paix, la FAO et le PAM permet une collaboration continue dans le domaine de la sécurité alimentaire", a déclaré Mme Ertharin Cousin. "La Mission américaine auprès des agences des Nations Unies à Rome s'engage à soutenir ces partenariats en servant de lien entre ces agences et le Gouvernement des Etats-Unis".

Depuis 1961, les volontaires du Corps de la paix s'emploient à contrer l'impact négatif des pénuries alimentaires dans les pays où ils sont présents. Les projets qu'ils ont exécutés ont varié de la pisciculture et l'introduction de petits systèmes d'irrigation au traitement amélioré des aliments et leur commercialisation.

Les volontaires ont également contribué à assurer la disponibilité des aliments et la nutrition au travers de différents projets, notamment l'aménagement de jardins potagers dans les écoles, le développement de petites entreprises agricoles et l'éducation en matière de bonne nutrition.