FAO.org

Home > Sala stampa > News Article
Questo articolo non è disponibile in italiano.

Cliccare qui per chiudere il messaggio.

Principes d’investissement responsable dans l’agriculture

Le Comité de la sécurité alimentaire mondiale approuve un processus sur deux ans

Photo: ©FAO/Alessandra Benedetti
La 39e session du Comité de Sécurité Alimentaire mondiale (CSA) se réunit à Rome
22 October 2012, Rome - Un processus de consultation qui s'étendra sur deux ans, visant à mettre au point les principes d'investissements responsables dans l'agriculture qui respectent les droits, les moyens d'existence et les ressources, a été approuvé par le Comité de la sécurité alimentaire mondiale (CSA) à sa 39ème session, qui s'est achevée samedi dernier au siège de la FAO. 

Les consultations se dérouleront au niveau mondial et régional sous les auspices du CSA, la principale plateforme intergouvernementale inclusive où toutes les parties prenantes œuvrent de façon coordonnée à la sécurité alimentaire et à une meilleure nutrition pour tous.  Le CSA est ouvert à la participation de tous les organismes des Nations Unies, de la société civile, du secteur privé, des institutions de recherche agricole, des institutions financières et des fondations philanthropiques.

Les principes viendront s'ajouter aux "Directives volontaires pour une gouvernance responsable des régimes fonciers applicables aux terres, aux pêches et aux forêts dans le contexte de la sécurité alimentaire nationale", approuvées par le CSA en mai dernier à l'issue de négociations inclusives et participatives.  Ils reposeront sur des lignes directrices et des cadres existants sans risque de chevauchement avec d'autres activités.

La FAO estime que l'investissement annuel net moyen nécessaire pour soutenir l'expansion de la production agricole dans les pays en développement et satisfaire la demande projetée en 2050 s'élève à 83 milliards de dollars, soit 50 pour cent de plus par an environ que les niveaux actuels. Les besoins d'investissements seront essentiellement axés sur l'agriculture primaire et les services en aval tels que les installations de stockage et de transformation.

Les principes aborderont tous les types d'investissements dans la filière agricole et les systèmes agroalimentaires, notamment les petits exploitants, la recherche, les services de vulgarisation et le transfert de technologies. Ils comprendront les investissements publics et privés, étrangers et nationaux, à petite, moyenne et grande échelle.

Des principes efficaces doivent répondre aux préoccupations des pays bénéficiaires comme des investisseurs.  Des cadres stratégiques et réglementaires devront garantir l'optimisation des avantages en matière de développement.

L'insécurité alimentaire dans les crises prolongées

Le CSA a également reconnu la gravité de l'insécurité alimentaire et de la malnutrition dans les pays en situation de crises prolongées ou récurrentes.  Le processus de consultation multipartenaires débouchera sur un programme d'action visant à assurer la sécurité alimentaire de toutes les victimes de ces crises, qui sont rarement couvertes par les mécanismes existants d'aide d'urgence ou d'aide au développement.

Un Cadre stratégique mondial pour la sécurité alimentaire et la nutrition

Une autre réalisation importante de la semaine a été l'adoption de la première version d'un Cadre stratégique mondial pour la sécurité alimentaire et la nutrition (GSF).  Le GSF a pour vocation d'améliorer la coopération, de coordonner les actions et de soutenir les partenariats au niveau, régional et national afin de conjurer de nouvelles crises alimentaires, d'éliminer la faim et de garantir la sécurité alimentaire et la nutrition pour tous.

Recommandations en matière de protection sociale et de changement climatique

Durant la semaine, deux tables rondes ont été organisées: la première sur la protection sociale pour la sécurité alimentaire pour  a recommandé l'adoption du principe selon lequel les personnes défavorisées sont déjà pénalisées.  Les Gouvernements devraient mettre en place des programmes de protection de la sécurité alimentaire et de la nutrition des individus les plus vulnérables, notamment durant les 1 000 premiers jours suivant la conception. 

Parmi les recommandations de politique de changement climatique figurent l'accroissement des investissements publics et privés et la coopération internationale pour accroître la sécurité alimentaire et la nutrition, et la mise au point de stratégies visant à affronter les questions de changement climatique liées à l'alimentation, notamment les prévisions météorologiques, les outils de gestion des risques et l'aide aux petits exploitants agricoles. Enfin, les gouvernements devraient aider les agriculteurs à accroître la production et à atténuer les problèmes causés par le changement climatique.