FAO.org

Home > Sala stampa > News Article
Questo articolo non è disponibile in italiano.

Cliccare qui per chiudere il messaggio.

Les coopératives, des alliés de taille dans la lutte contre la faim

Les agriculteurs pauvres accèdent aux marchés et la pauvreté recule, selon le chef de la FAO

Photo: ©FAO/Giulio Napolitano
Le Directeur Général de la FAO, José Graziano da Silva
31 octobre 2012, Rome - Pour les petits producteurs de denrées alimentaires, une des rares possibilités d'avoir un accès concurrentiel aux marchés locaux et mondiaux consiste à se regrouper en coopératives, a souligné aujourd'hui M. José Graziano da Silva, Directeur général de la FAO, lors de la réunion du Congrès mondial des coopératives à Manchester (Royaume Uni).

Le monde célèbre cette année l'Année internationale des coopératives.

 «Les coopératives respectent des valeurs et des principes fondamentaux qui sont essentiels pour faire des affaires de manière équitable et qui visent à responsabiliser et à procurer des avantages à leurs membres et à la communauté dans laquelle elles sont insérées», a déclaré notamment M. Graziano da Silva dans son discours liminaire. «Ceci est particulièrement pertinent dans les communautés rurales pauvres, où le regroupement des forces est essentiel pour promouvoir un développement local durable.»

Et M. Graziano da Silva d'ajouter que dans le cas de l'agriculture, le modèle d'entreprise coopérative aide les agriculteurs, pêcheurs et autres entreprises agricoles de petite et moyenne taille à ajouter de la valeur à leur production et à accéder aux marchés. Par le truchement de leurs coopératives, beaucoup de producteurs de denrées alimentaires peuvent même prendre part aujourd'hui aux discussions relatives à l'élaboration de politiques affectant leurs vies.

Dans son intervention au Congrès, Mme Pauline Green, Présidente de l'Alliance coopérative internationale (ACI), a également souligné l'importance d'une participation accrue des gens au processus de prise de décisions.

Réduire la pauvreté pour réduire la faim

«Que vous soyez au Royaume-Uni, au Brésil, au Kenya ou en Thaïlande, les coopératives contribuent à créer des emplois, stimulent les économies nationales et réduisent la pauvreté» a encore dit le Directeur général de la FAO aux congressistes venus des quatre coins du monde pour l'événement qui se prolonge durant une semaine. «Ceci contribue, à son tour, à améliorer la sécurité alimentaire.»

Bien qu'il ait reculé de 132 millions depuis 1990, le nombre de personnes qui souffrent de la faim atteint toujours près de 870 millions, ce qui est inacceptable dans un monde qui produit assez de nourriture pour tous, a rappelé M. Graziano da Silva.

Le chef de la FAO a encore dit que son organisation s'était engagée à favoriser la croissance des coopératives agricoles, notamment en nommant des ambassadeurs spéciaux pour plaider la cause des coopératives et en élaborant des approches, des lignes directrices, des méthodologies et des outils de formation sur le développement organisationnel et le soutien aux politiques.

M. Graziano da Silva a invité son auditoire à contribuer au plan d'action mondial qui émergera de l'Année internationale des coopératives, notamment en aidant les coopératives moins avancées dans les pays en développement.

D'autre part, M. Graziano da Silva a applaudi à la proposition présentée par l'AIC de créer un fonds mondial de développement en appui aux coopératives dans le monde en développement, centré sur les coopératives agricoles et rurales en Afrique.

«Nous voulons que leurs coopératives soient aussi fortes que les nôtres», a déclaré pour sa part M. Paul Flowers, Président de la Coopérative pour le développement mondial et de la Banque coopérative, en présentant la proposition aux congressistes réunis à Manchester.