FAO.org

Home > Sala stampa > News Article
Questo articolo non è disponibile in italiano.

Cliccare qui per chiudere il messaggio.

Le Directeur général de la FAO sollicite le soutien du secteur privé au fonds fiduciaire contre la faim

“Ce que le secteur privé accomplit à l’échelle locale pour combattre la faim peut rapidement s’étendre au reste du monde”

Photo: ©FAO/Giulio Napolitano
Le Directeur général de la FAO rencontre les représentants di secteur privé

10 octobre 2013, Rome“Nombre des sociétés qui sont ici aujourd’hui sont présentes dans de nombreux pays. Cela est important car ce que vous faites localement contre la faim peut rapidement devenir une action planétaire”, a déclaré le Directeur général de la FAO José Graziano da Silva au cours d’une réunion des partenariats avec le secteur privé qui s’est tenue aujourd’hui au siège.

M. Graziano da Silva a annoncé la mise en place par la FAO d’un fonds fiduciaire multidonateurs afin de permettre aux entreprises du secteur privé d’apporter leur contribution financière au travail de l’Organisation en soutenant ses projets et programmes. “Je vous souhaite la bienvenue et vous encourage à adhérer à ce partenariat et donner le coup d’envoi à ce nouveau fonds”, a-t-il ajouté.

Le Directeur général a expliqué que les Etats membres de la FAO ont approuvé la Stratégie en matière de partenariats avec le secteur privé, ciblée autour de cinq grands Objectifs stratégiques, "sur lesquels je souhaite que nous travaillions ensemble", a-t-il précisé.

Hakan Bahceci, Président du Mécanisme du secteur privé (PSM) au Comité de la sécurité alimentaire mondiale (CSA) à Rome, a remercié le Directeur général pour avoir donné aux représentants de plus de 10 000 sociétés l’occasion de se réunir pour examiner les priorités. Il a en outre exprimé son soutien au renforcement de la coopération avec le secteur privé, en cours à la FAO. “Nous partageons les 5 Objectifs stratégiques de la FAO”, a-t-il affirmé.

Cette réunion est la deuxième d’une série de rencontres avec le secteur privé qui a démarré l’an dernier dans un effort de consolider les liens qui comprend l’approbation d’une stratégie et se déroule dans le cadre du CSA. Le dialogue entre la FAO et le secteur privé a fait d’importants pas en avant, notamment des accords intervenus récemment avec les Fondations Rabobank et Grameen en faveur des petits exploitants. Quant aux collaborations avec des partenaires de longue date tels que la Fondations Bill & Melinda Gates, elles continuent à se développer.

M. Graziano da Silva a souligné que même si les nouveaux chiffres de la faim publiés récemment montrent que la sous-alimentation poursuit son recul et que, selon les dernières estimations, il y aurait près de 26 millions d’affamés en moins dans le monde en 2013, “nous aurons besoin d’un niveau exceptionnel de collaboration entre le secteur public et privé pour annihiler la faim et nous devrons œuvrer main dans la main pour parvenir à un changement significatif”.  

“Travailler avec le secteur privé ne veut pas dire uniquement recevoir un appui financier, mais tirer également parti de votre dynamisme, de votre esprit d’innovation et d’entreprise à l’échelle mondiale, régionale et nationale”, a indiqué le Directeur général en s’adressant aux représentants des partenaires de l’agroalimentaire allant du commerce, de l’investissement et des finances à la transformation des aliments, l’élevage, la bioénergie et la production agricole.  Il a souligné que le secteur privé était un acteur essentiel pour dégager le consensus politique qui s’impose dans la lutte contre la faim et a mis en lumière sa participation au Comité de la sécurité alimentaire mondiale.

Le Directeur général a rappelé que l’an dernier, le CSA avait approuvé les Directives volontaires pour une gouvernance responsable des régimes fonciers applicables aux terres, aux pêches et aux forêts dans le contexte de la sécurité alimentaire nationale et manifesté l’espoir qu’on puisse parvenir à un accord analogue sur les Principes pour des investissements responsables dans l’agriculture. Il a fait remarquer que la deuxième Réunion ministérielle sur les prix alimentaires convoquée le 7 octobre avait mis l’accent sur la nécessité d’accroître les investissements dans l’agriculture et sur l’urgence de trouver un accord sur les principes.

Ensemble dans la lutte contre la faim

“Éradiquer la faim consiste à unir ses forces pour reproduire à grande échelle les programmes couronnés de succès et relier les actions dans le but d’obtenir de meilleurs résultats. Ainsi, nous devons travailler avec les petits exploitants, en les aidant à accroître leur production et leur productivité et permettre d’accéder aux chaînes de valeur et aux débouchés sur le marché”, a-t-il souligné.

M. Graziano da Silva a invité le secteur privé à soutenir l’Année Internationale de l’agriculture familiale en 2014 par le biais de campagnes communes de plaidoyer, de diffusion et de communication avec la FAO, en précisant que les agriculteurs sont eux-mêmes un volet important du secteur privé dans le monde.