FAO.org

Home > Sala stampa > News Article
Questo articolo non è disponibile in italiano.

Cliccare qui per chiudere il messaggio.

La santé des sols, essentielle pour nourrir une planète affamée

Une meilleure gestion des sols passe par de meilleures données

Photo: ©FAO/Ishara Kodikara
Des sols sains, fondement de la sécurité alimentaire

5 décembre 2013, Rome – La santé et la gestion des sols de la planète devront retenir toute notre attention si nous voulons être en mesure de nourrir une population mondiale en constante expansion, et ce, dans un contexte de changement climatique et d'appauvrissement grandissant des ressources naturelles, a indiqué aujourd'hui la Sous-directrice générale de la FAO, Maria Helena Semedo, en s'adressant à un groupe d'éminents experts des sols et d'organisations de recherche réunis au siège de la FAO à Rome pour la célébration de la Journée mondiale des sols.

"L'importance des sols pour la sécurité alimentaire est évidente. Depuis les origines de la civilisation au sein des premières communautés pratiquant l'agriculture jusqu'à notre époque, les sociétés ont pu prospérer grâce à la bonne santé des sols, alors que leur dégradation ou leur infertilité en ont amorcé le déclin", a précisé Mme Semedo.

Des sols sains ne sont pas seulement le fondement même de la production vivrière, mais remplissent d'autres fonctions, a-t-elle fait remarquer. Par exemple, la santé des eaux souterraines et superficielles et celle de l'écosystème dépendent en grande partie des sols, qui piègent deux fois plus de carbone que l'atmosphère.

"Or, jusqu'à récemment, les sols étaient la ressource naturelle la plus méconnue et la plus largement dégradée. Aujourd'hui, cet état de fait a enfin commencé à changer avec la Journée mondiale des sols en passe d'être reconnue officiellement par l'ONU et un nouveau Partenariat international des sols au sein duquel vous êtes tous réunis", a ajouté Mme Semedo.

M. Rapibhat Chandarasrivongs, Représentant permanent de la Thaïlande auprès de la FAO, s'est adressé à son tour aux participants: "Le sol est la base même de l'agriculture et ses multiples rôles dans la production vivrière sont amplement reconnus. Cependant, les contributions des sols à la sécurité alimentaire et à l'innocuité des aliments sont relativement négligées. L'heure est venue d'y remédier".

Le gouvernement thaïlandais est un des principaux initiateurs de la proclamation par les Nations Unies d'une "Journée mondiale des sols" le 5 décembre, afin de sensibiliser l'opinion publique à l'importance de cette ressource naturelle pour l'agriculture, la biodiversité et le climat. La proposition, approuvée en juin par la Conférence de la FAO, est en cours d'examen par l'Assemblée générale de l'ONU.

Une précieuse ressource sous pression

Un peu partout dans le monde, les sols sont sous pression. Des études de la FAO ont constaté que les activités humaines – et notamment l'agriculture – sont responsables de la forte dégradation d'un quart des terres de la planète.

A l'heure actuelle, quelque 1,6 milliard d'hectares de terres sont affectés à l'agriculture, et leur dégradation est souvent due à de mauvaises pratiques d'exploitation qui ont entraîné une érosion hydrique et éolienne, une perte de matière organique, le tassement de la couche arable, la salinisation et autres formes de pollution, ainsi qu'une perte de nutriments.

Besoin de données actualisées

Au cœur des débats à la FAO aujourd'hui figurait la nécessité de mettre à jour les bases de données mondiales liées à l'état de santé des sols. Une enquête mondiale de la FAO sur l'état des sols, compilée entre la fin des années 70 et le début des années 80, demeure la seule référence mondiale en la matière.

Le Partenariat mondial sur les sols (PMS) récemment créé par la FAO s'emploie à mettre en place un nouveau système d'information mondial sur les sols qui démarrera d'ici 2014 et devrait fonctionner à plein régime en l'espace de quatre ans.

Plusieurs organisations participant à l'événement d'aujourd'hui jouent un rôle important dans ce processus.

Wouter Verhey, Coordonnateur des politiques au Ministère des affaires économiques des Pays-Bas, a, pour sa part, présenté le nouveau système "SoilGrids1km" pour réaliser des cartes actualisables sur les propriétés et les catégories de sols de la planète entière, mis au point par le Centre international de référence et d'information pédologique (ISRIC) de l'Université de Wageningen, et servant de contribution à l'initiative d'information sur les sols du PMS.

La contamination des sols

Durant l'événement à la FAO, l'EGS  (Services géologiques européens) a lancé une nouvelle base de données offrant des informations jusqu'ici non disponibles  sur la composition chimique et la qualité des sols dans 33 pays européens, notamment sur la présence de polluants naturels et anthropiques.

Jusqu'à présent, la plupart des projets de cartographie se sont concentrés sur la fertilité des sols. Le projet GEMAS de l'EGS (Atlas géochimique des terres agricoles et des pâturages) est unique en ce sens qu'il met l'accent sur la qualité et la pollution des sols. Il s'agit là d'un territoire inexploré pour la science des sols, auquel le Partenariat mondial sur les sols de la FAO accordera une large place.

"Il faut davantage de données pour établir une évaluation scientifique complète de la contamination diffuse des sols et de ses liens potentiels avec la qualité des aliments. Le Groupe technique intergouvernemental sur les sols (GTIS) récemment institué dispense des avis scientifiques indépendants à l'appui des décisions des pouvoirs publics liées à la qualité des sols et à la sécurité sanitaire des aliments. Un sol en bonne santé fournit des aliments sains", a affirmé Luca Montanarella, Président du GTIS, durant une allocution liminaire sur ce thème.

Nouveau portail sur les sols

La FAO a également lancé aujourd'hui un nouveau portail en ligne sur les sols qui permet d'accéder à une collection complète de cartes des sols et à plus de 700 rapports techniques.

En outre, l'Alliance mondiale Jeunesse et Nations Unies (YUNGA) a annoncé le lancement d'un nouveau "badge des sols" auquel peuvent aspirer les scouts et autres étudiants au terme d'une série d'activités éducatives ciblées sur les sols et leur gestion.