FAO.org

Home > Sala stampa > News Article
Questo articolo non è disponibile in italiano.

Cliccare qui per chiudere il messaggio.

Une Année internationale 2013 couronnée de succès pour le quinoa

Le Président de la Bolivie Evo Morales et la Première Dame du Pérou Nadine Heredia ont pris part aux cérémonies de clôture aux côtés du Directeur général de la FAO

Photo: ©FAO/FAO RLC
Imagenes del acto de clausura en Oruro, Bolivia.

18 décembre 2013, Santiago, Chili - L'accroissement de la production et de la consommation de quinoa, une visibilité grandissante et l'enrichissement des connaissances scientifiques sur ce "super-aliment" sont l'héritage laissé au monde par l'Année internationale du quinoa 2013 qui s'achève par des cérémonies de clôture au Pérou et en Bolivie.

"Aujourd'hui, nous sommes en fête. Notre quinoa est désormais connu dans le monde entier pour ses propriétés nutritionnelles qui en font un allié contre la faim", a déclaré Evo Morales, Président de l'État plurinational de Bolivie, lors de la cérémonie de clôture célébrée à Oruro (Bolivie).

Le Président Morales, qui est à l'origine de l'initiative de l'Année du quinoa, a ajouté: "Actuellement, le quinoa est considéré comme un aliment nutritif en mesure de nous protéger contre l'appauvrissement et l'exploitation des ressources naturelles. Il nous permet d'affronter la pauvreté et la malnutrition dans le monde".

Pour le Directeur général de la FAO, José Graziano da Silva, l'Année internationale a montré que le quinoa peut avoir un rôle prépondérant pour la sécurité alimentaire mondiale car il est cultivé dans plus de 70 pays de par le monde.

"La promotion du quinoa et de nos graines andines est un volet important de la politique de sécurité alimentaire et nutritionnelle que le Pérou poursuit", a souligné la Première Dame Nadine Heredia, lors de la clôture de l'Année à Capachica (Pérou).

M. Graziano da Silva a mis l'accent sur l'appui fondamental offert par le Président Morales et la Première Dame du Pérou en tant qu'Ambassadeurs spéciaux de la FAO pour l'Année internationale du quinoa: "Je souhaite rendre hommage aux gouvernements du Pérou et de la Bolivie pour la vision qu'ils ont démontrée en sachant mobiliser la volonté de la communauté internationale pour revaloriser le quinoa".

Le Directeur général a rappelé que ce qui est plus important encore que la pseudo-céréale sont les mains des milliers de petits agriculteurs familiaux, peuples autochtones et femmes qui ont su préserver et améliorer ce trésor de l'agriculture des Andes pour la sécurité alimentaire.

Reconquête d'un trésor des Andes

Le Président Morales a mis l'accent sur les vertus alimentaires de cette graine en précisant, par exemple, que consommer 100 g de quinoa équivaut à boire quatre verres de lait. "Par ailleurs, le quinoa renferme six fois plus de fer et de calcium que le maïs et 20 fois plus de fer que le riz", a-t-il expliqué.

Le Ministre de l'agriculture et de l'irrigation du Pérou, Milton Von Hesse, a déclaré que durant cette Année internationale, une variété nouvelle de quinoa a été développée et baptisée "Santa Ana 433"; son rendement est six fois supérieur à celui du quinoa traditionnel.

Le quinoa occupe une place à part entière dans les travaux entrepris par les pays et la FAO pour sauvegarder et récupérer les cultures oubliées dont le potentiel n'est pas pleinement exploité.

"La reconquête de ces aliments signifie la revalorisation de cultures et de modes de vie susceptibles d'améliorer l'alimentation de millions de personnes", a précisé le Directeur général de la FAO.

Le Président Morales a fait remarquer qu'il y a quelques années, le quinoa  était considéré par les citadins de Bolivie comme un aliment réservé aux peuples indigènes Aymaras. "Aujourd'hui, le monde entier en demande."

Ce revirement se reflète clairement dans la situation de l'offre et de la demande: en Bolivie, la production de quinoa est passée de 27 000 tonnes par an en 2006 à 95 000 tonnes en 2013.

Nouveau regard sur une culture ancestrale

L'essor de la consommation, de la production, de la commercialisation et de l'utilisation du quinoa a bénéficié de mises à jour du bagage de connaissances scientifiques et culturelles menées à bien par les pays, qui ont donné lieu à des publications telles que "l'État de l'art du quinoa dans le monde" ou Le livre international de recettes sur le quinoa (Recetario Internacional de la quinua: Tradición y Vanguardia).

Le premier Congrès mondial sur le quinoa a permis d'échanger les études effectuées tout au long de cette année et de rassembler universitaires et spécialistes du monde entier pour faire progresser la recherche sur les semences. L'Année internationale a facilité en outre l'étude de la biodiversité du quinoa dans les principaux pays producteurs (Argentine, Bolivie, Chili, Colombie, Equateur, Pérou), ainsi que l'examen exhaustif de ses principaux organismes nuisibles et maladies.

Année internationale de l'agriculture familiale 2014

La quasi-totalité de la production mondiale de quinoa dépend de l'agriculture familiale. Reconnaissant sa contribution à la sécurité alimentaire mondiale, l'Assemblée générale des Nations Unies a proclamé 2014 "Année internationale de l'agriculture familiale".

"Ce sont les petits agriculteurs des Andes qui ont su conserver et améliorer la culture du quinoa durant des milliers d'années, et c'est à eux - et aux millions d'agriculteurs familiaux de la planète - que nous souhaitons rendre hommage en 2014", a souligné M. Graziano da Silva.

Selon la FAO, plus de 80 pour cent des exploitations agricoles d'Amérique latine et des Caraïbes sont des fermes familiales qui produisent la majeure partie des aliments consommés dans la région et assurent près de 70 pour cent des emplois au niveau des pays.

M. Graziano da Silva a invité le Président Evo Morales ainsi que la Première Dame du Pérou Nadine Heredia à poursuivre leur mission d'Ambassadeurs spéciaux du quinoa en 2014.

"En 2014, durant l'Année internationale de l'agriculture familiale, nous poursuivrons l'engagement de notre gouvernement à travailler avec les petits agriculteurs, de concert avec vous tous, les autorités, la coopération internationale et les entreprises, afin de renforcer les capacités productives des agriculteurs", a déclaré la Première Dame du Pérou.