FAO.org

Home > Sala stampa > News Article
Questo articolo non è disponibile in italiano.

Cliccare qui per chiudere il messaggio.

Les pays d’Amérique latine et des Caraïbes redoublent d’efforts pour éradiquer la faim

La Présidente du Chili, le Vice-Président du Venezuela, le Directeur général de la FAO et les représentants de 33 pays réunis pour la Conférence régionale de la FAO

Photo: ©FAO
De gauche à droite: le Ministre de l'agriculture chilien qui préside la Conférence, la présidente du Chili, le Directeur général de la FAO et le Ministre chilien des Afffaires étrangères

7 mai 2014, Santiago du Chili – Des représentants de tous les pays d'Amérique latine se sont réunis cette semaine pour convenir des actions à mettre en place pour éradiquer la faim dans la région d'ici à 2025.

«Nous sommes conscients du fait que la lutte contre la faim est une dimension fondamentale qui s'inscrit dans les grandes missions de l'humanité. La faim est sans doute l'expression la plus brutale de l'inégalité», a déclaré la Présidente du Chili, Michelle Bachelet, dans le discours qu'elle a prononcé à la cérémonie d'ouverture de la Conférence régionale de la FAO, qui se déroule du 7 au 9 mai.  

«La Région Amérique latine-Caraïbes est devenue un exemple pour le monde dans la lutte contre la faim; en effet elle a réussi à réduire le nombre de personnes sous-alimentées de 15 pour cent en 1990 à 8 pour cent aujourd'hui, et de 66 millions à 47 millions», a souligné le Directeur général de la FAO, José Graziano Da Silva, durant son allocution d'ouverture, en exhortant les pays à réaliser l'objectif de l'Initiative L'Amérique latine et les Caraïbes libérées de la faim en 2025.

Mise en place en 2006 et approuvée par tous les Chefs d'État et de gouvernement de la région, l'Initiative vise l'éradication totale de la sous-alimentation d'ici à la date cible de 2025. 

16 pays de la région ont d'ores et déjà atteint la cible sur la faim du premier objectif du Millénaire pour le développement, en divisant par deux la proportion de personnes qui souffrent de la faim. «Le défi que nous avons devant nous est de ramener ce nombre à zéro», a déclaré Graziano da Silva. 

Un engagement politique sans précédent

Selon le Directeur général de la FAO, la participation massive des gouvernements à la Conférence régionale est le signe que la région Amérique latine-Caraïbes est déterminée à agir de manière définitive en faveur de la sécurité alimentaire. 

«Nous constatons aujourd'hui un engagement politique et social sans précédent. La quasi-totalité des pays de la région et des organes d'intégration régionale – comme la Communauté des États d'Amérique latine et des Caraïbes (CELAC), Petrocaribe, l'Alliance bolivarienne pour les peuples de notre Amérique (ALBA), l'Union des nations sud-américaines (UNASUR), le Marché commun austral (MERCOSUR), la Communauté des Caraïbes (CARICOM), le Système d'intégration centraméricaine (SICA) et la Communauté andine (CAN) – mettent en œuvre des plans et des initiatives pour éradiquer la faim,» a souligné Graziano da Silva.

La Conférence régionale va définir les priorités de la FAO 

La Conférence régionale de la FAO se réunit tous les deux ans pour discuter des principaux défis en matière de sécurité alimentaire. Cette fois, elle est axée sur l'élimination de la faim et de la malnutrition, le développement durable et l'agriculture familiale.  

La Conférence définira les priorités d'action de la FAO dans la région pour les deux prochaines années et c'est un important forum de dialogue avec la société civile et le secteur privé.

«C'est un espace de dialogue important pour faire connaître nos points de vue aux gouvernements», a indiqué Mary Noel, une représentante du Movimiento Agroecológico Latino Americano y el Caribe (MAELA). 

Reconnaissance spéciale pour le Chili

Le Directeur général de la FAO a salué en particulier l'action de la Présidente du Chili, Michelle Bachelet, qui a atteint l'objectif du Sommet mondial de l'alimentation de 1996, en réduisant de moitié le nombre de personnes sous-alimentées dans son pays. 

«Le Chili a réduit la prévalence de la sous-alimentation à moins de 5 pour cent en 2011-2013, contre 9 pour cent dans les années 90. Nous sommes très fiers de cette formidable avancée et très conscients de la tâche que nous devons encore accomplir pour réduire à zéro les 5 pour cent restants; ce n'est pas simplement une question de chiffres, ce sont des hommes, des femmes et des enfants qui n'ont pas le minimum nécessaire pour subvenir à leurs besoins quotidiens», a affirmé Madame Bachelet.  

Le Directeur général de la FAO a mis en avant le Chili, devenu un exemple pour le monde dans la lutte contre la faim, et il a salué la manière dont le pays partage son expérience avec le reste du monde, en s'appuyant sur plusieurs mécanismes de coopération Sud-Sud.