FAO.org

Home > Sala stampa > News Article
Questo articolo non è disponibile in italiano.

Cliccare qui per chiudere il messaggio.

La peste porcine africaine atteint le nord de la Russie

La FAO s'inquiète de la propagation de la maladie

Photo: ©FAO/Jon Spaull
La FAO traque le virus dans le Caucase depuis des années
22 octobre 2009, Rome - La peste porcine africaine (PPA), maladie mortelle pour les porcs, a franchi 2 000 kilomètres du sud de la Russie au nord-ouest du pays, dans la région de Saint-Pétersbourg.

Le dernier foyer a été découvert le 20 octobre près de la ville baltique, confirmant les pires craintes des experts de la FAO qui traquent depuis plusieurs années le virus en Géorgie et dans les pays voisins.

Le danger est que cette maladie - qui n'est pas transmissible à l'homme - puisse se répandre dans d'autres régions, dont les pays de l'Union européenne, l'Europe de l'Est, les pays du bassin de la mer Noire et - dans le pire scénario - à l'Asie centrale et même à la Chine, où se trouve la plus grande population porcine au monde.

«Bien que nous sachions que le virus circulait dans les pays du Caucase - en Géorgie, en Arménie et en Azerbaïdjan - depuis plusieurs années maintenant avant d'atteindre le sud de la Russie, son apparition soudaine près de la côte baltique, très loin du foyer d'origine, est inquiétante», souligne Juan Lubroth, vétérinaire en chef de la FAO.

Le virus se répand localement de manière progressive, mais il peut également être transporté à grande distance par le transfert de porcs infectés ou de produits porcins contaminés.

Danger pour la Chine

«Les républiques baltes, ainsi que l'Ukraine, le Bélarus, la Moldavie, la Roumanie et la Bulgarie sont directement menacés, affirme J. Lubroth. Cela signifie des risques possibles d'incursion du virus dans l'UE et d'expansion à travers la Russie, en direction de l'est vers la Sibérie et peut-être par la suite vers la Chine».

Bien que les populations musulmanes ne consomment pas de porc, l'Iran, la Turquie et l'Asie centrale pourraient représenter un point de passage pour le virus en raison du nombre relativement élevé de sangliers dans ces pays.

Les signes cliniques de la PPA sont très semblables au virus classique de la peste porcine et les deux maladies doivent être différenciées au travers d'un diagnostic établi par des laboratoires spécialisés.

«À la lumière de l'apparition de ce foyer, la FAO conseille aux pays de se montrer vigilants et de mettre immédiatement en oeuvre leurs plans de dépistage précoce et d'action», a précisé M. Lubroth.

Il y a quelques mois, le système de prévention d'urgence de la FAO pour la santé animale a dispensé des cours régionaux de formation vétérinaire en Ukraine et au Bélarus. 

Attention à la nourriture des porcs

La PPA a été découverte dans la région dans une décharge d'ordures près du port de Poti, en Géorgie. En effet, la maladie peut également être transmise à travers la nourriture des porcs.

On pense que des pâtés de porc contaminés (les animaux sont nourris de restes, y compris de déchets porcins) seraient impliqués dans l'apparition de foyers dans les populations porcines; c'est ce qui s'est probablement passé dans le cas de la transmission du virus d'Afrique de l'Est au Caucase.

La contamination locale peut se produire par contact direct entre les porcs. En Afrique subsaharienne, le virus se répand à travers les phacochères et autres espèces de cochons sauvages; un type particulier de tique peut aussi transmettre le virus. Chez les cochons domestiques, la transmission directe est un problème croissant.

La peste porcine africaine a circulé pendant des décennies dans la péninsule ibérique avant d'être éliminée vers la fin des années 90 et des foyers très limités d'infection sont encore présents en Sardaigne, île italienne. Dans le passé, il y a également eu des foyers dans plusieurs pays européens, dans les Caraïbes et au Brésil.

Aucun vaccin pour l'instant

Il n'y a actuellement aucun vaccin contre cette maladie. La FAO appelle à un effort renouvellé des laboratoires aux Etats-Unis, en Europe et dans la Fédération de Russie pour développer un vaccin efficace contre la PPA.

La peste porcine africaine est habituellement éradiquée par l'abattage des animaux infectés et un contrôle strict des déplacements. Améliorer l'hygiène et les pratiques alimentaires est utile pour prévenir l'apparition de la maladie dans les porcheries et les lieux où sont parqués les cochons.

La peste porcine africaine est causée par un virus qui n'est pas lié au virus H1N1 responsable de la grippe de pandémie humaine en cours.