FAO.org

Home > Sala stampa > News Article
Questo articolo non è disponibile in italiano.

Cliccare qui per chiudere il messaggio.

La parité homme-femme dans l'agriculture mieux ciblée

Objectif: accroître l'efficacité des efforts de développement rural

Photo: ©FAO/Asim Hafeez / FAO
La contribution des femmes à la production agricole est souvent sous-estimée
15 avril 2010, Rome - Un nouvel ensemble d'outils mis au point par la FAO vise à mieux cibler les initiatives contre la faim et en faveur du développement en aidant les pays à recueillir des informations plus rigoureuses sur la parité homme-femme dans l'agriculture.

La base de données Agri-Gender, élaborée en réponse à une requête de la Commission africaine des statistiques agricoles (AFCAS), présente des recommandations détaillées sur la manière de recueillir des statistiques ventilées par sexe dans l'agriculture.

Cette base de données est destinée à un vaste éventail d'utilisateurs impliqués dans les initiatives de développement, depuis les statisticiens et les chercheurs agricoles jusqu'aux responsables de la planification politique et aux défenseurs de l'égalité des sexes.

Améliorer la planification

"Rassembler des statistiques sur la différence des rôles des femmes et des hommes dans l'agriculture - et sur d'autres thèmes comme leur accès aux ressources et leur exposition à l'insécurité alimentaire - est capital pour améliorer la planification et la durabilité des politiques et des programmes de développement", affirme Diana Tempelman, Fonctionnaire principal de la FAO pour les questions de parité et de développement.

"En disposant d'informations plus spécifiques, les autorités peuvent mieux venir en aide à tous ceux qui n'exercent aucun contrôle sur les ressources agricoles et en particulier aux femmes, pour parvenir à une plus grande égalité et à la sécurité alimentaire", explique Mme Tempelman.

"Mais les utilisateurs et les producteurs de statistiques agricoles ont remarqué que, souvent, les informations compilées ne reflètent pas les rôles et responsabilités véritables des femmes dans la production agricole", poursuit l'experte de la FAO.

Vingt années de recherche

La méthodologie de collecte de ces informations, telle qu'elle est illustrée dans l'ensemble d'outils de la FAO, s'appuie sur vingt années de recherche et de recensements dans de nombreux pays d'Afrique. 

"Très souvent, lorsqu'on est à la recherche de données relatives à la parité, c'est dans un contexte de questions sociales, d'éducation, de santé et d'aspects juridiques. Beaucoup plus rarement a-t-on recours aux statistiques agricoles pour recueillir des données spécifiques aux hommes et aux femmes, ce en quoi la base de données Agri-Gender fournira une aide précieuse", souligne Mme Tempelman.

La première édition de l'ensemble d'outils comprend des exemples de questions relatives au rôle de chaque sexe et des formats de tableaux utilisés dans les recensements sur l'agriculture dans quinze pays africains entre 1993 et 2006.

La base de données englobe des thèmes comme la population et les ménages agricoles, l'accès aux ressources, la production et la productivité, la main-d'œuvre et l'emploi du temps, la destination de la production agricole, les revenus et les dépenses, l'adhésion à des associations d'agriculteurs, et des indicateurs pour la sécurité alimentaire et la pauvreté.

Poser les bonnes questions

La contribution des femmes et des jeunes filles à la production agricole est souvent sous-estimée dans les rapports, car les données de production proviennent des archives foncières où les terres appartiennent officiellement aux hommes.

Une des nouveautés principales préconisées par la base de données Agri-Gender est l'utilisation d'informations ventilées, non seulement par exploitation ou par ménage, mais aussi notifiées par les hommes et les femmes d'un même ménage. La majorité des femmes pratiquant l'agriculture - 80 pour cent environ - travaillent au sein de ménages dirigés par des hommes.

Les données collectées en Tanzanie ont montré comment l'utilisation des ressources financières pour l'achat des fournitures agricoles varie entre les ménages dirigés par un homme ou par une femme.

"Les ménages dirigés par une femme utilisent le moindre crédit disponible pour se procurer de la main-d'oeuvre ou des semences, ce qui est susceptible d'accroître la production, mais pas nécessairement la productivité. Les hommes, en revanche, sont plus enclins à acheter des engrais ou des produits agrochimiques, servant à accroître la productivité."

Ce type d'informations pourrait permettre aux responsables de la planification de personnaliser leurs efforts en faveur de tous ceux qui n'ont pas un accès suffisant aux ressources productives.