FAO.org

Home > Sala stampa > News Article
Questo articolo non è disponibile in italiano.

Cliccare qui per chiudere il messaggio.

L’Union européenne renforce son soutien en faveur de la sécurité alimentaire

Octroi d’un complément de 13,2 millions d’euros à la FAO

Photo: ©FAO/Issouf Sanogo
Réduire la malnutrition de 72 000 familles agricoles au Niger

4 juin 2010, Rome - L'Union européenne (UE) a ajouté 13,2 millions d'euros à son enveloppe de financement en faveur des opérations de la FAO, portant son montant total au chiffre sans précédent de 228 millions d'euros. Ces fonds doivent servir à accroître la production agricole dans les pays en développement les plus touchés par la flambée des prix alimentaires.

"Il est inadmissible qu'un habitant de la planète sur six soit sous-alimenté", a déclaré José Maria Sumpsi, Sous-Directeur général de la FAO chargé du Département de Coopération technique, en perspective des sommets du G-8 et du G-20 qui se tiendront ce mois-ci et qui traiteront de l'aide à l'agriculture, soulignant la nécessité urgente d'investir davantage dans les petits exploitants des pays pauvres.

Par la même occasion, M. Sumpsi a adressé ses remerciements à l'UE pour les 13,2 millions d'euros de fonds additionnels en faveur des agriculteurs qui ont le plus souffert de la crise des prix alimentaires de 2007-2008.

Il a fait remarquer que dans les pays en développement, bien que les prix des denrées alimentaires aient reculé par rapport aux pics atteints à l'apogée de la crise, ils sont demeurés obstinément élevés, compromettant l'accès des populations vulnérables à la nourriture.

En 2009, l'UE s'est associée aux efforts de la FAO visant à désamorcer l'escalade de la faim en offrant un soutien massif à la sécurité alimentaire mondiale par le biais de son mécanisme de Facilité alimentaire.

Bangladesh, Niger et peste bovine

Au Bangladesh, 7,5 millions d'euros serviront à améliorer la sécurité alimentaire de plus de 80 000 petits agriculteurs, éleveurs et pêcheurs. Outre une formation, ceux-ci recevront des intrants tels que machines agricoles, semences et engrais, du matériel et un soutien pour l'irrigation, des ruminants, des volailles, des aliments pour animaux et du matériel de pêche.

Trois millions d'euros viendront doubler la dimension des interventions de la FAO financées par l'Union au Niger, durement frappé par la sécheresse qui a ravagé les récoltes dans la région du Sahel. La toute première priorité est de remédier à la malnutrition de 72 000 familles agricoles, soit quelque 500 000 personnes, en leur permettant d'accroître la production agricole.

Par ailleurs, 2,7 millions d'euros seront affectés au Programme mondial de la FAO pour l'éradication de la peste bovine en guise de rallonge de l'aide déjà fournie par l'Union afin d'éliminer une des maladies animales les plus dévastatrices de tous les temps, responsable de famines au fil des siècles en Asie, en Afrique et en Europe. La FAO est convaincue que les opérations de terrain pourront s'achever en octobre 2010 et que le monde pourra être officiellement déclaré exempt de la maladie à la mi-2011.