FAO.org

Home > Sala stampa > News Article
Questo articolo non è disponibile in italiano.

Cliccare qui per chiudere il messaggio.

Les Etats-Unis et la FAO unis dans la lutte contre les menaces de maladies infectieuses

La détection à temps et la réponse rapide sont déterminantes

Photo: ©FAO/A.K. Kimoto
Il est crucial de renforcer les capacités des agents de santé vétérinaires dans le monde en développement pour limiter les menaces de zoonoses et de maladies animales
17 août 2010, Rome - L'Agence des Etats-Unis pour le développement international (USAID) renouvelle son soutien à la FAO dans ses efforts de lutte contre le virus hautement pathogène de l'influenza aviaire (HPAI) et autres maladies infectieuses émergentes, annonce l'Organisation des Nations Unies aujourd'hui. L'engagement de l'USAID s'élève à 26,3 millions de dollars pour la période allant d'octobre 2011 à septembre 2012.


Les fonds serviront à la FAO pour renforcer la surveillance du virus HPAI et les capacités de réponse dans les pays et régions prioritaires où la maladie persiste en continuant à faire des victimes, à affecter la production avicole, et à compromettre la sécurité alimentaire de millions de paysans pauvres. Les pays prioritaires sont notamment le Bangladesh, la Chine, l'Egypte, l'Inde, l'Indonésie et le Viet Nam.


Les fonds serviront également à renforcer les capacités des laboratoires de santé animale ainsi que les moyens de surveillance dans les « points chauds », afin de combattre également d'autres menaces de maladies émergentes.


Un partenariat efficace


"Ce nouveau financement marque la poursuite du partenariat FAO-USAID en première ligne de la prévention et du contrôle du virus HPAI et d'autres maladies animales et zoonoses transfrontières", a indiqué Juan Lubroth, Vétérinaire en chef à la FAO. "Le partenariat a été mis en place en 2005, au début de l'urgence HPAI. Il s'est poursuivi au cours des cinq dernières années grâce aux financements de 132,5 millions de dollars de l'USAID en faveur de plus de 90 pays dans le monde, dont plus de 60 touchés dernièrement par le virus HPAI".


Cet effort conjoint a contribué à circonscrire le virus HPAI à un petit nombre de pays où il demeure implanté dans certains écosystèmes, et à d'autres pays d'Asie victimes de foyers intermittents.


Les deux organisations sont parvenues à ce résultat en aidant les services vétérinaires nationaux à élaborer des plans de préparation et d'intervention d'urgence, à améliorer les systèmes de surveillance, à acquérir des ressources de laboratoire et de diagnostic, à développer les capacités de réponse, à promouvoir la biosécurité le long de la filière, et à soutenir la coopération public-privé.


Ce renforcement de la capacité des services vétérinaires dans le monde sert de base à la préparation et à la prévention d'autres maladies infectieuses émergentes et ré-émergentes.


Identification et réponse rapides


L'identification et la prévention des agents pathogènes dangereux circulant chez les animaux sont fondamentales pour limiter les menaces pour l'homme, le bétail, la sécurité alimentaire et les revenus des consommateurs urbains et des communautés rurales, de même que pour limiter les impacts sur le commerce international.


C'est pourquoi l'USAID a lancé cette année son programme "Emerging Pandemic Threats" (EPT) destiné à prévenir ou lutter contre les maladies susceptibles de déclencher des pandémies. Le programme EPT s'articule autour de quatre axes: Prédiction, Réponse, Identification et Prévention.


La FAO reçoit des fonds dans le cadre du programme Identification, qui vise à développer des réseaux de laboratoires et à renforcer les capacités de diagnostic dans les points chauds. Ce travail sera mené à bien en collaboration avec l'OMS et l'Organisation mondiale de la santé animale (OIE).


S'attaquer à la racine du problème


"L'enjeu consiste à renforcer les plateformes d'intervention d'urgence pouvant également dépister et affronter les phénomènes infectieux au niveau de leurs causes premières" a affirmé Lubroth. "Cela signifie identifier les forces motrices à l'origine des maladies, évaluer leurs impacts et utiliser les connaissances et l'expérience des phénomènes passés pour mieux se préparer, prévenir et répondre à de potentielles pandémies".


La prévention et la lutte contre les maladies animales font partie intégrante du programme de développement mondial et contribuent à la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD).