FAO.org

Home > Sala stampa > News Article
Questo articolo non è disponibile in italiano.

Cliccare qui per chiudere il messaggio.

Prix décerné à la politique forestière de la Gambie soutenue par la FAO

Une approche innovante de lutte contre le déboisement par l’autonomisation des populations

Photo: ©FAO/Antonello Proto
La Gambie a accru son couvert forestier de 8,5 % au cours des vingt dernières années

21 septembre 2011, Rome/New York - La Gambie a  remporté le deuxième prix du Future Policy Award 2011 pour sa politique de foresterie communautaire soutenue par la FAO, parfait exemple d'innovation.

Les trois politiques lauréates contribuant le plus efficacement à la conservation et à la mise en valeur durable des forêts pour les générations présentes et futures ont été annoncées aujourd'hui par le World Future Council au siège de l'ONU à New York.

La Politique forestière du Rwanda a remporté le premier prix, devant le Lacey Act des Etats-Unis avec son amendement de 2008 et la Politique de foresterie communautaire de la Gambie, deuxièmes ex-æquo.

Avec l'appui de la FAO et d'autres partenaires de développement, la Gambie a élaboré et mis en œuvre la première politique et législation en Afrique visant à conférer aux populations locales des droits de propriété sécurisés et permanents sur les forêts. Le transfert de la tenure forestière de l'Etat aux communautés locales a permis de réduire la coupe illégale et les feux de forêt, de ralentir la désertification et de tirer des profits des produits forestiers.

De bonnes politiques

"Le succès de la politique de foresterie communautaire de la Gambie prouve que, même dans les pays les plus pauvres du monde, grâce à de bonnes politiques et à un cadre juridique, les populations rurales peuvent tirer des avantages économiques et améliorer sensiblement leur sécurité alimentaire et leur environnement", a déclaré le Sous-Directeur général de la FAO pour les forêts, Eduardo Rojas Briales.

"L'expérience de la Gambie a montré que le pari de la foresterie durable peut être relevé si le gouvernement est prêt à responsabiliser la population rurale", a-t-il ajouté.

La Gambie est parvenue à inverser la forte tendance au déboisement en Afrique avec plus de 350 villages gérant 12 pour cent des forêts du pays, moyennant un accroissement net du couvert forestier de 8,5 pour cent au cours des vingt dernières années.

Ambassadeur de bonne volonté

L'Ambassadeur de bonne volonté de la FAO et star de l'athlétisme Carl Lewis a participé à la cérémonie de remise des prix à New York en faisant remarquer que "l'approche de la Gambie centrée sur la population a été extrêmement fructueuse et représente un modèle à reproduire dans d'autres pays ayant des environnements forestiers similaires". 

Entre 2000 et 2004, la FAO a appuyé l'introduction d'incitations économiques dans le concept de foresterie communautaire. En 2009, la Gambie a adhéré au Mécanisme des Programmes forestiers nationaux hébergé par la FAO, et reçu un soutien pour étendre les zones de foresterie communautaire tout en renforçant les capacités des parties prenantes de tirer des avantages économiques de la foresterie communautaire. Un récent projet parrainé par la FAO a contribué à la révision et à la vulgarisation de la politique forestière.

D'ici 2016, quasiment la moitié des forêts de Gambie seront en régime de gestion communautaire. Les communautés ont mis en place des groupes de producteurs, générant des revenus tirés de la gestion des forêts.

Implanté à Hambourg, le World Future Council est un groupe de défense des droits environnementaux et sociaux au profit des générations futures, rassemblant 50 personnalités éminentes originaires des cinq continents.