FAO.org

Home > Sala stampa > News Article
Questo articolo non è disponibile in italiano.

Cliccare qui per chiudere il messaggio.

Le spectre de la crise alimentaire plane sur deux régions du Soudan

La FAO sollicite des mesures d’urgence

Photo: AFP Photo/Paul Banks
Concentration de grands troupeaux sur de petites superficies le long de la frontière
5 octobre 2011, Rome - Des mesures d'urgence doivent être mises en place pour conjurer une crise humanitaire et alimentaire imminente dans deux régions accablées par les conflits à la frontière entre le Soudan et le Sud-Soudan, devenu depuis peu indépendant, a mis en garde la FAO aujourd'hui.

Suite à la reprise des combats entre les troupes du gouvernement et le Mouvement de libération du peuple soudanais (SPLM-N), qui ont interrompu la principale campagne agricole, les disponibilités alimentaires dans les régions du Nil Bleu et du Sud-Kordofan seront considérablement réduites.

Les affrontements ont coïncidé avec la période de soudure dans la région, lorsque les stocks vivriers des familles sont déjà à leurs niveaux les plus bas.

Au moins 235 000 personnes ont besoin d'une aide dans les deux zones.

Pertes de récolte

Le Nil Bleu et le Sud-Kordofan sont deux des principales régions productrices de sorgho du Soudan. Or, la récolte du mois prochain sera vraisemblablement perdue à cause des derniers affrontements et des précipitations irrégulières.

Au Sud-Kordofan, les semis n'ont pas pu avoir lieu car les habitants ont été contraints de fuir au début de la campagne. Dans l'état du Nil Bleu, les combats ayant éclaté plus tard ont permis d'effectuer les semis, mais les populations ont dû abandonner leurs cultures.

La pénurie de stocks alimentaires a déjà fait doubler les prix. Un sac de 90 kg de sorgho, qui coûtait 70 livres soudanaises (26 dollars) au début de l'année, en coûte désormais 140. Et les prix sont appelés à poursuivre leur envolée, selon la FAO.

Surpâturage, menace de maladies

La migration saisonnière du bétail a en outre été interrompue dans les deux états, provoquant la concentration de grands troupeaux sur de petites superficies le long de la frontière.

"Cette situation conduit au surpeuplement et est susceptible de créer des foyers de maladies. Et d'exacerber les tensions entre les agriculteurs et les éleveurs nomades sur l'eau et l'accès à la terre", indique Cristina Amaral, Chef du Service des Opérations d'urgence de la FAO.

L'aide internationale

Tous les organismes internationaux d'aide ont été interdits d'accès dans l'Etat du Nil Bleu, de sorte que l'on ne connaît pas l'ampleur véritable de la situation.

Une petite équipe de la FAO composée de personnel national est à l'œuvre dans le Sud-Kordofan. Bien que leur bureau ait été pillé, ils sont néanmoins parvenus à distribuer des semences et des outils à 20 000 ménages dans les zones les plus calmes. Cette aide permettra de distribuer de la nourriture à point nommé aux plus vulnérables.

La FAO s'efforce d'acheminer des semences à 20 000 autres ménages du Sud-Kordofan et 15 000 ménages du Nil Bleu pour semer des légumes d'hiver à la place de la récolte de sorgho de cette année.

La FAO sollicite quelque 3,5 millions de dollars pour mener à bien ses interventions.