This article is not available in Portuguese.

Click this message to close.

Selon la FAO, les marchés mondiaux des produits alimentaires seront encore dans l’incertitude en 2020/21 à cause du COVID-19

Selon la FAO, les marchés mondiaux des produits alimentaires seront encore dans l’incertitude en 2020/21 à cause du COVID-19

11 juin 2020, Rome - Les marchés des produits alimentaires resteront dans l'incertitude pendant plusieurs mois encore à cause du COVID-19 mais le secteur de l'agroalimentaire devrait s'avérer plus résilient que d'autres face à la crise pandémique, selon un nouveau rapport publié aujourd'hui par l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO).

Le rapport sur les « Perspectives de l'alimentation » donne à voir les premières prévisions sur les tendances de la production et des marchés en 2020-2021 pour les produits alimentaires les plus commercialisées - soit les céréales, les huiles végétales, la viande, les produits laitiers, le poisson et le sucre.

« Les effets de la pandémie du COVID-19 se sont fait sentir, à plusieurs niveaux, dans tous les secteurs de l'alimentation pris en compte dans l'évaluation de la FAO. S'il est vrai que le COVID-19 représente une menace réelle pour la sécurité alimentaire, globalement, notre analyse montre que, d'un point de vue mondial, les marchés des produits de l'agriculture se montrent plus résilients que d'autres secteurs face à la pandémie. Ceci dit, étant donné l'importance du défi qui est posé et l'énorme incertitude qu'il comporte, la communauté internationale doit rester vigilante et prête à réagir, le cas échéant et au bon moment », a déclaré Boubaker Ben-Belhassen, Directeur de la Division du commerce et des marchés de la FAO.

Tendances et perspectives clés pour les principales denrées alimentaires en 2020/21

Céréales

Malgré les incertitudes causées par la pandémie, les premières prévisions de la FAO pour la période 2020/21 indiquent une situation confortable pour l'offre et la demande de céréales. Les premières prévisions suggèrent que la production mondiale de céréales en 2020 pourrait dépasser de 2,6 pour cent le niveau record de l'année dernière.

Le commerce mondial de céréales en 2020/21 devrait atteindre les 433 millions de tonnes, soit une augmentation de 2,2 pour cent (9,4 millions de tonnes) par rapport à 2019/20, enregistrant ainsi une nouvelle hausse record, stimulée par une croissance attendue dans le commerce des principales céréales.

Viande

Les prévisions indiquent que la production totale de viande dans le monde devrait diminuer de 1,7 pour cent en 2020, à cause des maladies animales, des perturbations sur les marchés dues au COVID-19, et des effets persistants des sécheresses.

Le commerce international de viande devrait enregistrer une croissance modérée - mais une croissance nettement plus lente qu'en 2019 - en grande partie soutenue par les fortes importations en provenance de Chine.

Les cours internationaux de la viande ont chuté de 8,6 pour cent depuis janvier 2020 - avec une baisse record pour la viande ovine, suivie par la volaille, le porc et les viandes bovines - à cause des effets des mesures de lutte anti-COVID-19, comme les blocages logistiques qui en ont découlé, la forte baisse de la demande mondiale d'importations, et d'importants volumes invendus de viande.

Poisson

La pandémie du COVID-19 continuera à avoir de lourdes conséquences cette année sur les marchés des produits de la pêche, en particulier les produits frais et les espèces couramment utilisées dans la restauration.

On s'attend à ce que la pandémie affaiblisse tout particulièrement la production de crevettes et de saumon. La saison de la pêche crevettière en Asie, qui débute normalement en avril, a été étendue jusqu'en juin/juillet. En Inde, par exemple, une baisse de 30-40 pour cent est attendue dans la production de l'élevage de crevettes.

De plus, la demande mondiale de crevettes fraiches et surgelées enregistre une forte baisse tandis que, pour la demande de saumon, une baisse d'au moins 15 pour cent est prévue en 2020. En particulier, les ventes au détail de saumon frais et de truite ont fortement chuté et ne se redresseront pas avant un certain temps.

Sucre

Les prévisions indiquent que la production mondiale de sucre en 2019-2020 devrait baisser pour la deuxième année consécutive et descendre en dessous du niveau de la consommation mondiale qui avait été prévu - et ce, pour la première fois depuis trois ans.

Une croissance est attendue dans le commerce du sucre, soutenue par des prix bas et la reconstruction des stocks dans certains pays traditionnellement importateurs.

Jusqu'ici, les prévisions d'un déficit de la production mondiale de sucre pour la période 2019/20 n'ont pas fait grand-chose pour aider les cours internationaux du sucre, qui ont chuté depuis le milieu de 2017, et sont en-deçà des coûts de production estimés pour la plupart des producteurs mondiaux.

Lait

Malgré les perturbations sur les marchés causés par la pandémie du COVID-19, la production mondiale de lait s'avère résiliente, et pourrait même connaître une hausse de 0,8 pour cent en 2020. Cependant, les prévisions indiquent que les exportations mondiales des produits laitiers devraient subir une contraction de 4 pour cent, et la demande d'importations connaître des difficultés.

Huiles végétales

Malgré des perspectives modestes de la demande, du fait notamment de la pandémie, les dernières prévisions 2019/20 de la FAO pour les huiles végétales et les produits dérivés indiquent une situation mondiale marquée par une baisse de l'offre et la demande, à cause d'une forte diminution de la production.

Les prévisions provisoires pour 2020/21 suggèrent que l'offre pourrait rester trop faible par rapport à la demande.

COVID-19: D'une crise sanitaire mondiale à une crise alimentaire mondiale?

Le rapport consacre un chapitre à la comparaison entre la crise sanitaire actuelle du COVID-19 et les crises de 2007-2009, qui fait apparaître les différences et les ressemblances entre les pays pour les différentes denrées alimentaires, et qui analyse les effets actuels et possibles de la pandémie, tout particulièrement sur les marchés internationaux des produits alimentaires.

Il fournit aussi une base d'informations de référence qui indiquent comment refaire fonctionner normalement les marchés, même si les taux de contagion ne sont toujours pas maîtrisés.

En conclusion, le chapitre montre que si l'on compare la situation actuelle aux crises mondiales des prix des produits alimentaires de 2007-2008, le monde est dans une meilleure position aujourd'hui puisque les perspectives de la production mondiale de produits alimentaires sont positives, les stocks sont fournis, les cours internationaux des produits alimentaires sont faibles et le commerce est davantage mondialisé et compte davantage de pays importateurs et exportateurs. De plus, les décideurs politiques ont plus d'expérience dans la gestion des crises mondiales, et ils sont également mieux informés et mieux préparés.

Néanmoins, bien que globalement il y ait assez de nourriture pour tout le monde, la forte baisse de la croissance économique provoquée par la pandémie s'est traduite par des difficultés à accéder à la nourriture, limitant la capacite des personnes à se procurer assez de nourriture, en particulier dans les pays déjà touchées par des souffrances liées à la faim et par d'autres crisses bien avant le COVID-19.

Les indices FAO des prix des produits alimentaires font peau neuve

Le rapport annonce une amélioration des indices FAO des prix des produits alimentaires (Indice FAO des prix des produits alimentaires - FFPI), en particulier en ce qui concerne l'indice mensuel FAO des prix des produits alimentaires, qui est largement reconnu comme le principal indicateur de l'évolution des prix sur les marchés internationaux des produits alimentaires, et est publié le premier mardi de chaque mois.

Les révisions apportées au FFPI ont permis de modifier la période de référence, qui passe de 2002-2004 à 2014-2016, et d'étendre la couverture qui tient compte non plus de 73 mais de 95 cotations de prix. La FAO publiera la nouvelle version des FFPI à partir du mois de juillet.

Photo: ©FAO/Veejay Villafranca
Culture du riz aux Philippines.