FAO.org

Home > Mídias > Notícias
This article is not available in Portuguese.

Click this message to close.

La FAO préconise un objectif Zéro déforestation illégale

Le changement climatique menace les forêts méditerranéennes : un nouveau rapport de la FAO

Photo: ©FAO/Kai Wiedenhoefer
Des volontaires préparent des semis de pin dans le cadre d'un projet de reforestation suite à des feux de forêts (Ramlieh, Chouf Mountains, Liban)
21 mars 2013, Rome - En cette première Journée internationale des forêts que les Nations Unies célèbrent aujourd'hui, le Directeur général de la FAO José Graziano da Silva a proposé que les pays visent un objectif Zéro déforestation illégale dans le cadre du débat post-2015.

«Dans de nombreux pays, la déforestation illégale dégrade les écosystèmes, réduit la disponibilité en eau et restreint l'offre de bois de feu, autant de facteurs qui compromettent la sécurité alimentaire, en particulier pour les pauvres», a expliqué M. Graziano da Silva lors d'une cérémonie en l'honneur de la Journée internationale des forêts. «Mettre un terme à la déforestation illégale et à la dégradation des forêts aiderait considérablement à éradiquer la faim et l'extrême pauvreté et à assurer la pérennité des ressources.»

«Aussi j'invite les pays à promouvoir la plantation forestière et à considérer un objectif Zéro déforestation illégale dans le cadre du débat post-2015. Ces deux actions doivent être étroitement liées. Et nous ne pourrons obtenir de résultats positifs que si les pays, les institutions financières internationales, l'ONU, la société civile et le secteur privé unissent leurs forces pour s'attaquer à ces questions.»

Les pays méditerranéens réagissent aux menaces qui pèsent sur leurs forêts

En parallèle, des représentants des pays du bassin méditerranéen se réunissent aujourd'hui à Tlemcen, en Algérie, à l'occasion de la Troisième semaine forestière méditerranéenne, qui se tient cette année du 17 au 21 mars. Ils feront le point sur l'état des forêts de la région et adopteront un Cadre stratégique pour les forêts méditerranéennes.

Selon le premier rapport de la FAO sur L'État des forêts méditerranéennes, qui paraît également aujourd'hui, les forêts méditerranéennes seront durement frappées par le changement climatique et subissent une très forte pression démographique. D'où une concurrence toujours plus exacerbée dans la région pour des ressources alimentaires et en eau déjà insuffisantes.

Changement climatique et croissance démographique

En Méditerranée, les températures ont augmenté d'un degré au cours du XXe siècle alors que les précipitations ont reculé de 20 pour cent dans certaines zones du bassin. D'ici la fin du siècle, les températures auront augmenté de deux degrés supplémentaires d'après les prévisions, menaçant probablement d'extinction certaines espèces forestières et causant une perte de biodiversité. 

D'ici 2050, la croissance démographique devrait porter le nombre d'habitants de la région méditerranéenne d'environ 500 à 625 millions. En conséquence, la pression exercée sur les forêts, sources de nourriture et d'eau, s'accentuera encore.

Des situations différentes caractérisent la région méditerranéenne. Dans les pays au nord du bassin, l'inexploitation des terres boisées a provoqué une hausse spectaculaire de l'incidence des feux de forêts. Au sud de la Méditerranée, la croissance démographique a entraîné un surpâturage des forêts ou une réduction du couvert forestier au profit soit de l'agriculture soit de l'expansion urbaine. Dans les deux cas, la conséquence est la déforestation et la dégradation des forêts, qu'aggravent les effets du changement climatique et des crises économiques. Selon le rapport, il devient urgent d'élaborer de nouvelles stratégies collaboratives pour une gestion viable de ces écosystèmes, aussi fragiles que vitaux. Dans des pays comme la Turquie ou la Tunisie, où l'engagement des pouvoirs publics est fort, le couvert forestier s'est considérablement reconstitué au cours des dernières décennies.

«La région méditerranéenne traverse de nombreux bouleversements, dans les structures de la société, les modes de vie et les conditions climatiques», commente le Sous-Directeur général de la FAO chargé des forêts M. Eduardo Rojas-Briales. «Non gérés, ces changements pourraient avoir un impact négatif sur les moyens de subsistance, la biodiversité, le risque de feu de forêts, les bassins versants ou la désertification. Il est urgent d'évaluer régulièrement l'état des forêts méditerranéennes au regard de données fiables et objectives et de gérer de façon plus durable les ressources forestières menacées».

De nouvelles stratégies pour les services environnementaux

Les forêts méditerranéennes constituent un puits de carbone significatif. En 2010, elles ont stocké près de 5milliards de tonnes de carbone, soit 1,6 pour cent du stock de carbone forestier mondial. Ces forêts fournissent également d'autres services écosystémiques précieux tels que la régulation de l'eau et du climat, la fourniture de produits ligneux et non ligneux et la conservation de la biodiversité. La région méditerranéenne est l'un des points chauds de la biodiversité mondiale. Elle recèle plus de 25 000 espèces de plantes qu'il convient de comparer avec les quelque 6 000 espèces présentes dans le centre et le nord de l'Europe.

Le rapport souligne que la valeur des forêts méditerranéennes et leur rôle vital dans l'adaptation au changement climatique et pour l'atténuation de ses effets devraient être reconnus aux échelles locale, régionale et nationale. Il exhorte les pouvoirs publics et les forestiers à encourager l'utilisation de produits ligneux et non ligneux comme le liège, afin de stocker le carbone à long terme, mais aussi à renforcer le potentiel d'investissement des petits exploitants travaillant dans le secteur des produits ligneux et non ligneux (pignons, nappes alfatières, champignons, miel, etc.).

Le rapport incite les forestiers à exploiter la variété des ressources génétiques forestières dans leurs pratiques sylvicoles et à privilégier les espèces les mieux à même de s'adapter à l'évolution des conditions climatiques.

A l'échelle locale, les forestiers devraient aussi améliorer l'aménagement des forêts afin de gérer les écosystèmes en optimisant la densité des arbres et de faire face aux pénuries d'eau, tandis qu'à large échelle leurs activités devraient comprendre la prévention systématique des feux de forêts.

La prévention des feux de forêts

Sous l'effet des changements climatiques, les risques de feux de forêts pourraient devenir plus fréquents et plus graves, prévient le rapport. Entre 2006 et 2010, environ deux millions d'hectares ont été affectés par les feux de forêts dans la région méditerranéenne. Sans prévention adéquate (notamment mesures de réduction des risques de feux de forêts et brûlages dirigés pendant l'hiver pour diminuer les niveaux de combustibles), des conditions météorologiques extrêmes pourraient causer des feux de forêts catastrophiques.

Ce rapport a été élaboré par plus d'une vingtaine d'institutions scientifiques et techniques et d'organisations non gouvernementales, et près de 50 auteurs et contributeurs coordonnés par la FAO et par le Plan Bleu, principal centre d'appui de la Commission méditerranéenne du développement durable. La FAO compte publier un État des forêts méditerranéennes tous les cinq ans, ce qui constituera un évènement fédérateur pour renforcer la mobilisation des acteurs impliqués dans la gestion des écosystèmes forestiers de la région.

S'appuyant sur les principales recommandations adoptées dans la Déclaration de Tlemcen durant son segment ministériel de haut niveau, la mise en œuvre du Cadre stratégique sur les forêts méditerranéennes pourrait contribuer utilement, au niveau régional, à adapter les politiques forestières nationales aux changements globaux qui affectent la région méditerranéenne.