FAO.org

Home > Mídias > Notícias
This article is not available in Portuguese.

Click this message to close.

Après la Guinée équatoriale, l’Angola contribue à son tour au Fonds de solidarité pour la sécurité alimentaire en Afrique

10 millions de dollars pour financer les actions de sécurité alimentaire dans la région

Photo: ©FAO/Giulio Napolitano
Cultiver des légumes pour améliorer la nutrition familiale et les revenus

20 juin 2013, Rome - L'Angola vient d'annoncer son intention de verser 10 millions de dollars au Fonds de solidarité pour la sécurité alimentaire en Afrique, que gère la FAO, afin de promouvoir la sécurité alimentaire en Afrique.

Le ministère angolais de l'Agriculture et du Développement M. Afonso Pedro Canga a annoncé ce don lors du lancement officiel du Fonds en marge de la 38e Conférence de la FAO, l'organe directeur souverain de l'Organisation.

En faisant cette annonce, M. Canga a félicité la FAO pour son initiative, précisant que, par ce don, l'Angola témoignait sa solidarité et tenait l'engagement pris par le président Eduardo dos Santos durant une visite officielle du Directeur général de la FAO M. José Graziano da Silva en janvier.

Le Fonds est devenu une réalité quand, en février, la Guinée équatoriale a accordé 30 millions de dollars.

Au moment du lancement officiel du Fonds au siège de la FAO, M. Teodoro Obiang Nguema Mbasogo, président de la Guinée équatoriale, avait dit: «L'Afrique est un continent qui regorge de potentiel agricole, comprenant les forêts, les terres - dont 60 % ne sont pas cultivées -, l'eau et une population jeune.

Et de poursuivre: «Les conditions sont réunies pour produire suffisamment de nourriture pour les Africains... pourtant nous sommes un importateur net de denrées alimentaires. Nous devons tous faire ce qu'il y a à faire afin d'inverser cette tendance.»

Le Cameroun et des organisations de la société civile de la République du Congo contribuent également au Fonds de solidarité pour la sécurité alimentaire en Afrique.

Le Directeur général de la FAO M. José Graziano da Silva a remercié la Guinée équatoriale et l'Angola pour leurs dons. Il a ajouté que ces pays montraient que les nations africaines étaient prêtes à jouer un rôle plus important pour promouvoir la sécurité alimentaire, non seulement sur leurs territoires nationaux mais aussi dans toute la région.

«La solidarité est plus grande et les États comprennent qu'à l'ère de la mondialisation, il n'est pas possible d'atteindre la sécurité alimentaire dans un seul pays. Je pense que nous sentons tous une implication politique accrue pour vaincre la faim, nous sentons le désir de transformer cette implication en une action concrète», a-t-il commenté.

Le Chef de la FAO a souligné que l'Organisation a pour rôle de soutenir les efforts nationaux et régionaux dans la lutte contre la faim. C'est dans cet esprit que la FAO a uni ses forces à celles de l'Union africaine, de l'Institut Lula et d'autres partenaires pour organiser une rencontre de haut niveau sur la sécurité alimentaire à Addis-Abeba les 30 juin et 1er juillet. Après ce rappel, le Directeur a invité tous les parties prenantes à participer.

Les origines du Fonds

L'idée de ce fonds a été lancée durant la Conférence régionale 2012 de la FAO organisée en République du Congo, quand le président Denis Sassou Nguesso a exhorté les nations d'Afrique à faire preuve d'une plus grande solidarité pour combattre la faim.

Géré par la FAO, le Fonds soutiendra des initiatives africaines dans le cadre du Programme détaillé pour le développement de l'agriculture en Afrique (PDDAA) de l'Union africaine pour stimuler la productivité agricole et la sécurité alimentaire dans la région.