FAO.org

Home > Media > Notícias
This article is not available in Portuguese.

Click this message to close.

Pape François: mourir de faim dans un monde d’opulence est «scandaleux»

Les délégués de la FAO reçus par le pape

Photo: ©L
Rencontre entre M. José Graziano da Silva, Directeur général de la FAO, et le Pape François.

20 juin 2013, Vatican/Rome - Le pape François a salué les participants à la 38e Conférence de la FAO pour leur action conjointe contre la faim, mais il a exhorté les pays à «passer outre l'indifférence» des politiques qui excluent les plus vulnérables et exacerbent la faim et la pauvreté dans le monde.

«Tout le monde sait que les niveaux de production actuels sont suffisants, pourtant des millions de personnes souffrent toujours de la faim, et en meurent. C'est absolument scandaleux», s'est indigné le pape François durant une audience au Vatican.

Fidèle à une tradition qui remonte à une soixante d'années, le pape a reçu les délégués, qui représentent des pays de toutes les régions du monde. Il a remercié la FAO de son travail et l'a encouragée à poursuivre ses efforts.

Affirmant que la crise économique mondiale ne peut «continuer à servir d'alibi», le souverain pontife a ajouté: «La crise ne sera pas complètement terminée tant qu'on n'examinera pas les situations et les conditions de vie en fonction des personnes et en termes de dignité humaine.»

Le pape a prévenu que les personnes et leur dignité risquent «de n'être plus que de vagues abstractions face au recours à la force, face à la guerre, à la malnutrition, à la marginalisation, à la violation des libertés fondamentales et à la spéculation financière, qui affecte actuellement les prix de l'alimentation, en la traitant comme n'importe quelle marchandise, nonobstant sa fonction première.»

«Il faut s'opposer aux intérêts économiques à courte vue et à la volonté de puissance de quelques-uns, qui excluent la majorité de la population mondiale, l'acculant à la pauvreté et à la marginalisation et causant l'effondrement de la société.»

M. Mohammad Asif Rahimi, Président de la Conférence de la FAO et Ministre afghan de l'agriculture, de l'irrigation et de l'élevage, était accompagné par le Directeur général de la FAO, M. José Graziano da Silva, et des centaines de représentants des pays membres de l'Organisation provenant du monde entier.

«Entendre Sa Sainteté déclarer qu'il fallait trouver un moyen pour que chacun puisse profiter justement et équitablement des fruits de la Terre était très motivant», a souligné M. Rahimi.

«La lutte contre la faim doit n'avoir ni couleur, ni religion, ni appartenance politique. Éradiquer la faim est une nécessité absolue si nous voulons un avenir vraiment durable, et plus sûr. C'est logique du point de vue politique et économique, et sur le plan moral et éthique, cela s'impose», a ajouté le Directeur général de la FAO, M. José Graziano da Silva.

«Il y a deux semaines, le pape François a pris position contre la culture du gaspillage, qui conduit à jeter 1,3 milliard de tonnes de nourriture chaque année. Le pontife a estimé que cela revenait à "voler de la nourriture aux pauvres" et il avait raison. Mais nous gaspillons aussi des générations entières, vouées à mourir de faim, à être mal nourries et en mauvaise santé. Cela nous fait du mal à tous» a conclu le chef de la FAO.
__________________

La Conférence de la FAO est la plus haute instance dirigeante de l'Organisation. Les délégués en son sein représentent les pays membres de la FAO, 194 à ce jour.