FAO.org

Home > Mídias > Notícias
This article is not available in Portuguese.

Click this message to close.

Les membres de la FAO parviennent à un consensus sur le Programme de travail et budget

Le Directeur général salue cet accord

Photo: ©FAO/Alessandra Benedetti
La Conférence de la FAO approuve le Programme de travail et budget 2014-2015

22 juin 2013, Rome - Les membres de la FAO ont approuvé le Programme de travail et budget pour la période 2014-2015 à l'issue de la 38e Conférence de la FAO qui s'est déroulée toute la semaine au siège de l'Organisation à Rome.

«Je tiens à vous remercier tous et à vous féliciter pour ce signe clair qui démontre votre engagement au service de cette Organisation et de ses objectifs», a déclaré le Directeur général de la FAO', M. José Graziano da Silva, aux Membres de l'Organisation.

«Le consensus qui s'exprime ici montre notre volonté commune de coopérer pour surmonter nos différences. Il montre notre confiance. Il montre notre engagement à agir, ensemble, pour un avenir durable libéré de la faim auquel nous aspirons tous», a ajouté M. Graziano da Silva.

Le budget adopté par les Membres d'un montant de 1 028,1 millions de dollars représente une augmentation de 2,2 pour cent par rapport à l'exercice précédent. Il permettra à l'Organisation de mettre en oeuvre son programme de travail autour de cinq objectifs stratégiques et d'un sixième objectif transversal lié au travail technique et normatif de l'Organisation (voir encadré ci-contre).

M. Graziano da Silva a également appelé les membres de la FAO à appuyer, par des contributions volontaires, la réalisation des objectifs stratégiques et la mise en œuvre du programme de travail, appel qui a reçu un soutien unanime de la part de l'auditoire.

Accroître la production alimentaire ne suffit pas

La 38e Conférence de la FAO s'est ouverte samedi dernier par la traditionnelle Conférence commémorative McDougall sur la sécurité alimentaire, prononcée cette année par le lauréat du prix Nobel d'économie M. Amartya Sen qui a affirmé que si le monde veut vaincre la faim, il doit s'attaquer simultanément à toutes ses causes, en particulier la pauvreté, et pas simplement s'attacher à produire plus d'aliments.

Un argument repris par le pape François mercredi, lors de l'audience au cours de laquelle le Saint Père a reçu les délégués participant à la Conférence de la FAO.

«Tout le monde sait que les niveaux de production actuels sont suffisants, et malgré tout des millions de personnes souffrent toujours de la faim, et en meurent. C'est proprement scandaleux», s'est indigné le pape.

Le nouveau programme de travail de la FAO reconnaît la nécessité d'une approche plus globale pour promouvoir la sécurité alimentaire, notamment en incluant la protection sociale dans son champ d'action.

Des succès dans la lutte contre la faim

Au cours de la Conférence, la FAO a officiellement salué les performances de 38 pays parvenus à réduire la faim de moitié bien avant l'échéance de 2015. Vingt d'entre eux ont atteint le premier Objectif du Millénaire pour le développement consistant à réduire de moitié le pourcentage de personnes souffrant de la faim. Dix-huit ont également rempli l'objectif plus ambitieux fixé par le Sommet mondial de l'alimentation de 1996 qui consite à abaisser de moitié le nombre absolu de personnes sous-alimentées.

«Nous devons poursuivre cette dynamique vers l'éradication complète de la faim. Nous sommes la première génération qui peut mettre un terme à la faim. Nous devons saisir cette occasion», a déclaré M. Graziano da Silva.

La Conférence a également approuvé la modification du premier objectif mondial de l'Organisation, qui vise désormais non plus la réduction mais l'éradication pure et simple de la faim, de l'insécurité alimentaire et de la malnutrition.

Intensifier les efforts en Afrique


Au cours d'un événement parallèle en marge de la Conférence, l'Angola a annoncé une contribution de 10 millions de dollars au Fonds de solidarité pour la sécurité alimentaire en Afrique, grâce auquel les pays africains financeront les efforts entrepris pour accroître la sécurité alimentaire dans la région. Ce don s'ajoute aux 30 millions de dollars accordés plus tôt dans l'année par la Guinée équatoriale et à d'autres contributions émanant du Cameroun et d'organisations de la société civile africaine.

Renouveler les partenariats pour éradiquer la faim en Afrique sera le thème principal de la réunion de haut niveau qui se tiendra le 30 juin et le 1er juillet à Addis-Abeba, coorganisée par l'Union africaine, la FAO et l'Institut brésilien Lula avec la participation du FIDA, du PAM et d'autres partenaires.

La FAO accueille de nouveaux membres

La Conférence a voté en faveur de l'adhésion en son sein du Brunéi Darussalam, de Singapour et du Soudan du Sud, ce qui porte le nombre total des membres de l'Organisation à 197, dont 194 États membres, 1 organisation membre (l'Union européenne) et 2 membres associés (Îles Féroé et Tokelau).

La Conférence a également élu M. Wilfred Joseph Ngirwa de la République-Unie de Tanzanie Président indépendant du Conseil exécutif de la FAO pour la période allant de juillet 2013 à juin 2015. M. Ngirwa a été le représentant permanent de la Tanzanie auprès des agences onusiennes chargées de l'alimentation à Rome entre 2006 et 2012 et avait auparavant été Secrétaire permanent du ministère tanzanien de l'Agriculture et de la Sécurité alimentaire.