FAO.org

Home > Mídias > Notícias
This article is not available in Portuguese.

Click this message to close.

FAO et OIT exhortent à mieux protéger les enfants travaillant dans les pêches et l’aquaculture

Des conditions de travail pénibles et dangereuses nuisent à leur santé et compromettent leurs capacités d’apprentissage

Photo: ©FAO/Abdelhak Senna
130 millions d'enfants de par le monde travaillent dans le secteur de l'agriculture, de l'élevage ou des pêches

27 juin 2013, Rome - Les Gouvernements doivent prendre des mesures pour protéger les enfants des travaux dangereux dans le secteur des pêches artisanales et de l'aquaculture, demandent la FAO et l'Organisation internationale du travail (OIT).

Selon un document d'orientation publié conjointement par les deux organisations, la quasi-totalité des pays ont signé des conventions internationales de protection des enfants, mais beaucoup d'entre eux n'ont guère traduit ces accords en une législation nationale.

Ainsi, de nombreux enfants travaillant dans les pêches et l'aquaculture demeurent exposés à des conditions de travail difficiles et dangereuses, comme la plongée à des profondeurs excessives et souvent de nuit; les longues heures de travail dans des usines de transformation insalubres où ils risquent de contracter des infections; ou la manipulation de produits chimiques toxiques et de matériel ou d'appareils dangereux. Les filles astreintes au travail dans les hangars de transformation du poisson risquent également d'être victimes de sévices sexuels.

"Un travail de ce type est intolérable", a déclaré Árni M. Mathiesen, Sous-Directeur général chargé des pêches et de l'aquaculture. "Il compromet la santé des enfants et leurs capacités d'apprentissage, et les empêche souvent d'aller à l'école".

"Tous les travaux qui nuisent au développement physique, mental, psychologique, social et éducatif des enfants est inacceptable et constitue une violation des conventions internationales " souligne Constance Thomas, Directrice du Programme international de l'OIT pour l'abolition du travail des enfants. "Nous devons veiller à la mise en application des accords visant à combattre le travail des enfants".

La FAO et l'OIT estiment qu'environ 130 millions d'enfants travaillent dans l'agriculture, l'élevage et les pêches- ce qui représente 60 pour cent du travail des enfants à l'échelle mondiale. Il n'existe pas de données globales illustrant le nombre d'enfants au travail dans les pêches et l'aquaculture, mais des études de cas montrent que le problème est particulièrement prononcé dans les petites et moyennes pêcheries et entreprises aquicoles du secteur informel et dans les activités familiales.

"Les enfants courent davantage de risques que les adultes en matière de sécurité et de santé car leur développement n'est pas encore achevé", explique Rob Vos, Directeur de la Division de la parité, de l'équité et de l'emploi rural de la FAO. "De nombreuses tâches dans le secteur de la pêche et de l'aquaculture ne sont pas adaptées aux enfants. Nous devons concentrer nos efforts sur la prévention du travail des enfants. Les programmes de réduction de la pauvreté et d'amélioration des techniques et pratiques de pêche rendront inutile le travail des enfants".

Le rapport souligne que les activités de pêche dans lesquelles sont impliqués des enfants ne sont pas toutes à bannir. Certaines peuvent même être propices à leur développement en leur permettant d'acquérir des compétences pratiques et sociales - apprendre à pêcher, à transformer le poisson et le vendre au marché.

Les pays tenus d'agir


La FAO et l'OIT exhortent les pays à veiller au respect des règlements internationaux visant à protéger les enfants travaillant dans le secteur. Il s'agit notamment des Conventions de l'OIT relatives à l'âge minimum, aux pires formes de travail des enfants et au travail dans la pêche, de la Convention des Nations Unies sur les droits de l'enfant et du Code de conduite de la FAO pour une pêche responsable.

Elles insistent sur l'importance des évaluations de la sécurité et de la santé au travail (OSH) dans l'estimation des dangers et risques spécifiques aux enfants. Il est en outre essentiel de collaborer avec les communautés de pêcheurs pour garantir que les enfants reçoivent des soins et une instruction adéquats, et ne soient pas impliqués dans des activités dangereuses.

Un enjeu de taille consiste à affronter les causes profondes du travail des enfants- la pauvreté et l'insécurité alimentaire. La promotion d'opportunités de travail décent pour les adultes, d'une protection sociale et d'une instruction gratuite avec des programmes d'alimentation scolaire peut porter à des solutions durables.