FAO.org

Home > Mídias > Notícias
This article is not available in Portuguese.

Click this message to close.

Les consommateurs vont bénéficier de nouvelles normes sur la sécurité sanitaire des aliments et la nutrition

La Commission du Codex Alimentarius adopte de nouvelles limites concernant les fruits, les légumes et les poissons et la mention sur l’étiquetage du sel et des matières grasses

Photo: ©FAO/Dan White
De nouvelles réglementations pour les fruits et légumes
8 juillet 2013, Rome - La Commission du Codex Alimentarius, organe des Nations Unies chargé de la normalisation dans le domaine alimentaire, est convenue de nouvelles normes pour protéger la santé des consommateurs partout dans le monde. Ces normes portent notamment sur les fruits, les légumes, les poissons et produits de la pêche et la nourriture animale.

La Commission du Codex a aussi adopté des codes d'usages pour la prévention et la réduction de la contamination du cacao par l'ochratoxine A, un contaminant cancérogène, et des orientations pour éviter la contamination microbiologique des baies comestibles, ainsi que pour l'emploi des allégations relatives aux aliments portant la mention «sans sels de sodium ajoutés», qui couvre la mention «sans sel ajouté», sur leur emballage, afin d'aider les consommateurs à choisir une alimentation saine.

La Commission du Codex Alimentarius, gérée conjointement par l'Organisation des Nations Unies pour l'Alimentation et l'Agriculture (FAO) et l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), définit des normes internationales de sécurité sanitaire et de qualité des aliments dans l'objectif de promouvoir une plus grande sécurité sanitaire et une plus forte valeur nutritive des aliments destinés aux consommateurs du monde entier. Les normes du Codex servent dans bien des cas de base à la législation nationale et fournissent des repères en termes de sécurité sanitaire des aliments pour le commerce international des denrées alimentaires.

Lors de sa réunion annuelle, qui s'est tenue à Rome cette année, la Commission du Codex a célébré son cinquantième anniversaire. Ont participé à cette session, 620 délégués représentant 128 États et une organisation Membres, un pays observateur et 41 organisations internationales gouvernementales et non gouvernementales, dont des institutions des Nations Unies.

Limites sans risque sanitaire à la présence de contaminants

L'un des grands domaines de travail de la Commission du Codex est la fixation de limites sans risque sanitaire et la formulation d'orientations visant l'ensemble de la chaîne alimentaire pour prévenir et réduire la présence de contaminants. Les aliments peuvent être contaminés par des métaux lourds, des toxines fongiques, des bactéries ou des virus.

Cette année, la Commission a adopté deux codes d'usages importants : prévention et diminution de la contamination du cacao par l'ochratoxine A (un contaminant cancérogène) et du manioc par l'acide cyanhydrique, ces deux produits étant importants pour les pays en développement.

Les baies comestibles fraîches peuvent constituer un apport sain dans un régime alimentaire, mais présentent aussi une tendance à la contamination microbiologique et ont ainsi été associées à plusieurs flambées sévères de maladies d'origine alimentaire causées par des virus (virus de l'hépatite A, norovirus), une bactérie (E. coli) ou des protozoaires. Le nouveau texte du Codex apporte des conseils aux producteurs et aux consommateurs pour prévenir cette contamination.

Pratiques équitables dans le commerce des aliments et protection de la santé des consommateurs

La Commission a adopté un certain nombre de normes sur les denrées qui protégeront les consommateurs des fraudes et garantiront l'exercice de pratiques équitables dans le commerce des aliments: fruits et légumes frais ou transformés (avocats, chanterelles, grenades, olives de table, pâte de dattes et tempeh, par exemple), et poissons et produits de la pêche (poisson fumé, ormeau). Ces normes aideront les acheteurs et les vendeurs à établir des contrats reposant sur les spécifications du Codex et garantiront que les consommateurs obtiennent des produits ce qu'ils en attendent.

La Commission a aussi adopté des valeurs de référence des nutriments pour le sodium et les acides gras saturés, nutriments associés à certaines maladies non transmissibles (MNT), qui devront figurer dans les Directives concernant l'étiquetage nutritionnel. Cette action fait partie des efforts en cours de la Commission du Codex pour promouvoir des pratiques alimentaires saines et agir contre le problème de santé publique grandissant que représentent les MNT liées à l'alimentation.

La Commission a également adopté des lignes directrices révisées et actualisées pour la mise au point des préparations alimentaires d'appoint destinées aux nourrissons du deuxième âge et aux enfants en bas âge afin de s'assurer que les groupes de population vulnérables bénéficient d'une bonne santé et d'une bonne nutrition. En outre, elle a adopté des centaines de limites maximales sans risque sanitaire pour les résidus de pesticides et les médicaments vétérinaires, ainsi que des dispositions concernant les additifs alimentaires.

Orientations pour le contrôle des aliments et de l'alimentation animale

La nourriture animale pouvant être à l'origine d'une contamination des œufs, de la viande et des produits laitiers, la Commission a adopté des orientations à l'intention des pays sur les modalités de contrôle de l'alimentation animale et l'évaluation du risque de contamination. Elle a aussi adopté des directives pour les systèmes de contrôle nationaux des aliments, destinées à aider les pays à mettre en œuvre les contrôles alimentaires.

Dans l'avenir

En raison du volume du commerce et de la nécessité d'harmoniser les normes nationales, la Commission a accepté de créer un nouveau Comité du Codex sur les épices et les herbes aromatiques, qui sera hébergé et présidé par l'Inde.

La Commission a approuvé le Plan stratégique 2014-2019, qui guidera les activités visant à protéger la santé des consommateurs et garantira l'application de pratiques équitables dans le commerce international sur les six années à venir.