FAO.org

Home > Mídias > Notícias
This article is not available in Portuguese.

Click this message to close.

Renforcer la capacité d’agir des femmes dans l’agriculture

Débat sur l’importance de l’égalité des sexes dans la sécurité alimentaire à l’occasion de la Journée internationale de la femme

Photo: ©FAO/Giulio Napolitano
Améliorer l’accès des femmes à la terre, aux intrants et au crédit pour renforcer la sécurité alimentaire

7 mars 2014, Rome - Il est capital de réduire l'inégalité entre les sexes pour éliminer la faim et développer des systèmes alimentaires plus durables, a déclaré le Directeur général de la FAO, José Graziano da Silva, à un colloque d'experts internationaux et de représentants des pays réunis à l'occasion de la Journée internationale de la femme aujourd'hui à Rome.

"Nous célébrons cette année la Journée internationale de la femme dans le contexte de l'Année internationale de l'agriculture familiale", a indiqué M.  Graziano da Silva. "Les agriculteurs familiaux sont la cheville ouvrière de la production vivrière mondiale, mais figurent malgré tout parmi les populations les plus vulnérables de la planète. L'avenir de notre sécurité alimentaire dépend en grande partie de la réalisation de leur potentiel inexploité. Les femmes rurales sont un volet important, non seulement en tant qu'agricultrices, mais aussi pour leur rôle dans la transformation et la préparation des aliments, ainsi que sur les marchés locaux", a-t-il ajouté.

Des représentants des Nations Unies et d'organisations partenaires se sont retrouvés au siège de la FAO pour une réunion-débat sur le thème ‘Eliminer les disparités hommes-femmes dans l'agriculture'. Le dialogue a été organisé conjointement par la FAO, le Fonds international pour le développement agricole (FIDA), le Programme alimentaire mondial (PAM), l'Organisation internationale du droit au développement (IDLO), l'Institut international de recherche sur les politiques alimentaires (IFPRI) et l'Organisation mondiale des agriculteurs (OMA).

Les participants ont examiné les enjeux auxquels doivent faire face les femmes rurales dans les pays en développement. Elles sont fortement tributaires de l'agriculture de subsistance pour nourrir leurs familles, mais le manque d'accès aux terres et à l'eau, aux intrants agricoles, au crédit, aux technologies et à la formation les enferment dans le cercle vicieux de la pauvreté et de la faim.

Le Directeur général de la FAO a rappelé qu'en 2003, au Brésil, il avait fallu un jugement du tribunal pour défendre la décision du gouvernement d'affecter l'essentiel des transferts monétaires aux bénéficiaires femmes dans le cadre du programme brésilien Faim Zéro, en partant du principe que c'est aux femmes que revient la "tâche essentielle de gérer l'alimentation familiale".

"L'égalité pour les femmes, c'est le progrès pour tous", a affirmé M. Graziano da Silva.

Egalité des sexes et développement durable

L'orateur principal, Mary Robinson, ancienne Présidente de la République d'Irlande et actuellement à la tête de la Mary Robinson Foundation - Climate Justice, a souligné que les conséquences imprévisibles du changement climatique exacerbaient les problèmes soulevés par les inégalités entre les sexes et le manque d'accès aux ressources dans l'agriculture.

"Si nous voulons un développement durable, les thèmes du changement climatique, de l'égalité des sexes et de la sécurité alimentaire doivent aller de pair", a affirmé Mme Robinson, qui a également exercé le mandat de Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme."En rattachant activement les droits de l'homme, le développement, le changement climatique et l'égalité entre les sexes dans vos travaux, vous donnerez les moyens, à vous-mêmes et à vos organisations, d'échapper au cloisonnement qui entrave l'élaboration et la mise en œuvre des politiques, et d'adopter un nouveau modèle de développement véritablement durable".

"Il est fondamental que le prochain Sommet des Nations Unies sur le climat, qui se tiendra en septembre, se penche sur les questions étroitement liées d'égalité entre les sexes, d'agriculture, de primauté du droit, de développement durable et de justice climatique, afin de créer un cadre efficace pour l'avenir de notre planète", a ajouté Mme Robinson.

Le Directeur général de la FAO a ouvert les débats aux côtés d'Ertharin Cousin, Directrice exécutive du PAM, et de Michel Mordasini, Vice-Président du FIDA. Parmi les orateurs et intervenants figuraient notamment, outre les représentants des diverses organisations, Mme Tehmina Janjua, Ambassadrice de la République islamique du Pakistan, et des experts de l'Equipe de la Banque mondiale pour l'égalité et la réduction de la pauvreté.