FAO.org

Home > Mídias > Notícias
This article is not available in Portuguese.

Click this message to close.

Vers un élevage plus durable

"La situation mondiale de l'alimentation et de l'agriculture" analyse l'évolution rapide de la production mondiale de l'élevage

Photo: ©FAO/Giulio Napolitano
Un milliard de pauvres dépendent de l'élevage dans le monde

18 février 2010, Rome - Des investissements urgents, des efforts majeurs de recherche agricole et une gouvernance solide sont nécessaires pour que le secteur de l'élevage dans le monde réponde à une demande croissante de produits animaux et, dans le même temps, contribue à la réduction de la pauvreté, à la sécurité alimentaire, à la préservation de l'environnement et à la santé humaine, lit-on dans la dernière édition du rapport de la FAO, La situation mondiale de l'alimentation et de l'agriculture (SOFA 2009).

Le rapport souligne que l'élevage est essentiel aux moyens de subsistance d'environ un milliard de personnes pauvres. Il fournit des revenus, des aliments de qualité, du biogaz, de la traction animale, des matériels de construction et des engrais, contribuant ainsi à la sécurité alimentaire et à la nutrition. Pour de nombreux petits exploitants agricoles, l'élevage fournit également un filet de sécurité important en cas de besoin.

Dans ce rapport, la FAO insiste sur la nécessité d'investissements substantiels et d'institutions plus solides aux niveaux mondial, régional, national et local, afin que la croissance du secteur de l'élevage contribue aux moyens de susistance, réponde à la demande croissante de la consommation et atténue les préoccupations sur l'environnement et la santé.

"La mutation rapide du secteur de l'élevage s'opère dans un vide institutionnel", selon le Directeur général de la FAO, M. Jacques Diouf, dans sa préface du rapport. "La question de la gouvernance est centrale. Identifier et définir le rôle approprié des gouvernements, dans son sens le plus large, est la pierre angulaire sur laquelle il convient d'appuyer le développement futur du secteur de l'élevage."

"Des efforts sont nécessaires afin que ce secteur en croissance rapide contribue pleinement à la sécurité alimentaire et à la réduction de la pauvreté tout en progressant vers un secteur de l'élevage plus responsable", indique M. Diouf.

Force motrice

Le secteur de l'élevage est l'un des segments les plus dynamiques de l'économie agricole, selon le rapport. L'élevage contribue à hauteur de 40 pour cent de la valeur totale de la production agricole et assure les moyens de subsistance et la sécurité alimentaire de près d'un milliard de personnes.

A l'échelle mondiale, l'élevage représente 15 pour cent de l'énergie alimentaire totale consommée et 25 pour cent des apports en protéines. Les produits d'origine animale fournissent des micronutriments essentiels que l'on ne trouve pas facilement dans l'alimentation d'origine végétale.
 
La hausse des revenus, la croissance démographique et l'urbanisation sont les forces motrices de la demande croissante en produits à base de viande dans les pays en développement - et ils continueront de l'être.

Pour satisfaire une demande croissante, la production mondiale annuelle de viande devrait augmenter de 228 millions à 463 millions de tonnes d'ici à 2050 alors que la population bovine devrait passer de 1,5 milliard à 2,6 milliards et celle des caprins et ovins de 1,7 milliard à 2,7 milliards, selon les estimations de la FAO.

Moyens de subsistance

La forte demande de produits alimentaires d'origine animale offre des opportunités significatives au secteur de l'élevage pour contribuer à la croissance économique et à la réduction de la pauvreté.

Mais de nombreux petits exploitants sont confrontés à plusieurs défis pour demeurer compétitifs face à des systèmes de production plus intensifs. Le rapport avertit qu'"un fossé croissant se creuse entre ceux qui peuvent tirer parti de la demande croissante de produits animaux et ceux qui ne le peuvent pas".

La FAO recommande de soutenir les petits exploitants afin qu'ils puissent à la fois tirer profit des possibilités offertes par un secteur en pleine expansion et gérer les risques associés à la concurrence croissante.

Des stratégies de développement rural créant des emplois hors ferme devraient aider ceux qui seraient incapables de s'adapter et d'être compétitifs dans un secteur en constante modernisation.

"Les décideurs politiques ont également besoin de reconnaître et protéger les filets de sécurité que représente l'élevage pour les plus pauvres."

Environnement

Il convient de renforcer l'efficacité de l'utilisation des ressources naturelles du secteur et de réduire l'empreinte de la production animale sur l'environnement, selon le rapport.

L'objectif est de veiller à ce que la croissance continue de cette production ne soit pas nocive pour les écosystèmes, la biodiversité, les terres, les ressources forestières et la qualité de l'eau, et ne contribue pas au réchauffement climatique.

Alors que certains pays ont accompli des progrès dans la réduction de la pollution et de la déforestation liées à l'élevage, de nombreux autres ont besoin de politiques appropriées et de la capacité de les mettre en œuvre.

Des politiques faisant appel aux lois du marché, comme les taxes ou droits d'utilisation des ressources naturelles ou encore les paiements pour services environnementaux, inciteraient les éleveurs à s'assurer que la production de l'élevage s'effectue de manière durable.

L'élevage peut jouer un rôle important tant dans l'adaptation aux changements climatiques que dans l'atténuation de ses effets sur le bien-être humain, selon la FAO.

Le développement de nouvelles technologies devrait aider le secteur à réaliser son potentiel en contribuant à l'atténuation des changements climatiques et en se dotant de la capacité de surveiller, rapporter et vérifier les émissions de gaz à effet de serre liées à l'élevage.

En ce qui concerne les maladies animales, le rapport indique qu'elles présentent des risques systémiques auxquels il importe de remédier.

Alors que de nouveaux agents pathogènes continueront d'apparaître, des investissements dans la santé animale et les infrastructures nationales de sécurité sanitaire des aliments sont nécessaires pour réduire les risques de transmission de maladies animales aux humains. Quant aux éleveurs pauvres, ils doivent participer davantage à la lutte contre les maladies.