FAO.org

Home > Mídias > Notícias
This article is not available in Portuguese.

Click this message to close.

Les biotechnologies au service des agriculteurs pauvres des pays défavorisés

La conférence de Guadalajara axée sur les applications des biotechnologies pour l'alimentation et l'agriculture

Photo: ©FAO/ M. Namundjebo
La FAO préconise une nouvelle approche en matière de recherche agricole

1er mars 2010, Guadalajara, Mexique/Rome - Les biotechnologies modernes et traditionnelles doivent privilégier les agriculteurs pauvres des pays défavorisés, et pas seulement les agriculteurs riches des pays nantis, selon la FAO.

"Les biotechnologies modernes et traditionnelles offrent de puissants outils au secteur agricole, notamment les pêches et la foresterie", affirme M. Modibo Traoré, Sous-Directeur général de la FAO, devant les participants à la Conférence technique internationale sur les biotechnologies agricoles dans les pays en développement organisée à Guadalajara, au Mexique (1-4 mars 2010).

"Toutefois, les biotechnologies n'ont pas encore d'impact significatif sur les moyens d'existence des habitants de la plupart des pays en développement", ajoute M. Traoré. "A l'heure actuelle, la majorité de ces pays manquent de technologies, politiques, capacités techniques et infrastructures appropriées et pertinentes pour leur mise au point, leur évaluation et leur déploiement."

La conférence de Guadalajara passe en revue les succès et les échecs des biotechnologies dans les différents secteurs de l'alimentation et de l'agriculture des pays en développement. La réunion ne se concentre pas sur les OGM.

Innovations

Selon la FAO, les innovations biotechnologiques peuvent avoir un rôle important à jouer pour doubler la production vivrière d'ici à 2050 et affronter les aléas du changement climatique.

"Durant les dernières décennies, le domaine des biotechnologies a progressé à une vitesse incroyable et engendré de multiples innovations, en particulier dans l'industrie pharmaceutique et le secteur agricole", fait remarquer M. Traoré.

Parmi les innovations dans l'agriculture, citons les variétés de riz hybride pour l'Afrique qui ont permis de doubler les rendements,  l'insémination artificielle pour accroître la productivité des vaches laitières au Bangladesh et les méthodes basées sur l'ADN pour dépister les maladies des crevettes en Inde.   

Cependant, la plupart des biotechnologies ne sont pas pleinement exploitables car "l'accent n'est mis souvent que sur les OGM, qui éclipsent ainsi toutes les autres biotechnologies et leurs contributions potentielles à l'agriculture. En outre, il reste à faire valoir la synergie entre le secteur public et privé ".

Une nouvelle approche

La FAO préconise une nouvelle approche de recherche et développement agricoles fondée sur l'utilisation plus vaste et rationnelle de la biodiversité agricole et ce, en vue de promouvoir le développement et améliorer la sécurité alimentaire.

Les nouvelles technologies devraient également apporter des gains d'efficacité grâce à une meilleure gestion des intrants et de la biodiversité.

Cela nécessitera une plus grande participation des agriculteurs, des institutions et des communautés, ainsi que d'autres facteurs favorables, notamment les politiques, le soutien institutionnel et les investissements en capital humain et physique ainsi que le renforcement des compétences dans les pays.

La FAO se concentre sur l'aide aux petits exploitants afin d'accroître la production agricole de façon durable, améliorer l'accès aux marchés et renforcer les moyens d'existence", souligne M. Traoré.

Toujours selon la FAO, la communauté internationale devrait jouer un rôle essentiel en aidant les pays en développement à instaurer des partenariats tout en offrant un cadre de coopération internationale et de financement pour la création, l'adaptation et l'adoption de biotechnologies appropriées.