FAO.org

Home > Media > Notícias
This article is not available in Portuguese.

Click this message to close.

Warrantage au Niger pour doper les revenus agricoles

Cette forme de crédit bancaire améliore la condition des fermiers pauvres

Photo: ©FAO/Alberto Conti
Le Warrantage sauve le producteur de l'emprise du crédit usurier
12 avril 2010, Rome - Un mécanisme ingénieux de financement élaboré par la FAO pour permettre aux petits exploitants africains de doper leurs revenus sera étendu à tout le Niger où il a été testé avec succès, avant d’être reproduit dans les pays voisins du Burkina Faso, du Mali et du Sénégal.

Comme si les ravageurs, les adventices et les aléas climatiques ne suffisaient pas, les agriculteurs africains sont également pénalisés car ils sont souvent obligés de vendre leur production juste après la récolte, au moment où les prix sont au plus bas.

La FAO a mis au point une solution dans le cadre d’un projet visant à aider les petits exploitants du Niger à constituer des associations d’agriculteurs pour pouvoir obtenir de meilleurs prix lorsqu’ils achètent des intrants comme les semences ou les engrais.

Toutefois, un obstacle de taille est vite apparu. Que ce soit à titre individuel ou d’association, les agriculteurs n’avaient pas assez d'argent.

Warrantage

La solution de la FAO consistait à intégrer dans le projet une version du Warrantage, c’est-à-dire un système de crédit sur inventaire mis au point pour les agriculteurs européens à la fin du XIXème siècle, dans le cadre duquel, plutôt que de vendre leur récolte immédiatement, ils peuvent l’utiliser en gage du remboursement d’un prêt bancaire.

Dans le projet du Niger, qui a démarré en 1999, en échange d’un prêt bancaire, les agriculteurs déposent leur récolte dans un entrepôt dont les clés sont détenues par la banque et par leur organisation.

Le crédit donne ainsi les moyens aux petits exploitants d’acheter les intrants essentiels pour la prochaine campagne de semis, tout en leur permettant de conserver leur récolte jusqu’à la période de soudure – lorsque les stocks vivriers commencent à se raréfier et les prix à grimper.

A ce moment, ils débloquent leurs stocks, vendent leur récolte, remboursent leur prêt et empochent la différence. En utilisant une partie du prêt pour financer des activités génératrices de revenus complémentaires, de nombreux agriculteurs peuvent ainsi rembourser les prêts avant même d’avoir vendu leur récolte.

Selon une étude du projet du Niger menée en décembre dernier, les agriculteurs participants ont pu accroître leurs revenus de 19 à 113 pour cent en six mois.

Et comme ils ont pu acheter des semences  et des engrais de meilleure qualité, leurs rendements ont grimpé – entre 44 et 120 pour cent.

Tout le monde y gagne

"S’il est pratiqué comme il convient, le warrantage permet aux agriculteurs de cultiver davantage et d’accroître leurs revenus", affirme l’expert en finance rurale à la FAO, Ake Olofsson.

"Tout le monde y gagne, y compris les banques qui y trouvent également leur intérêt".  Mais ce n’est pas pour autant une solution universelle, met-il en garde.

Trois conditions doivent être remplies: il faut une association d’agriculteurs bien organisée, une banque locale ou une autre institution de financement, et un entrepôt sûr où stocker la marchandise.

Sans oublier que la récolte servant de gage ne doit pas être périssable et qu’il doit être avéré qu’elle atteindra un prix supérieur dans les mois suivant la récolte.

Enfin, la production agricole utilisée en nantissement doit être reconnue par la législation bancaire du pays concerné. Dans le projet du Niger, ce sont le mil, le riz et les arachides qui ont servi de garantie pour la banque.

Mais un certain nombre d’autres cultures, notamment des produits horticoles comme les oignons, l’ail, les tomates séchées et les poivrons séchés, pouvaient également être utilisés.

Le projet du Niger est en train d’être étendu progressivement à l’ensemble du pays. Puis il sera reproduit au  Burkina Faso, au Mali ainsi qu’au Sénégal. 


"Cela montre que cultiver davantage de nourriture n’est pas le seul moyen de renforcer la sécurité alimentaire des petits paysans", souligne Olofsson. "Des systèmes simples de crédit basés sur les stocks peuvent aussi jouer un rôle important dans l’amélioration de leurs moyens de subsistance."