FAO.org

Home > Media > Notícias
This article is not available in Portuguese.

Click this message to close.

Créer l’élan politique pour libérer la Corne de l’Afrique de la famine

Jacques Diouf sollicite des financements adéquats et prévisibles en faveur de la Corne de l’Afrique

Photo: ©ONU photo
Le Directeur général de la FAO, Jacques Diouf
24 septembre 2011, New York/Rome - Le Directeur général de la FAO Jacques Diouf a sollicité aujourd'hui des ressources financières "adéquates et prévisibles" pour résoudre la crise affligeant la Corne de l'Afrique.

"Je suis convaincu que l'on peut gagner la bataille contre la faim dans la Corne de l'Afrique et garantir la sécurité alimentaire de tous les habitants de la région", a affirmé M. Diouf, s'adressant à New York à un mini-sommet ministériel convoqué pour affronter la situation d'urgence. 

"Mais pour atteindre ce but, nous avons besoin de ressources financières suffisantes et prévisibles propres à garantir que les connaissances techniques dont nous disposons et les stratégies et programmes mis au point nous permettent de réaliser notre vision", a-t-il ajouté.

Retard d'intervention

La réponse de la communauté internationale à la sécheresse et à la propagation de la famine touchant 13 millions de personnes dans la Corne de l'Afrique a toutefois "subi des retards et été insuffisante" jusqu'à présent, a déploré M. Diouf. Seulement 63 pour cent des besoins de financement des Nations Unies - 2,5 milliards de dollars au total - ont été annoncés.

Le nombre d'affamés dans la région a donc augmenté de 1,7 million au cours des deux derniers mois, avec l'état de famine proclamé dans six régions de la Somalie et 750 000 personnes exposées à un risque élevé, a-t-il fait remarquer.

Atténuer les risques futurs

Durant les deux réunions organisées au siège de la FAO à Rome en juillet et en août, les gouvernements et autres parties prenantes ont convenu d'une série de mesures visant à atténuer les effets de la catastrophe immédiate et à bâtir des moyens d'existence résilients afin de réduire les risques de calamités futures, a rappelé M. Diouf.

Ces interventions à moyen et à long terme pourraient être mises en œuvre par le biais du Programme détaillé pour le développement de l'agriculture africaine (PDDAA) préparé avec l'appui de la FAO et approuvé par l'Union africaine à Maputo en 2003, a souligné M. Diouf. 

Cependant, il a insisté sur le fait qu'il "faut garantir des flux de ressources suffisants et prévisibles provenant à la fois des gouvernements nationaux concernés et de leurs partenaires de développement, faute desquels nous nous retrouverons avec une régularité affligeante à affronter ce même ordre du jour ".   

Développement à long terme

M. Diouf s'est déclaré encouragé par l'assemblée des Gouvernements de la Corne de l'Afrique tenue mi-septembre avec les représentants de la Banque africaine de développement et de la Banque mondiale, qui se sont mis d'accord sur le principe de débloquer 500 millions de dollars en faveur du développement à long terme.

"La FAO a confirmé sa volonté de soutenir ce programme en utilisant son expertise technique et ses compétences en matière de gestion des risques de catastrophes et de politiques et d'investissement", a-t-il déclaré. Et de conclure: "Soutenons l'élan politique qui sera créé par une Corne de l'Afrique libérée de la famine."