FAO.org

Home > Mídias > Notícias
This article is not available in Portuguese.

Click this message to close.

Tension persistante sur les marchés céréaliers malgré une production en hausse

Baisse des prix du fait du ralentissement de la reprise économique

Photo: ©FAO/Desmond Kwande
Tension persistante sur les marchés céréaliers
6 octobre 2011, Rome - La tension devrait persister sur les marchés céréaliers mondiaux en 2011-2012 malgré des perspectives de production encourageantes, indique aujourd'hui la FAO.

La production céréalière mondiale devrait atteindre 2 310 millions de tonnes pour la campagne de commercialisation en cours, soit 3 pour cent ou 68 millions de tonnes de plus qu'en 2010-2011, selon le dernier bulletin trimestriel de la FAO sur les perspectives de récolte et la situation alimentaire. Ce chiffre dépasse de 3 millions de tonnes les prévisions établies le mois dernier par la FAO, principalement en raison des attentes améliorées pour les cultures de blé et de riz.

L'augmentation s'explique par une hausse de 4,6 pour cent de la production mondiale de blé (30 millions de tonnes), une hausse de 3 pour cent de la récolte de riz (14 millions de tonnes) et un accroissement de 2,1 pour cent de la production des céréales secondaires (24 millions de tonnes).

Selon les prévisions, l'utilisation totale de céréales en 2011-2012 devrait également augmenter légèrement pour atteindre 2 302 millions de tonnes, soit 1,3 pour cent de plus qu'en 2010-2011.

Malgré les gains de production prévus, le rapport de la FAO avertit qu'en raison du ralentissement de l'économie mondiale et du risque accru de récession, l'incertitude règne en ce qui concerne l'impact sur la sécurité alimentaire mondiale. Une détérioration des conditions économiques entraînerait une aggravation du chômage et une baisse des revenus des couches vulnérables et pauvres dans les pays en développement.

Les prix en baisse

Selon le rapport, la reprise attendue de la production céréalière mondiale alliée à une demande plus faible que précédemment anticipé, notamment pour l'éthanol, contribuent à une baisse des prix. En septembre 2011, les prix internationaux de toutes les céréales, à l'exception du riz, ont fortement chuté du fait à la fois des exportations de grandes quantités de céréales de la région de la mer Noire et des perspectives d'un affaiblissement de la demande.

L'indice FAO mensuel des prix alimentaires, également publié aujourd'hui, a accusé une baisse de 2 pour cent en septembre par rapport à août, soit 225 points, principalement en raison de la baisse des prix internationaux des céréales, du sucre et des huiles. L'indice est maintenant inférieur de 13 points à son pic de 238 points atteint en février 2011, mais toujours supérieur à sa valeur de septembre 2010, soit 195 points.

Les stocks en légère augmentation

Les stocks céréaliers mondiaux à la clôture de la campagne 2012 devraient atteindre 494 millions de tonnes, soit 7 millions de tonnes de plus que leur niveau d'ouverture. Cette hausse serait principalement due à une accumulation de 10 millions de tonnes de riz dans les stocks au niveau mondial. Quant aux stocks de blé, ils ne devraient croître que de façon marginale et, en ce qui concerne les stocks de céréales secondaires, ils devraient se contracter de 4 millions de tonnes pour atteindre 161 millions de tonnes, soit leur niveau le plus bas depuis 2007. Globalement, le ratio stocks-utilisation pour les céréales devrait rester faible, aux alentours de 21 pour cent.

Après avoir diminué au cours des deux années précédentes, les importations céréalières totales des pays à faible revenu et à déficit vivrier au cours de la campagne de commercialisation 2011-12 devraient augmenter d'environ 4 millions de tonnes, soit une hausse de 5 pour cent par rapport à 2010-11.  

Cela s'explique par la stagnation de la production céréalière de ces pays, à l'exception de l'Inde, en 2011 et de quelques stocks qui, selon les prévisions, devraient s'améliorer au cours de l'année de commercialisation en cours.

De sombres perspectives

Au sujet de la situation alimentaire au niveau régional, le rapport note que la crise humanitaire en Afrique de l'Est, notamment la famine qui ravage le sud de la Somalie, continue de faire des victimes et de décimer le bétail. Il ajoute que les perspectives immédiates dans les zones pastorales touchées par la sécheresse demeurent sombres en cette période de soudure. Quatre millions de personnes endurent les affres de la crise en Somalie, dont 750 000 personnes qui risquent de mourir dans les prochains mois en cas d'absence de réponse adéquate.

Toutefois, les secours d'urgence actuellement en cours devraient déboucher sur une amélioration de la situation plus tard cette année.

Des pluies irrégulières menacent les perspectives de récolte

En Afrique de l'Ouest, plusieurs régions du Sahel ont été touchées par des pluies irrégulières durant la campagne 2011. Un arrêt précoce des pluies devrait entraîner une chute importante de la production et accentuer l'insécurité alimentaire dans ces régions.

En Extrême-Orient, on prévoit une récolte céréalière 2011 record, mais de graves inondations dues à la mousson dans plusieurs pays - Bangladesh, République populaire démocratique de Corée, Inde, République démocratique populaire du Laos, Pakistan, Thaïlande et  Philippines - pourraient torpiller les résultats attendus. En particulier, les inondations dans la province de Sindh au Pakistan ont entraîné des dévastations qui ont affecté plus de 8 millions de personnes, détruit quelque 880 000 hectares de cultures sur pied et causé la mort d'un grand nombre de têtes de bétail.

Selon les dernières estimations de la FAO, 32 pays à travers le monde ont besoin d'aide extérieure en raison de mauvaises récoltes, de conflits, de l'insécurité, de catastrophes naturelles et de l'envolée des prix alimentaires sur certains marchés internes.