FAO.org

Главная страница > СМИ > Новостная статья
Русская версия данной статьи недоступна.

Чтобы закрыть, щелкните мышью в окне сообщения.

Irak: la situation de la sécurité alimentaire est préoccupante

Les perspectives de récolte favorables sont désormais compromises par les conflits

Photo: ©AFP/Karim Sahib
Plus d'un million de personnes ont abandonné leurs fermes depuis janvier
25 juin 2014, Rome - L'Irak est en proie à de graves problèmes de sécurité alimentaire suite à la recrudescence récente des conflits dans une grande partie du pays, a mis en garde la FAO aujourd'hui.

Plus d'un million de personnes ont abandonné leurs logements et leurs fermes depuis janvier, délaissant leurs emplois et leurs biens juste au moment où la récolte principale de blé et d'orge allait démarrer. Au total, deux millions d'Irakiens sont désormais déplacés à l'intérieur du pays, y compris ceux touchés par les conflits syriens et les événements intervenus précédemment en Irak.

En conséquence, les perspectives de récolte favorables pour 2014 sont maintenant compromises, selon l'alerte lancée par le Système mondial d'information et d'alerte rapide (SMIAR) de la FAO.

Avant la crise, d'abondantes précipitations avaient laissé prévoir une récolte de blé de 3 millions de tonnes cette année, supérieure d'environ 16 pour cent à la moyenne des cinq dernières années. La récolte d'orge était également censée demeurer stable à 900 000 tonnes, soit 15 pour cent de plus que la moyenne des 5 dernières années.

Désormais, l'insécurité civile et les problèmes d'accès, les pénuries de main d'œuvre et les interruptions des transports et de la commercialisation devraient avoir de fortes répercussions sur la récolte et, de ce fait, sur la production et sur l'offre.

Les gouvernorats les plus touchés par le conflit en cours, Nineveh et Salahaddin, assurent en moyenne près d'un tiers de la production de blé et environ 38 pour cent de la production d'orge de l'Irak.

Les besoins d'importations céréalières pour 2014-2015 sont par conséquent appelés à augmenter. Durant la campagne de commercialisation 2013-2014 qui s'achève, les niveaux d'importations de céréales étaient estimés à 4,26 millions de tonnes, dont 2,7 millions de tonnes de blé et 1,3 million de tonnes de riz.

Compte tenu de la baisse des disponibilités d'aliments de base comme le blé, l'accès à la nourriture de nombreux ménages, familles pauvres et personnes déplacées se détériorera vraisemblablement. De même que le coût des denrées de base a de fortes probabilités d'augmenter, même si des informations complètes sur les prix alimentaires ne sont pas encore disponibles.

Par exemple, les rapports indiquent que, dans les gouvernorats de Nineveh et Salahaddin, les réserves de céréales s'amenuisent et que les niveaux de nourriture disponible via le système de distribution public se détériorent rapidement. Ce système est la principale source de nourriture pour les Irakiens les plus démunis auxquels il offre du riz, de la farine de blé, de l'huile, du sucre et des préparations de lait en poudre pour nourrissons à des prix subventionnés.

"Si les hostilités se poursuivent, les populations les plus vulnérables n'auront plus accès aux denrées alimentaires de base et autres produits essentiels, en dépit des subventions du gouvernement", a déclaré le Représentant de la FAO en Irak, Fadel El Zubi. "Les conflits et les déplacements de personnes ont également coïncidé avec le pic de chaleur et les fêtes religieuses du Ramadan, lorsque les dépenses des ménages sont normalement plus élevées".

Outre les gouvernorats qui sont l'épicentre des conflits et de l'insécurité civile en cours, la région kurde du nord de l'Irak est également sous pression car elle accueille une grande part de la population qui a dû abandonner ses terres, en plus de quelque 225 000 réfugiés syriens.

Selon le rapport de la FAO, les maladies animales constituent déjà une menace pour le bétail en Irak et un danger pour la santé publique, en particulier pour les réfugiés et les personnes déplacées.

Aide d'urgence

La FAO sollicite une aide d'urgence de 12,7 millions de dollars pour répondre aux besoins des familles d'agriculteurs et d'éleveurs et atténuer les dégâts infligés aux sources de nourriture, de revenus et d'emplois.

L'Organisation doit mobiliser ces fonds d'ici juillet/août pour fournir aux agriculteurs victimes de la crise les semences et engrais nécessaires, à temps pour la campagne principale de semis d'octobre/novembre.

La FAO s'attache en outre à venir en aide aux familles vulnérables avec des moyens plus immédiats de se sustenter et de générer des revenus grâce à la production de légumes et de volailles de basse-cour ainsi que des activités d'argent-contre-travail, en partenariat avec le Programme alimentaire mondial.

Un autre point crucial est la fourniture d'aliments pour animaux et de services vétérinaires dans le but de sauvegarder la santé et la production animales. Le pays compte 8 millions d'ovins, plus de 2,5 millions de bovins, 1,5 million de chèvres et 38 millions de poulets.