FAO.org

Главная страница > СМИ > Новостная статья
Русская версия данной статьи недоступна.

Чтобы закрыть, щелкните мышью в окне сообщения.

Une assistance d’urgence pour 2,8 millions d’agriculteurs et d’éleveurs au Niger

Riposte de la FAO à la crise alimentaire dans le Sahel

Photo: ©FAO/Issouf Sanogo
Au Niger, près de la moitié de la population est victime de la faim

21 juin 2010, Rome - La FAO renforce son soutien aux agriculteurs et aux éleveurs du Niger avec de nouvelles opérations en faveur de 2,8 millions de personnes, dans le cadre de sa riposte à la situation alimentaire alarmante au Sahel.

Selon le Système mondial d'information et d'alerte rapide (SMIAR) de la FAO, la situation alimentaire est extrêmement préoccupante dans certaines parties du Sahel, où plus de 10 millions de personnes risquent la famine.   

"Ne serait-ce qu'au Niger, près de la moitié de la population, soit environ 7,1 millions d'habitants, est victime de la faim", souligne l'experte en Operations d'urgence de la FAO, Fatouma Seid.

Le manque de pluies l'an dernier s'est traduit par une baisse de 30 pour cent de la production céréalière au Niger par rapport à 2008, tandis que la production fourragère est inférieure de quelque 62 pour cent aux besoins. Quant aux prix des aliments, ils demeurent obstinément élevés, malgré un recul par rapport à leurs pics de 2008.

Assistance ciblée

"Notre priorité absolue est de livrer des semences et des engrais aux agriculteurs à temps pour la campagne de semis en cours et d'acheminer du fourrage pour les animaux", a déclaré Mme Seid.

Pour ce faire, la FAO a lancé 9 nouveaux projets au Niger pour un montant de 17,7 millions de dollars, financés par la Belgique, l'Union européenne, l'Espagne, le Royaume-Uni et le Fonds central d'intervention d'urgence des Nations Unies (CERF).

Les activités, mises en œuvre en collaboration avec le Gouvernement et la société civile, sont ciblées sur l'achat et la distribution immédiate de 14 000 tonnes d'aliments pour animaux, de 3 000 tonnes de semences céréalières, et de 1 500 tonnes d'engrais qui serviront à la campagne de semis en cours.

Les familles vulnérables participeront aux activités «argent-contre-travail» pour remettre en état les parcours et réaliser des travaux de lutte contre l'érosion.

S'attaquer au cœur du problème  

Entretemps, la FAO continue à fournir un soutien à plus longue échéance aux agriculteurs dans le cadre de la Facilité alimentaire de l'Union européenne (EUFF), le mécanisme de riposte de l'Europe à l'escalade de la faim dans le monde. Au Niger, 3 millions d'euros servent à créer ou remettre en état les magasins et entrepôts d'intrants agricoles, restaurer les terres basses pour la production maraichère, améliorer la production semencière et diffuser les connaissances par le biais des Ecoles pratiques d'agriculture.

Les fonds EUFF servent également à développer un mécanisme innovant de financement permettant aux petits agriculteurs du Niger de gagner davantage. Dans le cadre de ce système de warrantage, les groupes d'agriculteurs ont accès au crédit d'une banque de microfinance rurale en offrant une partie de leur production agricole en guise de nantissement.

Le credit permet aux paysans d'acheter les intrants essentiels pour la prochaine campagne agricole tout en conservant leur production jusqu'à la période de soudure - lorsque les stocks de vivres commencent à se raréfier et les prix à grimper.