FAO.org

粮农组织主页 > 媒体 > 新闻报道
本文尚无中文版本。

点击此处关闭信息框

Un accord FAO-BERD renforce la coopération en Méditerranée

Accroître les investissements du secteur privé dans l’agriculture

Foto: ©FAO/Djibril Sy
Un marché de produits agricoles au Maroc.
 

21 mars 2012, Rome - La FAO et la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) intensifient leurs efforts de promotion des investissements du secteur privé dans le secteur agro-alimentaire des Pays du Sud et de l'Est de la Méditerranée (PSEM), par une série de nouveaux projets d'assistance technique.


Les projets contribueront à l'élaboration de politiques et de cadres juridiques propres à instaurer un climat d'investissement favorable et à encourager la participation du secteur privé dans l'agroalimentaire.


Les projets -les premiers dans le cadre de l'initiative BERD Le secteur privé pour la sécurité alimentaire- comprennent des discussions de politique entre les gouvernements et les entreprises agricoles privées. L'initiative, lancée en 2011, est financée par divers bailleurs de fonds.


Parmi les principaux thèmes à aborder pour permettre au secteur agro-alimentaire de réaliser tout son potentiel figurent l'amélioration des infrastructures rurales, le renforcement des normes de sécurité sanitaire des aliments et le développement des compétences locales grâce à une formation adéquate.


Depuis le lancement du partenariat FAO-BERD en 1994, plus de 80 projets d'assistance technique ont été mis en œuvre pour un montant total de 9,4 millions de dollars environ. Ces projets ont contribué à surmonter les obstacles institutionnels et réglementaires et à améliorer la transparence et l'efficacité tout au long de la chaîne de valeur alimentaire dans les pays bénéficiaires. 


En vertu des nouveaux contrats signés aujourd'hui et évalués à environ 2,2 millions de dollars, la BERD contribuera à hauteur de 1,5 million de dollars et la FAO financera le reste.


En unissant ses efforts avec la BERD, la FAO renforce son interaction avec le secteur privé. Cette initiative fait suite à la décision de son Directeur général José Graziano da Silva de renforcer les partenariats avec le secteur privé et la société civile dans la lutte contre la faim ainsi que la promotion d'un développement durable.


En unissant leurs efforts, l'organisme des Nations Unies et la Banque ciblent des secteurs où leurs compétences respectives se complètent, en conjuguant l'expertise bancaire de la BERD et le savoir-faire technique de la FAO ainsi que ses relations de travail établies de longue date avec les Etats membres.


"La FAO se félicite de l'essor de sa coopération avec la BERD pour la promotion des investissements du secteur privé. L'essentiel des investissements nécessaires pour affronter l'insécurité alimentaire dans le monde viendra du secteur privé, en coopération avec les gouvernements et la société civile", a indiqué le Sous-Directeur général de la FAO, Laurent Thomas.


 "Les Gouvernements, dans notre zone d'opération, ont parfois réagi à la crise alimentaire par des mesures à court terme qui ont découragé l'investissement privé dans l'agriculture. En coopération avec la FAO, nous aiderons les pays à répondre de façon à mieux concilier les intérêts des consommateurs et des producteurs", a souligné M. Gilles Mettetal, Directeur du secteur agrobusiness à la BERD.


"La BERD étend ses opérations aux pays du pourtour Sud et Est de la Méditerranée, en commençant par la Jordanie, l'Egypte, le Maroc et la Tunisie. Nous avons constaté l'extrême importance des questions de sécurité alimentaire dans la région, qui est un importateur net de denrées alimentaires. Comme nous le savons,  il ne peut y avoir de sécurité alimentaire sans agriculture. Toutefois, l'investissement privé dans le secteur agricole exige des politiques et des cadres réglementaires stables et propices aux investissements", a ajouté Heike Harmgart, Economiste principal à la BERD.



Partenaires pour la sécurité alimentaire


Au cours des dernières années, la FAO et la BERD ont intensifié leur coopération fructueuse en ciblant notamment les secteurs suivants: la participation du secteur privé aux débats de politique; l'analyse de la chaîne alimentaire pour soutenir les décisions d'investissement de la BERD; la mise au point de nouveaux instruments financiers et de gestion des risques pour l'agriculture; la promotion d'interactions équitables entre les clients de l'agro-business de la BERD et leurs fournisseurs agricoles et la coordination de l'intervention des Institutions internationales de financement dans le secteur agricole par le biais du réseau EastAgri.