FAO.org

粮农组织主页 > 媒体 > 新闻报道
本文尚无中文版本。

点击此处关闭信息框

Le Royaume-Uni fait don de 25 millions de dollars à un programme de statistiques agricoles

Un nouveau programme au service des politiques gouvernementales et de la planification des agriculteurs

Foto: ©FAO/Giuseppe Bizzarri
De meilleures statistiques se traduisent par de meilleures politiques de développement rural et agricole.
3 avril 2012, Rome – Le Département britannique pour le développement international (DFID) a signé un accord avec la FAO pour faire don de 16 millions de livres (25 millions de dollars) à un nouveau programme de partenariat mondial visant à améliorer les statistiques agricoles à la disposition des gouvernements et des agriculteurs.

La Stratégie mondiale pour l’amélioration des statistiques agricoles et rurales sert à renforcer les capacités des pays en développement de produire et d’utiliser ces statistiques pour des politiques plus efficaces de sécurité alimentaire et de développement agricole et rural durable. Elle permet en outre aux agriculteurs de disposer des informations nécessaires là où ils en ont besoin.

La contribution de DFID, qui couvre la première phase du programme de 2012 à 2016, sera destinée essentiellement aux pays d’Afrique et d’Asie. L’accent sera mis sur l’organisation et la gestion des systèmes nationaux de statistiques et sur l’assistance technique et la formation du personnel des offices de statistiques et des ministères de l’agriculture. Ces fonds serviront également à faire avancer la recherche afin d’identifier des approches innovantes permettant de rentabiliser la collecte, l’analyse et la diffusion des données, notamment les technologies et mécanismes numériques et géoréférencés, tels que smartphones, GPS et satellites.

Améliorer les statistiques pour une meilleure planification

“L’émancipation des agriculteurs peut leur changer la vie. En améliorant les statistiques, ce programme contribuera à cet objectif”, affirme le Directeur général de la FAO José Graziano da Silva.

Des informations et des statistiques plus ciblées permettent d’élaborer de meilleures politiques agricoles en vue de l’éradication de la faim et de la pauvreté et de suivre plus facilement les changements qui interviennent. De bons systèmes statistiques font souvent défaut dans les pays en développement qui collectent les données à l’aide de méthodes onéreuses, chronophages et à fort coefficient de main d’œuvre. Des statistiques agricoles et des informations peu fiables ou manquantes entravent la prise de décision, font grimper les coûts et affaiblissent la conception des politiques qui perdent ainsi de leur impact.

C’est dans ce but notamment que la FAO pilote la Stratégie mondiale pour l’amélioration des statistiques agricoles et rurales, un partenariat international de mise en œuvre de la stratégie élaborée par la Banque mondiale en consultation avec les organismes nationaux de statistiques, les ministères de l’agriculture et des organisations internationales, et approuvée à l’unanimité par la Commission statistique des Nations Unies. Elle deviendra opérationnelle dans 90 pays en développement durant la première phase de cinq ans dotée d’une enveloppe de 82 millions de dollars.

“Le programme illustre parfaitement la manière dont la FAO travaille avec ses partenaires pour traduire les informations mondiales en résultats concrets au niveau des ménages, des communautés et des pays. Le soutien généreux du Gouvernement du Royaume-Uni permettra de porter d’énormes avantages aux gouvernements du monde entier et à leurs peuples”, a ajouté M. Graziano da Silva.

L’Ethiopie est un bon exemple de la manière dont un système statistique amélioré est capable de faire changer les choses. Auparavant, les estimations de la production agricole nationale du Ministère de l’agriculture éthiopien et de l’Agence centrale de statistiques (CSA) étaient souvent divergentes, ce qui posait des problèmes aux décideurs pour l’élaboration de politiques agricoles judicieuses ou la planification des allocations et des distributions d’aide alimentaire. La FAO a ainsi appuyé un projet faisant intervenir conjointement la CSA et le Ministère de l’agriculture. Le projet a introduit de nouvelles technologies destinées à améliorer les mesures des superficies récoltées, les estimations de rendements et le suivi des prix du marché. Aujourd’hui, les estimations de la production convergent et offrent des données fiables qui soutiennent les politiques relatives à la sécurité alimentaire et à l'agriculture.