FAO.org

粮农组织主页 > 媒体 > 新闻报道
本文尚无中文版本。

点击此处关闭信息框

Au Mali, le soutien à l'agriculture est essentiel à l’approche de la saison des semis

Le Directeur général de la FAO et le Ministre malien de l’agriculture soulignent la double nécessité de redémarrer la production alimentaire locale et de renforcer la résilience des communautés

Photo: ©FAO/Jeanette Van Acker
Les trois quarts des Maliens tirent leurs moyens d'existence de l'agriculture
15 février 2013, Rome  - Au Mali, à l'approche de la prochaine saison des semailles qui démarre en mai, il convient d'aider d'urgence les agriculteurs déplacés à retourner sur leurs terres et reprendre la production alimentaire immédiatement là où la situation au plan de la sécurité le permet, indique-t-on aujourd'hui à la FAO à l'issue d'un long entretien du Ministre de l'agriculture du Mali, M. Baba Berthé, avec le Directeur général de l'Organisation, M. José Graziano da Silva.

M. Berthé a souligné qu'il convenait en priorité de cibler l'aide aux agriculteurs qui ont réintégré les zones où la situation au plan de la sécurité s'est améliorée. Il a ajouté qu'il convenait aussi de renforcer la résilience des petits exploitants agricoles sur l'ensemble du pays.

«La saison des semis principale doit débuter en mai au Mali. A l'heure où la situation continue d'évoluer, la FAO, nos agences partenaires et la communauté internationale doivent faire tout leur possible pour aider, là où la situation sécuritaire le permet, le gouvernement à soutenir les agriculteurs qui ont regagné leurs terres et assurer le redémarrage de la production alimentaire», a déclaré notamment M. Graziano da Silva. «Le Mali ne peut tout simplement pas se permettre de perdre la prochaine saison des semailles».

On estime à quelque 2 millions le nombre de personnes qui souffrent d'insécurité alimentaire dans ce pays d'Afrique subsaharienne. La moitié vivent dans le nord du pays, mais les effets persistants de la crise alimentaire et nutritionnelle de 2011-12, engendrée à la fois par la sécheresse, les prix élevés des céréales et la dégradation de l'environnement, ainsi que les déplacements internes de population, ont plongé un autre million de personnes dans l'insécurité alimentaire dans la partie sud du Mali.

Une situation en évolution

Plus de 400 000 personnes ont fui leur maison depuis le début du conflit qui a éclaté dans le nord du Mali l'an dernier, aggravant ainsi la crise alimentaire qui y prévalait.

De nombreuses personnes déplacées sont des agriculteurs qui résident provisoirement dans des camps de réfugiés ou dans des familles d'accueil dans les pays voisins (Burkina Faso, Mauritanie, Niger). D'autres petits exploitants agricoles ont trouvé refuge dans la partie sud du Mali, ce qui a eu pour effet d'accentuer la pression sur les ressources alimentaires locales.

Bien que certaines personnes aient commencé à rentrer chez elles pour reprendre leurs activités agricoles, elles n'ont pas été en mesure de cultiver leurs terres en raison d'un problème d'accès aux outils agricoles et aux intrants ainsi qu'aux animaux nécessaires pour la reprise de l'élevage - parfois en raison de l'absence de ces outils et intrants.

En outre, la plupart des marchés dans le nord du pays restent fermés en dépit de l'amélioration de la situation sécuritaire.

Les familles comptent encore sur leurs propres stocks alimentaires pour s'alimenter, mais elles seront bientôt contraintes de s'approvisionner sur les marchés alors que débutera la période de soudure et que les prix seront au plus haut. Les ménages pourraient être obligés de consommer ou de vendre les graines au lieu de les planter. Ils pourraient aussi être contraints de vendre leurs biens (outils agricoles, fournitures, etc.).

Rappelons que le Programme alimentaire mondial (PAM) s'emploie à distribuer des secours alimentaires d'urgence aux personnes déplacées (lire également), notamment de l'aide alimentaire vitale à quelque 564 000 personnes au Mali et dans les pays voisins.

Au cours de leur entretien, MM. Berthé et Graziano da Silva ont souligné qu'en plus de cette aide d'urgence vitale, il convenait absolument d'assurer le redémarrage immédiat de la production alimentaire locale sans attendre la prochaine saison des plantations qui va de mai à juillet.

A plus long terme, la résolution du conflit en cours et le rétablissement de la sécurité sur l'ensemble du pays sont les conditions indispensables de l'amélioration de la sécurité alimentaire au Mali.

Renforcer la résilience et restaurer les moyens de subsistance

La FAO a demandé environ 12 millions de dollars d'aide humanitaire pour aider 490 000 familles non seulement à faire face aux effets néfastes des sécheresses des années précédentes, mais aussi à renforcer leurs moyens de subsistance et rendre plus résilients les systèmes agricoles. A cet égard, la FAO entend mettre en œuvre un large éventail d'initiatives destinées à soutenir l'agriculture, sans oublier l'élevage.

Un montant supplémentaire de 10 millions de dollars est nécessaire pour aider les personnes déplacées, les personnes qui sont rentrées chez elles et les familles d'accueil au Mali, indique-t-on à la FAO.

L'aide de la FAO inclut la délivrance de semences de qualité, d'outils agricoles, de fournitures diverses et de services vétérinaires, ainsi que de programmes de vulgarisation visant à offrir aux agriculteurs les moyens d'améliorer la production, le traitement et la conservation de leurs produits agricoles (Plus ample information).

A signaler aussi qu'au cours de son entretien avec M. Graziano da Silva, le Ministre malien de l'agriculture a souligné l'importance que son pays attache au renforcement des projets d'irrigation existants, qui ont été d'une grande efficacité contre les sécheresses. Les éleveurs ont, eux aussi, besoin d'assistance pour reconstituer leurs stocks, a indiqué M. Berthé.

Enfin, il convient de mentionner que le conflit au Mali a perturbé la capacité de la FAO à surveiller les mouvements de criquets dans les zones de reproduction habituelles de ces insectes ravageurs des cultures. MM. Berthé et Graziano da Silva sont d'accord pour que la reprise de la surveillance acridienne intervienne le plus rapidement possible afin d'éviter toute pullulation éventuelle à la suite des pluies d'été.