FAO :: Salle de presse :: Dernières nouvelles :: 2007 :: Grippe aviaire: la …
Grippe aviaire: la vigilance s'impose face aux nouvelles flambées
Le virus persiste en Asie de l'Est et dans certains pays d'Afrique
23 janvier 2007, Bangkok/Rome - Les nouvelles flambées d’influenza aviaire en Chine, Égypte, Indonésie, Japon, Nigéria, Corée du Sud, Thaïlande et Viet Nam suscitent de vives préoccupations bien que le nombre de foyers durant les premières semaines de 2007 ait été nettement inférieur aux épizooties par vagues de l’an dernier.

A l'heure où le virus continue à causer la mort d’êtres humains et à compromettre les revenus des éleveurs, la FAO exhorte les pays à demeurer vigilants et à coopérer étroitement avec les organisations internationales.

D’après la FAO, il semblerait que la propagation intercontinentale du virus H5N1 par les oiseaux sauvages migrateurs d’Asie vers l’Europe et l’Afrique n’ait pas été, en automne dernier et cet hiver, aussi étendue qu’en 2005.

Toutefois, le commerce de volailles et le transport d’animaux vivants sont encore susceptibles de diffuser le virus dont la survie est d'ailleurs favorisée par le climat froid. Les systèmes agricoles et la migration des oiseaux sauvages ainsi que les déplacements d’animaux durant les fêtes (Têt, Eid, etc.) jouent également un rôle.

Persistance du danger

Le virus persiste dans plusieurs pays d’Asie, ainsi qu’en Égypte et au Nigéria. D’autres pays pourraient avoir été touchés, mais ils ne l’ont pas encore officiellement signalé.

Lors de la première vague épizootique en Asie fin 2003 et début 2004, huit pays avaient été infectés. En 2004-05, la situation s’était améliorée dans certains pays sans pour autant subir de profonds changements dans l’ensemble. En 2005-06, le virus s’était propagé d’Asie de l’Est en Sibérie, en Europe de l’Est, au Moyen-Orient et en Afrique, et plus de 40 pays avaient été touchés. Depuis le début de l’année, huit pays ont communiqué des infections.

“Jusqu’à présent, de nombreux pays sont parvenus à maîtriser progressivement le virus et la situation mondiale s’est améliorée”, a déclaré aujourd'hui M. Juan Lubroth, expert en santé animale de la FAO, au cours d'une conférence de presse à Bangkok. “Les récents foyers ne font que confirmer le schéma saisonnier. Mais il nous faut rester vigilants. Il est crucial que les pays eux-mêmes renforcent leurs opérations de surveillance, de détection et d’alerte rapide.”

Patience et transparence

Il faudra probablement plusieurs années pour débarrasser la filière avicole du virus H5N1. Cela requiert une forte détermination de la part de toutes les parties concernées: les gouvernements, les éleveurs de volailles et la communauté internationale. Il faudra continuer à s’attaquer en priorité à la diffusion du virus chez les volailles.

Pour assurer le succès des campagnes de lutte contre la grippe aviaire, il faut réunir plusieurs conditions: transparence absolue sur les foyers de maladies; participation directe des éleveurs aux activités de surveillance et de signalement; mécanismes d’indemnisation des agriculteurs.

“Seul le signalement immédiat de tout foyer suspect de grippe aviaire permet une intervention rapide des éleveurs et des vétérinaires”, explique M. Lubroth. “Malheureusement, de nombreux foyers ne sont pas signalés. Les organes nationaux et internationaux ne sont souvent pas en mesure de vérifier immédiatement les rumeurs qui circulent ou les rapports de foyers non confirmés.”

Eviter d'interdire

La FAO a mis en garde contre l'interdiction d'élever des poulets et des canards en basse-cour, car elle pourrait encourager la production avicole illégale. “Il sera très difficile d’appliquer et de contrôler ces interdictions. Pour des raisons économiques, les agriculteurs cacheront leurs animaux et se soustrairont aux campagnes de vaccination et au contrôle des déplacements”, selon M. Lubroth.

Au lieu de prohiber la production, il faudrait encourager les éleveurs à participer à la lutte contre le virus et aux campagnes de vaccination.

Face à la forte diffusion du virus en Indonésie, et parallèlement aux mesures de lutte en vigueur, la FAO préconise de vacciner les poussins d’un jour avant qu’ils ne quittent les couvoirs et ne soient distribués dans tout le pays. Elle recommande aussi une vaccination généralisée dans les districts gravement infectés.

Enfin, selon la FAO, la participation plus active du secteur privé aux campagnes de lutte contre l’influenza aviaire est nécessaire.

Contact:
Erwin Northoff
Relations médias, FAO
erwin.northoff@fao.org
(+39) 06 570 53105
(+39) 348 25 23 616

Contact:

Erwin Northoff
Relations médias, FAO
erwin.northoff@fao.org
(+39) 06 570 53105
(+39) 348 25 23 616

FAO/H. D. Nam

Vaccination de volailles au Viet Nam

envoyer cette page
Grippe aviaire: la vigilance s'impose face aux nouvelles flambées
Le virus persiste en Asie de l'Est et dans certains pays d'Afrique
23 janvier 2007 - La FAO exhorte les pays à demeurer vigilants face au virus H5N1 et à coopérer étroitement avec les organisations internationales.
Veuillez insérer une adresse email
Veuillez insérer une adresse email valide
RSS