FAO :: Salle de presse :: Projets sur le terr… :: 2004 :: Nouvelles sources d…
Nouvelles sources de revenus pour protéger un site du Patrimoine mondial en Ouganda
Des communautés gèrent des entreprises rémunératrices tout en protégeant l'environnement
3 décembre 2004, Bwindi, Ouganda/Rome -- De petites entreprises ont été constituées au sein des communautés vivant aux alentours du Parc national impénétrable de Bwindi, en Ouganda, pour créer des revenus tout en conservant le parc inscrit sur la liste du Patrimoine mondial de l'UNESCO en 1994.

Grâce à un projet de la FAO financé par la Fondation des Nations Unies et le gouvernement de Norvège, les communautés qui vivaient des ressources forestières du parc ont créé de petites entreprises et tirent désormais des revenus d'un vaste éventail de produits - comme l'artisanat, le miel et les champignons - tout en aidant à la conservation du parc.

"Ce projet pilote montre que les communautés vivant à proximité d'une grande biodiversité ou dans des sites protégés peuvent créer de nouvelles sources de revenus en utilisant les ressources naturelles de façon durable", explique Sophie Grouwels, expert de la FAO en foresterie participative.

Conservation du parc

Le Parc Bwindi abrite la moitié des gorilles de montagne du monde et 12 autres espèces animales menacées d'extinction. Pour protéger la riche biodiversité des forêts de montagne, le gouvernement ougandais l'a proclamé parc national en 1991.

Toutefois, cette mesure constituait une menace pour les communautés qui vivaient des ressources forestières du parc. Quarante pour cent des personnes vivant aux abords du parc n'ont pas assez de terres pour satisfaire leurs besoins fondamentaux, tandis que 16 pour cent en sont totalement dépourvues. Jadis, elles comptaient sur la forêt pour le tissage, les plantes médicinales, la collecte de miel, la cueillette de fruits, la chasse, la construction de poteaux.

Lorsque Bwindi a été classé parc national, les gens se sont vu interdire de ramasser les produits forestiers, alors que certains jouaient un rôle crucial dans leurs moyens d'existence. L'inaccessibilité du parc aux populations locales a alimenté les conflits entre les communautés et la direction du parc.

Respect de l'environnement

Le projet de la FAO lancé en 2001 a permis la création de plus de 300 petites entreprises basées sur les ressources naturelles autour du parc, avec une gestion indépendante des membres de la communauté et des activités allant de la production vivrière aux visites guidées.

Le Buhoma Village Walk est une visite guidée offerte essentiellement aux touristes du Parc Bwindi qui viennent observer les gorilles. Cette initiative vient s'ajouter à la gamme d'activités touristiques présentes dans la région, tout en offrant aux membres de la communauté locale une source de revenus complémentaire directement liée à la conservation.

Des guides formés aux techniques de présentation et aux premiers secours accompagnent les touristes sur les sites d'intérêt écologique et culturel, allant des lotissements ruraux au guérisseur traditionnel. L'initiative a été couronnée de succès: le nombre de visiteurs est passé de 94 en juillet 2003 à 148 en juillet 2004.

Des ruchers ont été installés et peuplés par des colonies d'abeilles pour que les gens puissent produire et vendre le miel et la cire, en utilisant les savoirs traditionnels et les technologies appropriées.

Ceux qui avaient des ruches construites à partir de troncs prelevés dans le parc ont désormais leurs propres ruches améliorées fabriquées avec des herbes tressées, lesquelles permettent d'accroître les rendements et la qualité du miel. Le revenu escompté de ces nouvelles ruches est d'environ 30-40 dollars par ménage et par an.

La matière première pour l'artisanat traditionnel est maintenant essentiellement cultivée dans les jardins familiaux plutôt que dans le parc. Les objets sont vendus aux touristes sur le marché local et même exportés, ce qui rapporte environ 17 dollars par ménage et par mois.

La culture et la vente de pleurotes en forme d'huître ont réduit la cueillette illégale dans le parc. Cette activité procure aux producteurs en moyenne 10 dollars de plus par ménage et par mois.

Toutes ces activités ont créé des emplois et des compléments de revenus. Demandant moins d'espace que d'autres activités agricoles, elles exercent en outre une pression moindre sur les terres et exploitent au mieux les connaissances et les ressources locales existantes.

Participation des membres de la communauté

"La participation des membres de la communauté dès le départ - c'est-à-dire depuis la sélection des produits, l'élaboration de plans commerciaux, jusqu'au fonctionnement des entreprises - a été fondamentale pour le succès de l'entreprise", précise S. Grouwels.

Pour accroître la capacité des membres de la communauté de planifier, développer et gérer leurs entreprises en toute autonomie, des ateliers ont été organisés dans les villages, des groupements d'intérêt ont été constitués autour de produits prometteurs et des chefs d'entreprise qualifiés ont été désignés.

"Nous utiliserons les leçons apprises et adapterons les meilleures pratiques tirées du projet à d'autres sites riches en biodiversité", conclut S. Grouwels. "C'est la preuve qu'il est possible de conserver des ressources naturelles précieuses tout en protégeant les moyens d'existence des populations locales."

Contact:
Maria Kruse
Relations médias, FAO
maria.kruse@fao.org
(+39) 06 570 56524


Contact:

Maria Kruse
Relations médias, FAO
maria.kruse@fao.org
(+39) 06 570 56524

FAO/R. Faidutti

Démonstration de ruches améliorées faites d'herbes tressées et non plus de troncs prelevés dans le parc

FAO/R. Faidutti

Les produits fabriqués localement sont vendus sur le marché local, dans la capitale ou exportés

envoyer cette page
Nouvelles sources de revenus pour protéger un site du Patrimoine mondial en Ouganda
Des communautés gèrent des entreprises rémunératrices tout en protégeant l'environnement
Grâce à un projet de la FAO, les communautés qui vivaient des ressources forestières du Parc national de Bwindi ont créé de petites entreprises dont elles tirent des revenus tout en protégeant l'environnement.

Veuillez insérer une adresse email
Veuillez insérer une adresse email valide
RSS