FAO :: Salle de presse :: Projets sur le terr… :: 2006 :: Durement frappé par…
Durement frappé par la grippe aviaire, le Viet Nam consolide aujourd’hui ses progrès
Les financements des bailleurs de fonds sont encore nécessaires pour un succès à long terme
6 décembre 2006, Rome – Le Gouvernement du Viet Nam a pris la décision précoce de faire de la lutte contre la grippe aviaire sa priorité numéro un. Cette décision, associée à l’engagement ferme du gouvernement et de la communauté internationale de bailleurs de fonds, portent de nombreux experts vétérinaires à considérer aujourd’hui le Viet Nam comme un des pays ayant le mieux maîtrisé le virus H5N1 de la grippe aviaire.

Partout au Viet Nam, les habitants sont à l’affût des premiers signes de la maladie et dès qu’ils sont décelés, il s’ensuit un abattage collectif. Désormais, on en trouve rarement, notamment parce que le pays a procédé à la vaccination systématique des volailles dans quasiment tout le pays. C’est une politique qui non seulement porte ses fruits, mais qui s’est avérée également bien acceptée par les agriculteurs comme Trinh Thi Huyen, qui élève des volailles et d’autres animaux pour arrondir les fins de mois et nourrir sa famille nombreuse.

“Je suis très satisfaite du programme de vaccination gouvernemental car il empêche mes oiseaux d’être contaminés par le virus et il met ma famille à l’abri”, déclare Mme Trinh.

Cibler toutes les volailles d’une zone donnée

Cependant, la vaccination ne fonctionne que si un pourcentage élevé d’oiseaux d’une zone donnée est vacciné de façon systématique. Le vétérinaire municipal Hoang Trong Kien nous explique comment ils procèdent: “Nous avons vacciné 100 pour cent des quelque 12 000 poulets de ce village; il y a quelques jours, une campagne d’information avait été lancée et les gens s’étaient engagés à apporter leurs poulets ici pour que nous puissions vacciner toutes les volailles du village.”

A l’origine, le Viet Nam avait été durement frappé par l’influenza aviaire qui avait causé la mort de 42 personnes, se situant au deuxième rang après l’Indonésie. Mais cette année, le Viet Nam n’a eu à déplorer aucun cas chez l’homme.

Le fort soutien du gouvernement a été déterminant

Le secret de la réussite du Viet Nam? Le soutien énergique du gouvernement pour la lutte contre la souche H5N1 du virus hautement pathogène de la grippe aviaire qui a bénéficié du concours des bailleurs de fonds de la communauté internationale. Si les vaccinations ont été au cœur du plan d’attaque national, elles ne constituent qu’un seul volet d’une stratégie d’ensemble qui comprend en outre l’abattage des oiseaux infectés et exposés, le contrôle rigoureux des mouvements des volailles, des mesures de surveillance et de tests de grande envergure, une amélioration des mesures d’hygiène et des laboratoires.

L’expert de la FAO, Dr. Ken Inui, a déclaré: “L’influenza aviaire causée par le virus H5N1 a constitué un événement tragique au Viet Nam, mais le pays a su en tirer de nombreux enseignements. Aussi bien au niveau central que local, les autorités de santé animale ont dû sans attendre prendre des décisions alors que l’on ne connaissait pas les réponses. En conséquence, dans l’ensemble, les services de santé animale du Viet Nam ont été considérablement améliorés au cours des dernières années. Naturellement, la communauté internationale a fourni une aide précieuse et de nombreux bailleurs de fonds internationaux ont contribué à la lutte contre l’influenza aviaire”.

Poursuite de la surveillance et des tests

Les financements des bailleurs de fonds ont aidé à mettre à niveau les laboratoires nationaux du Viet Nam pour pouvoir poursuivre la surveillance constante dans quasiment tout le pays. Dr Ngoc Anh, un technicien du Laboratoire de référence national sur la grippe aviaire, explique les travaux en cours: “Nous avons recueilli des échantillons d’oiseaux de la province de Thai Binh. Nous avons déjà testé plus de 2 000 échantillons, sans trouver aucune trace de virus, ce qui est extrêmement prometteur.”

La menace de grippe aviaire pèse encore sur le pays

Le Viet Nam n’est pas pour autant libéré du virus H5N1, même s’il a été tenu en échec pendant plus d’un an. Selon Jeffrey Gilbert, coordonnateur technique en chef de la FAO pour la grippe aviaire, “la région et d’autres pays ont récemment été victimes de foyers à répétition, ce qui montre que le virus est encore présent, et d’autres flambées ne seraient en aucun cas surprenantes. Le gouvernement doit maintenir son engagement. En particulier, nous avons encore besoin de l’adhésion des bailleurs de fonds”.

En effet, il faut un engagement durable aussi bien de la part des pays victimes du virus que de la communauté internationale si l’on veut conjurer une pandémie humaine.

La grippe aviaire s’est propagée à grande vitesse. L’intervention mondiale doit être encore plus rapide.

Contact:
John Riddle
Relations médias, FAO
john.riddle@fao.org
(+39) 06 570 53259
(+39) 348 257 2921

Suite du dossier…

Durement frappé par la grippe aviaire, le Viet Nam consolide aujourd’hui ses progrès

L'Indonésie se bat contre la grippe aviaire

Contact:

John Riddle
Relations médias, FAO
john.riddle@fao.org
(+39) 06 570 53259
(+39) 348 257 2921

FAO/J. Riddle

La vaccination n'est efficace que si un pourcentage élevé d'oiseaux dans une zone donnée sont vaccinés à plusieurs reprises

FAO/J. Riddle

Bien qu'aucun cas de grippe aviaire H5N1 n'ait été recensé depuis plus d'un an, le Viet Nam n'est pas pour autant à l'abri

envoyer cette page
Durement frappé par la grippe aviaire, le Viet Nam consolide aujourd’hui ses progrès
Les financements des bailleurs de fonds sont encore nécessaires pour un succès à long terme
Le Gouvernement du Viet Nam ayant fait de la lutte contre la grippe aviaire sa priorité numéro un, le pays est aujourd’hui considéré comme l'un de ceux ayant le mieux maîtrisé le virus H5N1.
Veuillez insérer une adresse email
Veuillez insérer une adresse email valide
RSS