FAO :: Salle de presse :: Projets sur le terr… :: 2006 :: Aux portes de l’Eur… :: Une maladie parfois…
Une maladie parfois mortelle, mais toujours invalidante
Ankara, Turquie - La fièvre aphteuse n’est pas transmissible à l’homme. Elle ne provoque pas non plus toujours la mort des animaux contaminés. Mais elle les affaiblit à tel point qu’ils peuvent mettre plusieurs mois à se remettre sur pied.

"La maladie est particulièrement insidieuse car elle ne tue pas d’emblée, mais rend les animaux malades et improductifs, ce qui oblige les éleveurs à leur dispenser des soins coûteux", selon M. Nick Honhold, un expert de santé animale de la FAO détaché en Turquie.

"Les animaux engraissés perdent du poids, ce qui rend vaines les dépenses consacrées précédemment par l’éleveur à leur alimentation", explique M. Honhold. "Les vaches laitières arrêtent de produire du lait, souvent définitivement à cause des infections des pis qui s’ensuivent. La maladie peut entraîner l’infertilité des animaux de reproduction. Et les animaux de trait sont trop affaiblis pour labourer, ce qui signifie encore pertes de productivité et qui est particulièrement problématique durant les labours et la récolte".

Pendant ce temps, la désinfection des animaux et des étables doit être effectuée régulièrement, et les coûts ne sont pas négligeables, tandis qu’il faut des quantités importantes d’aliments adéquats pour garder les animaux en vie.

La fièvre aphteuse n’est généralement fatale que chez les animaux jeunes n’ayant aucune immunité et qui sont souvent trop faibles pour résister à la maladie, dit-il, tandis qu’il y a un risque d’avortement pour les animaux gravides.

Le monde des affaires se mobilise

En Turquie, la fièvre aphteuse constitue depuis longtemps un problème auquel les éleveurs sont en fait habitués. Cependant, la prise de conscience grandissante de ses coûts cachés commence maintenant à se traduire par un plus grand appui aux efforts de la GDPC pour enrayer la maladie.

"L’industrie commence à se rendre compte que la persistance de la fièvre aphteuse est source de graves problèmes économiques" fait remarquer Dr Musa Arik, chef des services de santé animale de la GPDC. "On ne peut exporter leur viande à cause d’interdictions sur les marchés importateurs de produits venant de sites touchés par la fièvre aphteuse. Il n’existe pas de risques similaires pour les exportations de produits laitiers, mais il n’en reste pas moins que le secteur est touché".

En conséquence, ajoute-t-il, le monde des affaires redouble d’efforts à la fois pour affronter les problèmes de fièvre aphteuse sur le terrain et pour faire pression sur les responsables du budget au gouvernement afin de débloquer davantage de fonds pour la GDPC.

Suite du dossier…

Aux portes de l’Europe se livre une bataille contre la fièvre aphteuse

Une maladie parfois mortelle, mais toujours invalidante

Récit de deux éleveurs

Vaccin de l’Union européenne à l’oeuvre

FAO/P. Roeder

Une salivation excessive est un symptôme de fièvre aphteuse

FAO/G. Kourous

Dr. Musa Arik, de la Direction générale turque de protection et de contrôle, examine la stratégie de lutte contre la fièvre aphteuse préparée par son agence pour 2006

envoyer cette page
Une maladie parfois mortelle, mais toujours invalidante
-
Veuillez insérer une adresse email
Veuillez insérer une adresse email valide
 
RSS