FAO :: Salle de presse :: Projets sur le terr… :: :: Une affaire de gagn… :: La photo de Mkhulu
La photo de Mkhulu
Les agriculteurs du Swaziland en pleine moisson
Velezizweni - Il y a juste un an, le Swaziland a connu sa plus mauvaise récolte de mémoire d'homme. Aujourd'hui, Minah Zulu, avec des milliers d'agriculteurs, moissonne une abondante récolte grâce aux semences fournies par la FAO et la CEE.

«Je n'ai aucune difficulté à me rendre aux champs», insiste son mari, Mkhulu Julius Zulu. En fait, c'est son épouse Minah qui s'occupe de la terre avec leurs petits-enfants. «Mais, de temps à autre, je sors aussi et donne des directives», poursuit-il.

Les déclarations de M. Zulu semblent incongrues pour un homme de son âge. A 95 ans, il ne sort plus beaucoup, il est cloué au lit la plupart du temps. «Mkhulu est comme ça depuis que je suis né», raconte tranquillement son petit-fils Sabelo, âgé de 17 ans, tout en guidant la main de son grand-père aveugle pour mettre une bouchée de nourriture dans sa bouche.

Tout en mangeant, Julius nous raconte qu'il a eu une bonne vie. Son rêve était d'être un agriculteur et il l’est devenu mais par des voies détournées: pendant la Seconde guerre mondiale, il a combattu avec les forces alliées en Italie; puis il a travaillé pour une société de câblage à Johannesburg. Ce n'est pas avant 1964, quand il s'est marié avec Minah, qu'il a commencé à cultiver, justement ici, dans son village de Velezizweni.

Besoins urgents d'intrants

L'an dernier, une terrible série de catastrophes naturelles - sécheresses, inondations, canicules - ont provoqué des ravages à travers toute l'Afrique australe. Plus d'un tiers de la population avait besoin d'aide. Les récoltes ont été ravagées au Mozambique, au Lesotho et au Swaziland, qui a enregistré sa plus mauvaise récolte de maïs de toute son histoire.

Afin qu'il y ait bien une prochaine récolte, la FAO a élaboré un plan pour fournir des intrants agricoles, y compris des semences, des engrais et des outils, aux agriculteurs les plus touchés. Le Département de l'aide humanitaire de la Commission européenne (ECHO) a versé 1,5 million de dollars pour aider la FAO à fournir des intrants à 20 000 agriculteurs de l'est et du centre du Swaziland.

Le financement d'ECHO a permis à la FAO, en collaboration avec le gouvernement du Swaziland, d'organiser des foires commerciales d'intrants où les agriculteurs recevaient des bons spéciaux pour acheter les produits agricoles et les outils dont ils avaient besoin. Quelques mois plus tard, au printemps 2008, Minah, une de ces agricultrices, a commencé à moissonner.

Quinze sacs au lieu de deux

Tôt le matin, Minah prépare du porridge dans un pot de fer sur le feu de bois. Mais avant le petit-déjeuner, elle ira au champ pendant environ deux heures avec ses petits-enfants pour commencer à couper les épis de maïs.

L'histoire de la famille Zulu est semblable à celle d’autres familles du Swaziland, où la prévalence du VIH/SIDA est parmi les plus élevées au monde. Six de leurs dix petits-enfants vivent avec Minah et Julius; quatre d'entre eux ont perdu leurs deux parents; les deux autres ont perdu leur père et leur mère habite au loin, explique Minah.

Heureusement, la récolte est bien meilleure que l'an dernier. La foire commerciale aux intrants a beaucoup aidé. Avec les bons (pour une valeur d'environ 43 dollars), Minah a acheté 50 kg d'engrais et un sac de semences de maïs. «Il a bien poussé», se réjouit-elle en calculant que la production pourrait être supérieure à quinze sacs, contre deux l'an dernier. «Suffisamment pour soutenir ma famille.»

Avec son mari, malheureusement, les choses ne sont plus ce qu'elles étaient. «Mkhulu est un vieil homme maintenant, soupire Minah, il est aveugle». Alors il ne va plus aux champs? «Non, il ne peut plus», dit Minah. En fait, c'est elle qui dirige la famille.

Ce qu'elle voudrait avoir, c’est une photo d'elle et de Julius. Elle rit sous cape: «Ainsi, nous pourrons voir combien nous sommes vraiment vieux.» Minah a 60 ans mais l'âge ne la préoccupe pas. «C'est normal de vieillir. Vous êtes jeune et puis vous êtes vieux... C'est ça la vie.»

Suite du dossier…

Une affaire de gagnant

La photo de Mkhulu

Contact:

Maarten Roest
Relations presse, FAO
maarten.roest@fao.org
(+ 39) 06 570 56524

FAO/Nhlanhla Dlamini

La récolte a commencé pour Minah

FAO/Nhlanhla Dlamini

Minah et Julius

envoyer cette page
La photo de Mkhulu
Les agriculteurs du Swaziland en pleine moisson
-
Veuillez insérer une adresse email
Veuillez insérer une adresse email valide
 
RSS