FAO :: Salle de presse :: Projets sur le terr… :: :: Relancer l’agricult… :: Centres nutritionne…
Centres nutritionnels, un guichet unique pour améliorer les conditions de vie
Kalemie, Katanga – Pour un bébé de 15 mois et sa mère, veuve, les centres nutritionnels comme celui de cette ville sur le lac Tanganica sont une manne.

La malnutrition, si souvent due à la pauvreté, peut être améliorée en cultivant des légumes nutritifs pour compléter l’alimentation locale riche en amidon. Ainsi, quand les mères amènent leurs enfants sous-alimentés dans un centre, au lieu de se contenter de les soigner avant de les renvoyer à la maison poursuivre le même régime, pourquoi ne pas enseigner à leurs mères à cultiver des aliments bons pour la santé?

Cette simple formule fonctionne dans des centaines de centres nutritionnels congolais. "Elles n'en reviennent pas quand elles voient les légumes verts pousser en trois semaines", fait remarquer la nutritionniste du centre, Eugénie Mbuyu, en se référant aux mères qui travaillent au potager du centre sous la direction d'un formateur FAO. Ce type de soutien conjugue dévouement local et assistance de trois organismes des Nations Unies.

Guylane Fatouma, veuve de 45 ans et mère d'une petite fille en voie de convalescence, est épuisée par des années de guerre. Réduite à manger des pelures de manioc après que les milices aient pillé ses vivres et volé les animaux, elle a été contrainte d'envoyer ses aînés faire les poubelles en quête de nourriture, au péril de leur vie. A présent, elle fait vivre sa famille de la seule manière qu'elle connaisse: en cultivant une parcelle de manioc.

Quand son bébé cessa de s'alimenter, Guylane l'emmena au centre et l'a arraché à la mort grâce au lait enrichi fourni par l'UNICEF. "Elle l'a refusé pendant toute une journée, puis elle a fini par en prendre une cuillérée."

Le centre assiste une cinquantaine d'enfants par mois. Mais parfois ils sont déjà trop malades et sont emportés par la méningite ou la rougeole.

A mesure qu'ils se fortifient, ils passent aux rations du Programme alimentaire mondial et aux légumes frais cultivés dans les potagers du centre à partir de semences fournies par la FAO. Lorsqu'une mère ramène son enfant à la maison, en général au bout d'un mois, la FAO lui donne de quoi démarrer un petit potager: binette, machette, arrosoir et semences maraîchères.

Habillées de couleurs vives, les mères récoltent les légumes verts juste derrière les pavillons médicaux. Et elles auront replanté avant la tombée de la nuit, nous disent-elles.

Suite du dossier…

Relancer l’agriculture en RD du Congo, un champ après l’autre

Vulnérables mais plus fortes de jour en jour

Centres nutritionnels, un guichet unique pour améliorer les conditions de vie

Anciens combattants et réfugiés redémarrent grâce à l’élevage et à la pêche

Photo: ©FAO/G. Napolitano

Distribution de lait au centre nutritionnel

envoyer cette page
Centres nutritionnels, un guichet unique pour améliorer les conditions de vie
-
Veuillez insérer une adresse email
Veuillez insérer une adresse email valide
 
RSS