FAO :: Salle de presse :: Dossiers de fond :: 2004 :: Les biotechnologies… :: Combler la fracture…
Combler la fracture moléculaire
Comment mettre les technologies émergentes de la Révolution génétique à la portée d
Les biotechnologies peuvent offrir aux agriculteurs du matériel végétal exempt de maladies et accélérer les programmes classiques de sélection.

Elles peuvent donner des cultures résistantes aux ravageurs et aux maladies, réduisant ainsi l'utilisation de substances chimiques toxiques pour l'environnement et la santé de l'homme.

Elles offrent la possibilité d'améliorer le bien-être de milliards de pauvres dans le monde en augmentant la qualité nutritionnelle des produits de base dont ils dépendent pour leur survie.

Les biotechnologies offrent également de précieux outils diagnostiques et des vaccins utiles pour maîtriser des épizooties dévastatrices comme la peste bovine.

Pourtant, un certain nombre de facteurs entravent le transfert des nouvelles technologies agricoles au monde en développement et empêchent les agriculteurs de tirer parti de la recherche biotech conduite dans le monde entier.

Citons notamment des cadres de réglementation inadéquats, le manque de capacités techniques d'évaluation des risques pour l'environnement et la santé pouvant dériver de ces cultures, des questions complexes de propriété intellectuelle, de faibles capacités nationales de sélection végétale et le mauvais fonctionnement des marchés.

Plan d'action

Dans le SOFA 2004, la FAO identifie les politiques qui seraient susceptibles d'aider à affronter ces problèmes.

Tout d'abord, des politiques d'encouragement des investissements privés dans la recherche et la commercialisation des applications biotechnologiques répondant aux besoins des pauvres. Il s'agit notamment d'incitations commerciales telles que des droits sérieux de propriété intellectuelle, des règlements appropriés de biosécurité et des avantages fiscaux pour les firmes privées investissant dans ce type de recherche.

Deuxièmement, les politiques de développement doivent renforcer les capacités nationales de sélection végétale, y compris en biotechnologies, dit la FAO; alors seulement, les pays seront en mesure d'incorporer avec succès d'importants traits transgéniques dans les cultivars adaptés aux conditions locales.

Troisièmement, la recherche biotech du secteur public axée sur les problèmes des pauvres a besoin d'un nouvel appui, indique la FAO, tout comme les programmes de recherche en biotechnologies des centres de recherche agronomique internationaux.

Quatrièmement, il faut encourager des partenariats novateurs public-privé en recherche biotech pour promouvoir le transfert de technologies au domaine public tout en maintenant des incitations pour la R&D du secteur privé.

Enfin, la FAO fait remarquer qu'il est urgent d'aider les pays en développement à renforcer leurs moyens d'évaluer les risques pour l'environnement et la santé liés aux biotechnologies avant leur introduction et de mesurer leurs impacts après leur dissémination.

Un outil puissant, mais pas une panacée

En dépit des problèmes, les biotechnologies offrent un potentiel d'accroissement des revenus des agriculteurs pauvres des pays en développement en relançant la production agricole pour améliorer la sécurité alimentaire des ménages.

Selon Jacques Diouf, Directeur général de la FAO, le transfert, dans de bonnes conditions, des technologies existantes vers les communautés rurales pauvres et la création de nouvelles biotechnologies sans danger peuvent grandement améliorer les possibilités de croissance durable de la productivité agricole à l'heure actuelle et dans l'avenir.

"Cependant", écrit-il dans l'avant-propos du SOFA 2004, "les technologies à elles seules ne peuvent résoudre le problème de la pauvreté".

Par exemple, les biotechnologies ne sauraient combler les manques concernant les infrastructures, la réglementation, les marchés, les systèmes de semences et les services de vulgarisation qui tous nuisent à l'implantation des nouvelles technologies chez les agriculteurs pauvres habitant des régions éloignées, note le SOFA 2004.

Elles ne peuvent rien non plus contre les échecs institutionnels, les déboires des marchés ou les échecs des pouvoirs publics qui, dans un grand nombre de pays, contrecarrent tous les efforts de développement rural et agricole.

Les technologies issues de la recherche traditionnelle n'ont pas encore atteint les champs des paysans les plus démunis, et rien ne permet d'affirmer qu'il en ira autrement pour les nouvelles biotechnologies, conclut le rapport. Le secteur public n'aura intérêt à investir dans la recherche biotechnologique que si les obstacles au transfert des techniques conventionnelles vers les agriculteurs de subsistance sont aplanis.

En conséquence, la FAO maintient que les biotechnologies devraient faire partie d'un programme complet de R&D agricole accordant la priorité aux problèmes des pauvres. Elles ne sauraient remplacer la recherche relevant d'autres disciplines, telles que la sélection végétale et animale, et la lutte intégrée contre les ravageurs et les maladies et la gestion des ressources naturelles.
FAO graphic

Suite du dossier…

Les biotechnologies, une réponse aux besoins des plus démunis?

De la Révolution verte à la Révolution génétique

Les biotechnologies au travail

Combler la fracture moléculaire

Contact:

George Kourous
Chargé d'information, FAO >> Pour toute question sur cet article
george.kourous@fao.org
(+39) 06 570 53168

Erwin Northoff
Chargé d'information, FAO >> Pour toute question sur le SOFA 2004
erwin.northoff@fao.org
(+39) 06 570 53105

FAO/23095/J. Spaull

Les pays en développement doivent disposer de moyens nationaux solides de sélection végétale pour tirer parti des biotechnologies

Encadré: A quoi pourrait ressembler un programme de recherche biotech en faveurs des pauvres?

Source: SOFA 2004

FAO/12177/J. Van Acker

Un agenda biotech en faveur des pauvres comprendrait la recherche sur l'amélioration des cultures présentant un intérêt particulier pour les pauvres, comme le sorgho

envoyer cette page
Combler la fracture moléculaire
Comment mettre les technologies émergentes de la Révolution génétique à la portée d
-
Veuillez insérer une adresse email
Veuillez insérer une adresse email valide
 
RSS