FAO :: Salle de presse :: Dossiers de fond :: 2004 :: Capacité excédentai… :: Aménager les capaci…
Aménager les capacités de pêche
Quelques pas dans la bonne direction, mais encore beaucoup de chemin à parcourir
Sur les 80 pays qui ont répondu à une enquête de la FAO sur l'aménagement des capacités, 60 ont conduit - ou envisagent de le faire - une évaluation initiale de leurs capacités nationales de pêche mais essentiellement pour ce qui concerne les grandes pêches commerciales.

La moitié fait état de programmes nationaux pour le suivi des capacités de pêche, mais plus rares (26 pays) sont ceux qui ont fixé des seuils de capacité pour leurs flottilles commerciales.

Toutefois, 80 pour cent ont déclaré avoir directement incorporé les questions de capacité dans leurs régimes quotidiens d'aménagement des pêches. Environ deux tiers des pays qui ont renvoyé le questionnaire ont mis au point - ou sont en train de le faire - des plans nationaux d'action sur la gestion des capacités.

La plupart des pays signalent avoir fixé des limites sur les nouveaux navires immatriculés dans une flottille, tout du moins en ce qui concerne les pêches commerciales. En outre, nombre d'entre eux appliquent des mesures visant à imposer des quotas sur les captures ou à limiter l'effort de pêche.

D'autres s'activent pour réduire la capacité de pêche, généralement par les rachats par le gouvernement de permis ou de navires. La Chine, par exemple, a récemment lancé un programme de rachat destiné à réduire la dimension de sa flotte de 30 000 navires, soit environ 7 pour cent du total. Dans l'Union européenne, des programmes similaires ont été mis en oeuvre sur les pêches les plus exploitées, prévoyant des avantages économiques supplémentaires pour les pêcheurs souhaitant se retirer.

Il est important de noter que les organes régionaux chargés des activités halieutiques - organisations intergouvernementales gérant des ressources en commun dans une zone donnée - se penchent de plus en plus sur les questions de capacité. Durant la consultation de cette semaine, par exemple, la Commission inter-américaine du thon tropical, composée de 14 pays, a informé la FAO qu'elle est en train de mettre la dernière main à un plan régional de gestion des capacités de pêche du thon dans l'est de l'Océan Pacifique

La capacité et ses tendances

Dans l'ensemble, selon la FAO, la taille et le tonnage de la flotte mondiale de pêche semblent se stabiliser. D'après l'OCDE, les flottes des pays ne se sont pas seulement stabilisées, mais ont diminué. Toutefois, a noté l'Organisation, il est difficile d'évaluer dans quelle mesure les nouvelles technologies et autres améliorations de la capacité des navires de capturer le poisson ont renversé ces tendances.

En effet, en dépit des tendances mondiales, une analyse au cas par cas révèlerait probablement qu'il existe toujours une surcapacité dans un grand nombre de flottes de pêche exploitant les principaux stocks icthyques commerciaux - et cela, en dépit d'efforts croissants d'aménagement.

Par exemple, les recherches de la FAO montrent que les pêches de thon dans le monde ont une surcapacité moyenne d'environ 20 pour cent, même si ce chiffre varie d'une région à l'autre. De même, une étude récente du gouvernement des Etats-Unis a constaté que 55 pour cent des 73 principales pêcheries du pays sont affectées par la surcapacité.

Ce qu'il faut faire

"L'enquête révèle qu'il y a encore beaucoup de chemin à parcourir, mais aussi que la question de la gestion responsable des capacités de pêche est désormais clairement acquise, ce qui représente en soi un bel accomplissement", a déclaré Dominique Gréboval, Fonctionnaire principal de la planification des pêches à la FAO.

Selon M. Gréboval, il faut se pencher sur quatre points fondamentaux:

- élaborer de plus strictes restrictions d'accès à toutes les pêches;

- créer de meilleurs mécanismes de réglementation pour contrôler les transferts de capacité de pêche entre les pêcheries;

- améliorer la coopération régionale sur la gestion de la capacité de pêche des stocks transfrontières et des stocks partagés;

- trouver des moyens d'aider les pays en développement à mettre en oeuvre des programmes de gestion de leur capacité de pêche.
Focus on the issues title graphic/FAO

Suite du dossier…

Capacité excédentaire et pêche illicite: enjeux pour une pêche durable

Qu'est-ce que la capacité de pêche?

Aménager les capacités de pêche

Tendances des capacités de pêche mondiale

Capacité excédentaire: difficile de trouver des solutions, mais pas impossible

Pêche illicite et pêche de haute mer

Nouveaux outils dans le combat contre la pêche illicite, non déclarée et non réglementée

Contact:

George Kourous
Chargé d'information, FAO
george.kourous@fao.org
(+39) 06 570 53168

FAO/13788/J. Isaac

Même lorsque leurs techniques sont artisanales, il peut y avoir surcapacité de pêche lorsque des communautés entières dépendent de la mer pour vivre

envoyer cette page
Aménager les capacités de pêche
Quelques pas dans la bonne direction, mais encore beaucoup de chemin à parcourir
Veuillez insérer une adresse email
Veuillez insérer une adresse email valide
 
RSS