FAO :: Salle de presse :: Dossiers de fond :: 2004 :: Les moyens traditio…
Le Sida et l'agriculture: impact et réponse
Ce que les catastrophes coûtent en savoir-faire et semences
Massavasse, Mozambique - Dans cette communauté agricole typique du sud du Mozambique, les agriculteurs, l'un après l'autre, parlent des variétés préférées de semences locales qui ont disparu dans les inondations et les sécheresses, et de la vie de famille déchirée par l'épidémie du VIH/SIDA. Les experts craignent que la perte de savoir-faire agricole et de semences traditionnelles mette en danger l'avenir même du seul moyen d'existence de la plupart des habitants du pays.

"Oui, c'est vrai. J'ai perdu beaucoup de semences," admet Antonio Nhabanga, en montrant du doigt le toit de sa maison pour indiquer la hauteur atteinte par les eaux de crue en 2000. "Deux variétés de riz que nous avions adaptées à cette zone et qui n'avaient besoin que d'un peu d'eau ont disparu." Sa femme Berta ajoute: "Nous avions un type de haricot très productif. Et nous avions un maïs jaune que nous adorions car il était très résistant à la sécheresse. Tout s'est envolé."

Les familles touchées par l'épidémie- on estime à 22 pour cent la population du district frappée par le virus du SIDA - ont du mal non seulement à cultiver suffisamment de nourriture pour survivre, mais aussi à transmettre leurs connaissances agricoles à leurs enfants.

Une étude lancée par le projet de la FAO LinKS à Massavasse et dans deux autres communautés documente cette tendance: la quasi-totalité des personnes interviewées ont répondu que leurs parents ou d'autres membres de la famille proche constituaient la source principale et continue de connaissances sur l'agriculture et les semences. La perte de savoirs sur les variétés locales était déjà manifeste: 25, 27 et 33 pour cent des jeunes adultes interrogés n'étaient pas capables de citer, respectivement, une variété locale d'arachide, de courge ou de manioc, contre seulement 12, 10 et 19 pour cent des personnes plus âgées.

Le projet LinKS est un effort régional lancé en Afrique australe visant à renforcer la sensibilisation sur la façon dont les hommes et les femmes des campagnes utilisent et gèrent la diversité biologique.

Le projet a été baptisé LinKS, car il étudie les liens entre les systèmes de connaissances locales, les rôles respectifs des hommes et des femmes, l'approvisionnement en nourriture, et la conservation et la gestion de l'agrobiodiversité.

Dommages inexorables

"Quand les enfants rentrent pendant les vacances scolaires, ils vont aux champs et apprennent sur le tas, ce n'est pas une vraie formation," confirme Johana Alfredo Ubisse, 43 ans, un agriculteur victime du virus VIH/SIDA. "Je ne peux pas garantir leur niveau de connaissances agricoles."

"Depuis que je suis tombé malade, je ne peux plus aller travailler dans le champ," dit-il. "Ma femme fait de son mieux. Le plus difficile est de préparer les champs pour les semis. Les labours avec les animaux sont le travail d'un homme - alors, elle travaille la terre à la main. Et la production baisse."

"Nous dépendons de l'agriculture pour vivre, et nous avons donc de graves problèmes pour nous procurer suffisamment de nourriture," ajoute-t-il.

L'épidémie du VIH/SIDA n'enregistre que de faibles signes de recul, selon Luis Maxinho Baloi, chef traditionnel de Maxinhe, une communauté rurale de 500 ménages où 115 orphelins avaient été dénombrés au dispensaire local entre 2000 et 2003.

"Le nombre d'infections ne fait qu'augmenter, même parmi les enfants," dit-il, devant sa maison, dans le village fondé par son père. "L'activité principale ici est l'agriculture. Si la famille meurt, les semences meurent aussi."

Récit d'une veuve

Rameca Mungwe, 44 ans, assise sur une natte devant chez elle, à Maxinhe, habillée tout de noir, contraste fortement avec les couleurs éclatantes typiquement africaines portées par ses voisines. Elle porte le deuil de son mari, mort du VIH/SIDA il y a deux semaines. Son histoire est classique:

"Mon agriculture est très traditionnelle. Je travaille avec une binette et mes graines de base sont le maïs, la patate douce, la courge, les haricots - de plusieurs types - et quelques légumes comme les tomates. Je sais sélectionner et stocker les semences des années précédentes. A cause de la sécheresse, les enfants avaient faim et pleuraient et j'ai dû leur cuisiner les graines.

"Mes trois enfants viennent avec moi au champ. J'ai besoin de leur aide et c'est comme ça qu'ils apprennent. Même si, depuis que je suis tombée malade, je vais très rarement dans les champs. Mais je suis convaincue que ma fille pourra devenir un jour une bonne agricultrice."

23 août 2004
FAO/G. Bizzarri

Suite du dossier…

Le Sida et l'agriculture: impact et réponse

Les foires de semences font revivre une tradition meurtrie

Affronter la crise des orphelins

Galerie photos: Orphelins, mais pas laissés-pour-compte

Contact:

Peter Lowrey
FAO Information Officer
peter.lowrey@fao.org
(+39) 06 570 52762

Bureau des relations avec les médias
media-office@fao.org
(+39) 06 570 53625

FAO/G. Bizzarri

La clinique de Massavasse, une communauté durement frappée

FAO

Source: FAO

FAO/G. Bizzarri

Rameca Mungwe montre à sa fille Veronica comment sélectionner les meilleures graines de maïs.

envoyer cette page
Le Sida et l'agriculture: impact et réponse
Ce que les catastrophes coûtent en savoir-faire et semences
A en croire les preuves troublantes recueillies récemment, l'épidémie de VIH/SIDA empêcherait non seulement les ménages touchés de cultiver suffisamment de nourriture pour survivre, mais mettrait en péril la viabilité à long terme de l'agriculture traditionnelle. La FAO est en train d'obtenir des résultats prometteurs en testant sur le terrain des moyens d'atténuer la crise.
Veuillez insérer une adresse email
Veuillez insérer une adresse email valide
RSS